Balaam, le précurseur de l’oecuménisme

(Note M.A.V. : je reprends ici un article que j’avais écrit en 2007, en l’étoffant un peu. Non seulement ma position n’a pas changé, mais elle s’est renforcée, car je vois les dégâts dramatiques que l’œcuménisme fait: il détrut littéralement la Vérité dans bien des Eglises, qui ont désormais perdu leur « chandelier », car la vérité n’y est plus prêchée !)

Faire alliance avec des Églises « sœurs » au sein d’un œcuménisme qui veut rallier toutes les religions sous sa bannière, c’est accepter de faire partie de la grande prostituée qui va soutenir l’antéchrist.

On connaît l’histoire de Balaam qui nous est racontée dans la Bible à partir de Nombres 23. Dans ce contexte historique, Balak, roi de Moab, a fait alliance avec les Madianites, CONTRE ISRAËL, parce qu’ils se sont appropriés durant quatre cent trente ans un territoire qui a été donné par Dieu aux seuls descendants d’Isaac, l’enfant de la promesse, et non à eux, malgré leur parenté avec Abraham, et ils s’arque-boutent sur cette terre ALORS QU’ILS SAVENT QU’ELLE NE LEUR APPARTIENT PAS*.

Il leur faut, par tous les moyens, empêcher Israël de reprendre possession de leurs terres et cela fait quarante ans qu’ils repoussent Israël dans le désert… Mais voilà, Israël a désormais un armée forte, grâce à Dieu, et va de conquête en conquête. Donc Moabites, Ammonites, Madianites et arabes sont en train de trembler ….

** Remarquons la similitude avec les Palestiniens d’aujourd’hui, qui sont d’ailleurs les descendants des mêmes peuplades ! L’Histoire se répète toujours !

Rappelons que les Moabites sont descendants de Lot, neveu d’Abraham et les Madianites sont descendants d’Abraham par Qetoura (Gen 25 :1). Tous confessent le Dieu d’Abraham, d’isaac et de Jacob, tout autant que le peuple d’Israël. Ne sont-ils pas tous « frères en Christ » ?

Pourtant, ils savent parfaitement qu’ils occupent ce territoire illégalement. Même Rahab, la prostituée de Jéricho, savait que l’Eternel avait donné ce pays à Israël ! Tout le monde le savait. Ce qui n’empêchait pas Moabites, Ammonites et Madianites de revendiquer cette terre. Oui, quel parallèle avec les Palestiniens d’aujourd’hui !

Face à Esdras, des siècles plus tard, les « habitants du pays », parmi lesquels certainement des Moabites, des Ammonites et des Madianites, proposeront d’aider à la reconstruction du temple en prétendant invoquer le même Dieu que les Israélites. Mais Esdras ne s’en laissera pas conter : Ils invoquent peut-être le même Dieu, mais sans le connaître, car ils n’en ont aucune crainte et sont adonnés à des coutumes idolâtres et abominables.

C’est dans ce contexte de terreur de devoir restituer par la force le territoire aux légitimes propriétaires que Balak fait appel à Balaam, qui habite bien loin de là, en Mésopotamie.

Balaam, « qui aima le salaire de l’iniquité (2 P 2 :15) », et dont Pierre déclare qu’il fallut une ânesse pour arrêter sa démence, n’en est pas moins un des prophètes les plus inspirés de la Bible. Il est réputé au-delà des frontières et Balak connaît la puissance divine de la parole qui sort de la bouche de ce prophète : « Celui que tu bénis est béni et celui que tu maudis sera maudit » (No 22 :6). Dieu ne révoque pas ses dons. Aussi Balak veut se servir de Balaam pour maudire Israël, à grand renfort de promesses de ponts d’or et d’honneurs à la clé.

Balaam, attiré par ces alléchantes propositions, brave l’interdit clair et net que lui a opposé le Seigneur quand il l’a consulté, se rend là où les Israélites campent, près de Jéricho, et fait construire par Balak, dans trois hauts lieux différents, trois fois sept autels, avec des sacrifices de taureau et de béliers (No 23,24). Il tente même, pour satisfaire son nouveau maître Balak, de se servir des formules occultes qu’il connaît (No 24 :1). Mais il est chaque fois saisi par l’Esprit de Dieu – Il n’y a aucune ambiguïté possible à ce sujet – et il lance au final, et contre son propre souhait, quatre formidables bénédictions prophétiques sur Israël, qui annoncent, entre autres, la venue du Messie.

Conclusion, quand il veut maudire Israël, le prophète Balaam échoue sur toute la ligne. Pourtant, il va finir par réussir sa mission de destruction en montrant à Balak une méthode perfide : Amener Israël à faire des alliances prohibées par Dieu : des unions contractées avec des femmes QUI CONFESSENT LE DIEU D’ISRAËL, mais qui servent d’autres dieux en parallèle. Tous les moyens sont bons. C’est l’œcuménisme de l’époque… car Balaam SAIT que les Israélites vont être contaminées par les coutumes idolâtres de ces femmes, ET QUE CELA VA LES AFFAIBLIR ET LES RENDRE SANS FORCE SPIRITUELLE: Car le véritable Dieu va se retirer d’eux !!!! On ne peut servir en même temps le Dieu d’Israël et Moloch, ou Bélial, ou la Reine du ciel, ou Baal… IL FAUT CHOISIR !

Cette entreprise perverse va entraîner une plaie épouvantable : 24.000 Israélites en mourront.

Qu’a fait Balaam ? Il a simplement enseigné aux jolies femmes moabites et madianites à séduire les Israélites pour les entraîner dans leur culte à Baal Peor (Nb 31 :16). Il s’agit probablement d’une cérémonie qui a, au premier abord, l’apparence d’un culte religieux consacré au « Dieu tout-puissant ». Cérémonie sans doute associée à un culte à la déesse Astarté et à Moloc auquel on sacrifiait les enfants.

Dans ce culte, on y absorbe des victimes « sacrifiées aux morts » (Ps 106 :28). Cela ne rappelle-t-il pas l’Eucharistie où l’on prétend que c’est la chair physique du Christ qui s’est matérialisée dans l’hostie qu’on donne à manger aux fidèles ? Pourtant, Dieu est esprit ! N’y a-t-il pas une similitude avec la consécration à des « saints » morts pratiquée dans certains courants dits chrétiens, ou encore avec les prières aux morts ou pour des morts que pratiquent ces mêmes courants ? Pourtant ces courants prient « aussi ! » Jésus-Christ…

Les Moabites et Madianites vont parvenir, sans grande difficulté apparente, à entraîner dans leur culte abominable les fils d’Israël.

Rien, à l’époque de Balaam, ne semblait pouvoir arrêter la colère ardente de Dieu contre les enfants d’Israël après qu’ils se soient ainsi laissés détourner par ruse de la pureté de la parole de Dieu. Ils risquaient même d’être décimés. Mais Phinéas, descendant d’Aaron, a compris la cause de la colère divine. Il a pris une lance, et, sans égard pour le rang élevé et la respectabilité de ceux qui avaient donné l’exemple et qui se montraient même aux yeux de tous sans la moindre honte, il transperce un couple formé d’un prince de la famille de Siméon, Zimri, et d’une princesse madianite : Cozbi, fille de Tsour. Alors la colère de Dieu s’apaise, les femmes illégitimes sont renvoyées chez elles, et le peuple de Dieu, pour un temps, comprend la leçon et obtient la victoire.

Le verset 18 de Nombres 25 précise que Cozbi était « la sœur » des Israélites !

Cozbi et les autres femmes « sœurs », ou « cousines », ne symbolisent-elles pas pour notre temps,- « car tout ce qui est a déjà existé, et ce qui existera est déjà là, Dieu ramène ce qui a disparu (Ec 3 :15) » – les églises « sœurs », qui pratiquent l’idolâtrie tout en prônant l’œcuménisme à tout crin au nom d’une unité qui ne sera jamais qu’une unité politique et babylonienne ?

Au fil du temps, le mot « œcuménisme » a été « récupéré ». Il est devenu, dans l’esprit de la majorité des gens, athées ou chrétiens, synonyme d’alliance avec « La sainte Eglise catholique romaine ». On accepte implicitement la prédominance (terrestre !) de cette dénomination, malgré certains dogmes fondamentaux en opposition criante avec la Bible. Ces dogmes hérétiques, on les oublie « pudiquement »…

Les femmes, dans l’Ancien Testament, sont souvent des préfigurations de la future Église, mais aussi des fausses églises ou de la prostituée (Cf Osée 2 :4). Toutes les églises « sœurs » confessent Jésus-Christ, ce qui rassure. Mais y parle-t-on toujours du même Jésus ? En 2 Cor 11 :3 et 4, Paul dit à de solides chrétiens de Corinthe, qui exerçaient tous les dons charismatiques, que si on leur présentait un autre Jésus, un autre esprit, et un autre évangile que celui qu’ils avaient accueilli au préalable, ils le recevaient fort bien !

À noter que Cozbi signifie « mon mensonge », tandis que le nom de son père, « Tsour » signifie « rocher ». On ne parle pas toujours, dans nos dénominations diverses, du même rocher que LE ROCHER, ni du même Dieu.

Les alliances entre Églises « sœurs » fortifient certes la puissance et la crédibilité politique, mais rarement la puissance spirituelle. C’est même exactement le contraire. L’Église de Philadelphie, qui a « peu de puissance » (temporelle !), est une Église cachée en Christ, mais ses pierres vivantes sont la lumière du monde !

L’œcuménisme dans son acceptation la plus répandue aujourd’hui, procure un sentiment d’ouverture d’esprit et de tolérance, voire d’amour fraternel. Mais, quand cette unité ne se contente pas de mettre de côté des antagonismes provenant de points de doctrines mineurs, ou d’interprétations divergentes de certains versets isolés pour se recentrer sur un unique fondement : Jésus-Christ et la Parole de Dieu, quand cette tentative d’unité veut « ratisser large », elle devient un levain mortel. Ce n’est pas en pactisant avec des dogmes apostats que l’on sauve ceux qui y sont piégés, mais en proclamant les Ecritures, sans en ôter ni en rajouter un iota. C’est s’exposer et les exposer à mourir de la plaie qui a failli décimer Israël. Car Dieu ne change pas…

Quant à faire alliance avec des Églises « sœurs » au sein d’un œcuménisme qui veut rallier toutes les religions sous sa bannière, c’est accepter de faire partie de la grande prostituée, celle qui va soutenir l’antéchrist.

Serions nous plus fort que le peuple juif, la branche qui nous porte ? L’ordre de Dieu, parlant de la grande prostituée, donc d’une Eglise apostate, ce qui englobe tous les courants apostats et tous les chrétiens apostats, est sans équivoque : « Sortez d’elle mon peuple, afin de ne point participer à ses péchés et de ne pas recevoir votre part de ses plaies » (Apoc 18 :4). Ou encore : « Quel contrat d’alliance y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit….C’est pourquoi : Sortez du milieu d’eux ; et séparez-vous, dit le Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, et moi je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant. 2 Cor 6 :16 a et 17.

Ruth la Moabite, qui aimait la vérité, adopta le Dieu d’Israël et suivit ses commandements. Elle sut couper les liens avec tous les siens. Elle en fut si bénie qu’elle compte parmi les ascendants de Jésus. En tant que femme étrangère au peuple élue, elle est un symbole de la future église des « gentils » qui croira en Christ et le suivra.

Notons que l’Histoire s’est réédité du temps d’Esdras et de Néhémie. Cela se passe après le retour de l’exil à Babylone, et de nouveau Madianites, Ammonites, Moabites et Arabes ont dû profiter de ces 70 ans de « vacance » de la place occupée autrefois par Israël pour en reprendre possession. Il leur faut à tout prix les empêcher de reconstruire leur temple et la muraille de protection, afin que les Israëlites soient sans force.

Ils doivent se souvenir de la ruse de Balaam. Ce n’est pas de front qu’il faut attaquer le peuple de Dieu, mais l’emmener dans des alliances qui le pollueront et le priveront de tout moyen de combat. Alors, une délégation d’entre eux vient trouver Esdras. Lisons :

Esdras : 4:1 Les ennemis de Juda et de Benjamin apprirent que les fils de la captivité bâtissaient un temple à l’Éternel, le Dieu d’Israël.
4:2 Ils vinrent auprès de Zorobabel et des chefs de familles, et leur dirent : Nous bâtirons avec vous ; car, comme vous, nous invoquons votre Dieu, et nous lui offrons des sacrifices depuis le temps d’Ésar Haddon, roi d’Assyrie, qui nous a fait monter ici.
4:3 Mais Zorobabel, Josué, et les autres chefs des familles d’Israël, leur répondirent : Ce n’est pas à vous et à nous de bâtir la maison de notre Dieu ; nous la bâtirons nous seuls à l’Éternel, le Dieu d’Israël, comme nous l’a ordonné le roi Cyrus, roi de Perse.
4:4  »Alors les gens du pays découragèrent le peuple de Juda ; ils l’intimidèrent pour l’empêcher de bâtir

En voici une belle tentative d’œcuménisme !!!… Mais les soi-disant frères sont de fait les pires ennemis ! Et cela va recommencer avec Néhémie. Mais cette fois-là, ils ne vont plus jouer à être des frères, ils vont montrer d’emblée leurs vraies motivations

Néh 2:19 Sanballat, le Horonite, Tobija, le serviteur ammonite, et Guéschem, l’Arabe, en ayant été informés, se moquèrent de nous et nous méprisèrent. Ils dirent : Que faites-vous là ? Vous révoltez-vous contre le roi ? 2:20 Et je leur fis cette réponse : Le Dieu des cieux nous donnera le succès. Nous, ses serviteurs, nous nous lèverons et nous bâtirons ; mais vous, vous n’avez ni part, ni droit, ni souvenir dans Jérusalem.

« l’amour fraternel » a soudain disparu pour faire place à la moquerie. Et, comme contre Esdras, ils vont tout faire pour empêcher la reconstruction de la muraille, comme ils avaient voulu empêcher la reconstruction du temple….

Il y a un autre parallèle entre notre temps et l’épisode de Balaam, épisode si important qu’il est cité dans huit livres de la Bible, dont trois livres du Nouveau Testament. Cette histoire s’est située au moment où Israël, après 40 ans dans le désert, allait enfin entrer dans le royaume promis. Aujourd’hui, quarante siècles après Abraham, le Royaume de Dieu est tout près de s’installer sur terre, lors du retour en gloire de Jésus. Il existe donc une activité frénétique de Satan pour détourner le peuple de Dieu vers des voies qui paraissent pleines d’amour fraternel, des larges voies que beaucoup empruntent bien qu’elles mènent à la perdition. Satan a trouvé beaucoup de Balak (dont le nom signifie : « dévastateur ») qui se sont appropriés un Royaume qui ne leur appartenait pas, et beaucoup de Balaam qui font alliance avec les Balak, des vrais prophètes de Dieu à l’origine, mais séduits eux-mêmes et séduisant les autres par l’idée d’une grande Église universelle. Peut-être ont-ils été aguichés par le tapis rouge que l’on déroule généralement devant eux quand ils préconisent des alliances avec les églises idolâtres au nom de l’unité. Ils deviennent, en fin de compte, de vrais sorciers au service de Satan, comme le devint le Balaam de l’époque.

Mais seule l’Épouse légitime va être enlevée pour des noces avec Christ, celle qui est sans taches ni rides, celle qui a « gardé la parole de la persévérance en Jésus-Christ » et « qui sera gardée à l’heure de la tentation qui vient sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre » (Apoc 3 :10). Les sœurs idolâtres devront laver leur robe dans le sang pour être sauvées.

Les Balaam qui préconisent des alliances dangereuses sont aveuglés comme leur prédécesseur qui, de voyant qu’il était, vit ensuite moins bien dans le spirituel que son ânesse. Ils ne voient même pas le caractère babylonien de l’œcuménisme actuel.

L’œcuménisme est le plus grand leurre que Satan ait inventé pour pourrir le peuple de Dieu de l’intérieur, en lui faisant, sous prétexte « d’amour fraternel », faire des alliances avec des gens qui ont l’air de prier le même Dieu, mais qui, de fait, sont serviteurs de faux dieux…

Et pour sceller cette « alliance », il ne faut surtout pas parler des sujets qui fâchent ! C’est-à-dire, en l’occurrence, il faut « oublier » environ les deux tiers de la Bible, car elles contiennent la démonstration que les dogmes prônés par Rome sont un tissus de mensonges sataniques !

L’unité est définie par Paul comme étant l’objectif final de la vraie Eglise, la Jérusalem céleste, celle qui doit rechercher « l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu », afin d’être composée « d’hommes faits, à la mesure de la stature parfaite de Jésus-Christ », afin « de ne plus être des enfants flottants et entraînés à tout vent de doctrine, joués par les hommes avec leur fourberie et leurs manœuvres séductrices » (Eph 6 :13,14)

Alors, et je le dis avec amour à mes frères et sœurs en Christ, arrachez-en beaucoup au feu, partout où vous le pouvez, mais n’allez qu’avec une grande prudence dans les réunions dites œcuméniques où l’on évite soigneusement d’évoquer les points bibliques qui dérangent. Jésus a dérangé beaucoup de monde quand il a proclamé la vérité.

Allez-y si Dieu Lui-même vous y pousse, parce que vous avez une mission à y remplir. Mais ce sera forcément pour aller proclamer la vérité et en arracher au feu !

Il est des fraternisations qui, au lieu d’amener tout le monde à la Vérité, sont des pièges pour attirer tout le monde dans un flou religieux mortel, même si ce flou est souvent artistique !

Car la Reine du ciel, domination satanique (Jér 44) qui tient dans ses griffes toute l’Église romaine, exerce son pouvoir sur le coeur, les sentiments, les émotions et pervertit donc l’art pour séduire par la « beauté » que les hommes qualifient de « divine », alors qu’elle ne ressort que de talents humains, qu’il s’agisse de musique (Oh, comme c’est sublime, l’ave maria !), de peinture (Oh les beaux vitraux et peintures !), l’architecture (ah! les cathédrales !), la sculpture (Que de belles statues ! Il y a vraiment de quoi se prosterner devant.. quand on est ignorant de ce que Dieu a dit !).

Il y a pire: la belle « fraternité » humaniste où l’on vous attire avec une débauche d’amour….

Oui, mais quel amour ? Certainement pas l’amour agape qui provient du coeur de Dieu et est associé à la vérité qui sauve ! Juste un amour charnel factice, qui satisfait l’ego, en donnant à ceux qui le prodiguent le sentiment d’être de « bons chrétiens », et d’être bons tout court !

Personnellement, je préfère faire partie de Philadelphie, celle à qui Jésus dit:

Apocalypse 3:10 Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre.

  11 commentaires

  1. Sylvie   •  

    Beaucoup d étrangers à la Vie de Dieu même dans nos assemblées évangéliques!
    Je crois que les pierres vivantes sont dispersées un peu partout dans chaque dénomination selon la vision du pasteur Ove Falg car tous les systèmes dénominationnels se sont corrompus et ceux qui préfèrent le système à Jésus Christ font partie de la prostituée. Je crois que le Seigneur façonne ses pierres vivantes là où elles sont et au moment venu va les rassembler comme pour le temple de Salomon !
    Que la véritable Eglise soit Seigneur, celle qui va te glorifier!1Rois 6V 7

  2. Rose Dessables   •  

    Oui, c’est celà même qui va arriver : je crois qu’il faut maintenant aspirer à être surnaturellement conduits vers les véritables frères et soeurs en Christ …Le Seigneur est fidèle et ne permettra qu’aucun de ceux qui L’aiment se perde. On peut s’attendre à de grandes choses et se rappeler que, dans le Royaume tout est fondé sur l’amour agapé, sans lequel nous ne sommes que des airains qui résonnent et des cymbales qui retentissent. Fraternellement ! Rose

  3. Sylvie   •  

    Ce qui est dramatique c est que chaque dénomination se méfie de l autre dénomination pensant que le danger est chez les autres alors qu il faut veiller car les loups rôdent partout et souvent les derniers visités par le Seigneur comme les add font preuve d un orgueil spirituel à vous couper le souffle!

    Michelle: là, on est bien d’accord. L’Église, partout, va mal… C’est d’aileurs parce qu’elle a perdu confiance en Jésus-Christ, perdu la vraie foi, qu’elle se précipite dans des alliances humaines mortelles

  4. samy   •  

    Amen Michelle , l´evangile se resume ces jours-ci a la predication de la prosperite, felicite terrestre, miracle , guerrison , concupiscence. on ne preche plus l´enlevement , le retour de Jesus, la santification sans laquelle personne ne le verra, il n´y a plus de discernement , plus de crucifition de la chair , c´est triste

  5. magali   •  

    Comme Michelle me l’a demandé, je retransmets le songe qu’a eu mon pasteur à propos de l’oecuménisme.

    Dans son rève, il se trouvait dans une église catholique où tout semblait se passer comme dans une église évangélique, louange vivante à Jésus, amour fraternel etc.

    Il va parler au prêtre à la fin de la célébration et il lui pose juste la question : "Que pensez-vous de Marie". A ce moment-là le prêtre se transforme en démon ainsi que ceux de l’assemblée et ils lui sautent dessus pour l’étrangler, à ce moment-là il se réveille.

    Voilà le songe de mon pasteur.

  6. HenriGolan   •  

    Mon Pasteur (ADD), n’a pas évoqué de songes. Il n’y a ci qu’une Eglise Evangélique. Son Pasteur s’occupe gentiment de tous, sur le plan spirituel et materiel. Pour cause de santé je n’y vais plus guère. J’écoute le Culte le dimanche à 9h 30 sur Philadelphia ou sur Mulhouse. Dans ces Cultes là, on n’entend pas brailler tout le monde ensemble dans un vacarme démentiel. La-bas chacun peut prier ou louer le Seigneur, mais au micro. Sinon ici, on ressemble un peu à l’Eglise de Toronto. . Je sais que les signes de la fin se précisent, qui donc faut’il écouter?

  7. Rose Dessables   •  

    J’oserais dire … le Saint-Esprit ! Il est vrai qu’on entend et assiste à un tel brouhaha d’avis contraires, de controverses et de polémiques, qu’il faut se rappeler que le Saint-Esprit nous parle au travers d’ un murmure doux et léger, imperceptible à nos oreilles « naturelles ». Si on prête attention à tout ce qui se dit, se rapporte, etc … on risque de perdre pied par rapport à une foi vraie et authentique, basée sur notre rapport intime avec le Seigneur. Il est très important, certes, d’écouter des cultes, de regarder des DVD, d’entretenir la communion fraternelle, mais il faut privilégier des moments particuliers passés avec Lui seul, dans le secret de notre chambre. Henri, je suis certaine qu’Il ne te décevra pas. Encore merci pour ton témoignage ! C’est courageux et intègre ! Fraternellement ! Rose

  8. Amédée   •  

    Très intéressant article, qui me remet en mémoire l’enseignement audio de Michelle que j’avais écouté sur le même sujet.
    Il fut un temps où je ne savais trop comment me situer par rapport au catholicisme sur le plan pratique (c’est-à-dire dans mes relations avec ma belle-famille, qui est très catholique, très pratiquante mais aussi très affectueuse), parce qu’on craint d’être excessivement tatillon, voire pharisien.
    Mais je vois de plus en plus l’importance de mettre les points sur le i, et je m’effraie de voir la complaisance de nos églises évangéliques à l’égard de l’Eglise Romaine: elles se veulent encore fidèles à la Bible, mais collaborent quand même avec les cathos (qui sont, il est vrai, bien gentils, et souvent plus consacrés que les évangéliques). Il y a quelque temps, j’ai été sidéré d’entendre un membre de mon église dire à un couple de cathos convaincus: "ce qui nous unit est plus important que ce qui nous sépare", vieux slogan que je n’avais plus entendu depuis longtemps!
    Cela rejoint la question, souvent débattue sur ce blog, de savoir en quoi consiste l’amour: faire plaisir à tout prix, ou bien avoir le courage de dire la vérité, avec autant de douceur que possible mais aussi avec toute la fermeté nécessaire?

  9. evelyne   •  

    bonsoir
    je suis entièrement en accord avec l’enseignement apporte ci-dessus
    actuellement dans l’église où je suis c’est ce qui se passe :
    les pasteurs et les membre des églises ( catholique , évangélique , protestant et l’armée du salut ) vont se réunir pour célébrer la pâques
    inutile de vous dire que je ne serai pas de la partie mais mon avis n’intéresse personne
    c’est tout nouveau
    comment peut-on croire a une unité qui en fait n’est que superficielle ?
    nous devons mettre de coté nos différences
    ce n’est pas possible !!!
    la vérité reste la vérité !!
    merci pour cet enseignement
    que Dieu vous benisse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>