Les Bonnes Choses Qui Empêchent les Gens d’Entrer au Paradis. Par David Wilkerson

Note MAV: Elisabeth777 ne m’avait transmis que la fin du message, le craignant trop long. Mais il est vital dans son intégralité. Aussi j’ai repris tout le texte. Nous sommes tous concernés, je crois !
 
 

Croyez-le ou non, beaucoup de bonnes personnes occupées à de merveilleuses occupations n’entreront pas aux cieux. Pire encore, beaucoup d’entre ceux qui se considèrent chrétiens, et qui sont convaincus d’aller au ciel, en seront exclus, malgré le fait qu’ils ne commettent pas de péchés ou ne font pas de mal ! 

Les chrétiens auxquels je fais allusion ne se droguent pas, ne boivent pas. Ils ne font pas de paris. Ils ne s’adonnent pas à la perversion sexuelle, à la pornographie. Ils ne font pas partie des méchants et vils. En fait, vous les trouverez, pour la plupart, au culte le dimanche. Et ils passent le plus clair de leur temps avec des amis, la famille, profitant de bonnes choses. Ils aiment la famille et ont des valeurs familiales. 


Ayant dit cela, je veux faire une affirmation encore plus directe, une affirmation qui pourrait en offenser plusieurs. Pourtant, je le dis avec un sentiment de souci rempli d’amour pour ceux dans l’Eglise de Jésus-Christ qui ne voient pas qu’ils vont droit au désastre : certains sont en danger de perdre leur âme, malgré le fait qu’ils sont assis à l’église, absolument convaincus qu’ils sont sur le chemin du paradis ! 


Cette idée vous semble être un paradoxe ! Mais je veux vous le prouver par l’Ecriture. S’il n’y a qu’un message du Saint-Esprit que vous désirez suivre, que ce soit celui-ci. 


Voici : certains croyants seront exclus du paradis non pas à cause de choses mauvaises qu’ils auront faites, mais à cause du fait qu’ils se sont tellement préoccupés à faire le bien, des choses tout à fait légitimes, qu’ils ont négligé les choses qui comptent vraiment. Ils sont devenus tellement accaparés par les soucis du moment, qu’ils n’ont littéralement plus de temps pour les choses plus profondes de la vie spirituelle. Ils transpirent à grosses gouttes pour mettre sur pied leur entreprise, pour avancer dans leur carrière, pour subvenir aux besoins de leur famille; mais leurs priorités sont tout en désordre ! 


La Bible dit : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Matthieu 6:33). Ce sont les paroles du Christ, et il ne s’agit pas d’une suggestion mais bien d’un commandement ! Jésus promet: « Si vous cherchez premièrement le Seigneur, il s’occupera de toutes ces choses pour lesquelles vous travaillez. Mais, vous devez le mettre à la première place ! » 


L’apôtre Paul ajoute: « Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu » (Colossiens 3:2-3). A nouveau, il ne s’agit pas d’une suggestion mais d’un commandement. En Grec, la signification des termes utilisés est : Soudez votre attention, comme le fer, comme du béton armé, sur les choses de Dieu. Faites que ce soit immuable, irrétractable. 


Veuillez comprendre : Dieu ne nous a jamais demandé de vendre notre maison, notre terrain, nos possessions. Il n’a jamais dit que nous devions abandonner notre travail et devenir des moines, nous donnant complètement à la méditation et à l’étude de la bible. (Oui, Jésus a dit cela, mais uniquement à un homme car cet homme avait fait de ses possessions des idoles. Dieu ne dit pas cela à tout le monde !) Des personnes m’ont dit: « Dieu m’a dit de quitter mon époux(se) et mes enfants pour me consacrer à mon ministère. » Je regarde ces personnes droit dans les yeux et leur dit: « Dieu ne vous a pas dit cela ! C’était soit votre propre esprit ou le diable. Le Seigneur n’a pas pour tâche de briser les foyers ! » 


Dieu ne vous demandera jamais de faire quelque chose comme ça. Mais Il insiste sur le fait qu’Il doit être le centre de votre vie; Celui autour de qui tout tourne. Il exige que Ses intérêts, Son Eglise, Ses choses aient la priorité. Il doit être le centre ! 


La plus grande indignité qu’un chrétien puisse commettre contre le Seigneur est de le mettre à la seconde place. C’est comme une giffle à la face de Dieu. Vous pourriez croire que vous n’êtes pas coupable d’un tel affront à Dieu. Mais comment placez-vous vos priorités ? Par exemple, combien de fois avez-vous manqué le culte ou une réunion afin de vous occuper de vos affaires ? A ces moments, vos clients ne devaient pas attendre… le Seigneur, Lui, attendait ! 


Je suis conscient du fait que vous n’y pouvez rien si vous avez un métier qui vous empêche parfois d’aller au culte (infirmières, médecins, travailleurs de nuit, etc…) Mais je parle des personnes qui ont un choix, qui gèrent leur propre société, par exemple, et qui choisissent de faire des affaires plutôt que d’être dans la maison de Dieu. La Bible donne cet avertissement : « N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns, mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour » (Hébreux 10:25). Encore un commandement du Seigneur ! Pourtant, qu’est-ce qui a la priorité dans votre vie ? Qui attend : vos affaires ou le Seigneur ? 


Si nous ne faisons pas attention à ces commandements, cela aura des conséquences désastreuses. En effet, Jésus donne beaucoup d’avertissements à ce sujet. J’aimerais vous en montrer trois en particulier: 

1. Réfléchissez à ce que Jésus dit 
à propos des jours de Noé et de
Lot (Luc 17:26-30).

« Ce qui arrivera du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche; le déluge vint, et les fit tous périr. 


« Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient; mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de souffre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra » (Luc 17:26-30). 


Relisez la liste que Jésus nous donne. Nous savons qu’il y avait de la violence comme il n’y en avait jamais eue auparavant, ainsi que de l’immoralité telles la sodomie et l’homosexualité. Mais Jésus ne parle pas de ces choses. Remarquez ce que les gens faisaient juste avant le jugement: ils mangeaient, ils buvaient (et Il ne mentionne pas l’ébriété), ils vendaient, ils plantaient, ils construisaient… Il n’y a pas un seul péché sur cette liste. Ce sont de bonnes et légitimes occupations ! 


En fait, tout ce qui est énuméré par Jésus est recommandé par la Parole de Dieu aux fidèles. Le mariage, par exemple. Paul dit: « Si tu t’es marié, tu n’as point péché » (1 Corinthiens 7:28). Ailleurs, l’Ecriture dit: « Que le mariage soit honoré de tous » (Hébreux 13:4). 


En outre, il nous est dit qu’une femme vertueuse « Elle pense à un champ, et elle l’acquiert; du fruit de son travail elle plante une vigne » (Proverbes 31:16). Depuis le temps de Josué, lorsqu’Israël entra en Terre Promise, Dieu a encouragé Son peuple à planter les champs et à bâtir des édifices à Sa gloire. Ces activités n’ont absolument rien de mal. 


Pourquoi, dès lors, Jésus n’énumère-t-Il que l’accomplissement d’activités bonnes et légitimes par le peuple avant le jugement ? C’est parce qu’il essaye de nous dire quelque chose de vital; Il nous avertit quant à notre totale inattention à Sa Parole, tandis que nous nous sommes laissés absorber par nos propres intérêts! 


Réfléchissez : la Bible ne mentionne nulle part que Noé aurait souffert de moquerie ou de persécution pendant les 120 années de travail pour préparer l’arche. Il semble apparemment que son travail, ses prédications n’aient jamais été interrompus. Dieu nous dit : « Oui, il y avait de la violence et de la corruption à ce moment. Mais, la majorité des gens étaient tellement absorbés par leurs occupations bonnes et légitimes qu’ils n’avaient pas le temps de réfléchir aux avertissements de Noé. Tout le monde était tellement occupé par les mariages, les sorties, les rencontres avec leurs amis, et la recherche de plaisirs, qu’ils n’avaient pas le temps d’écouter ! » 


On croirait le style de vie des Américains, des Européens, aujourd’hui ! Je peux écrire des livres et prêcher des messages à propos des jugements à venir, mais seuls quelques croyants écoutent encore et tiennent compte de mes avertissements. La masse de chrétiens ne s’en soucie pas. Pourquoi ? C’est parce qu’ils sont accaparés par leurs propres plans de mariage, d’enfants, de maisons, de métier, de carrière… Ils n’ont pas le temps d’écouter les messages qui viennent du Seigneur ! 


« Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra » (Luc 17:30).

 

Jésus nous avertit : « La dernière génération sera pareille. Ils seront si occupés, si accaparés par leurs propres intérêts, qu’ils écarteront tous Mes intérêts! » 


Cela est ainsi depuis des siècles. Beaucoup de gens se croient sur le chemin du Paradis. Mais, semaine après semaine, ils négligent la maison de Dieu, la Parole de Dieu, la prière, la louange. Pourtant, ils ne croient pas pécher. « Pourquoi mon peuple dit-il : Nous sommes libres, nous ne voulons pas retourner à toi ? Et mon peuple m’a oublié depuis des jours sans nombre… Parce que tu dis: Je n’ai point péché » (Jérémie 2:31-36). De telles personnes font peut-être de bonnes choses, mais le Seigneur n’est pas à la première place ! S’Il l’était, ils ne L’écarteraient pas de la sorte. Ils trouveraient du temps pour Lui ! 


Jérémie réprimandait ces gens qui mettaient tant d’empressement à changer de chemin. Tout le monde courait en rond, faisant de bonnes choses, s’occupant de travaux légitimes, même des occupations religieuses. Mais, ils négligeaient Dieu. Ils n’avaient pas le temps de rechercher la présence du Seigneur, pas le temps de s’asseoir à Ses pieds afin d’apprendre. 


L’on voit la même chose de nos jours de par le corps de Christ. Les gens sont tellement occupés à courir pour Dieu qu’ils n’ont plus le temps de rechercher sa présence. Trop de gens n’arrivent plus à s’asseoir et à tenir compte de Sa parole parce qu’ils sont constamment occupés ! 


« Il en sera de même… » (Luc 17). Pourquoi Jésus ne parlait-Il pas de la recrudescence des crimes, lorsqu’Il mentionnait Son retour ? Pourquoi ne se référait-Il pas à l’immoralité de ces jours ? Il n’a rien dit à propos des drogues, des prisons surpeuplées, de l’avortement. Non, Il a seulement dit « Comme ce qui arriva en ces temps: les gens achèteront, vendront, mangeront, se marieront, … préoccupés par de bonnes choses. Et, ils seront tellement occupés, qu’ils négligeront leur propre âme ! » 

En plongeant dans mes souvenirs, je vois beaucoup de
visages de personnes qui ne viennent plus
aux services de l’église de Time Square, à New York

En octobre, notre église célébrera son neuvième anniversaire. Pendant les trois premières années il y avait un tel enthousiasme ! Beaucoup de jeunes professionnels et hommes ou femmes d’affaires venaient à nos réunions. De merveilleuses personnes ayant de brillantes carrières et qui étaient tout feu tout flamme pour le Seigneur ! Ils se disaient spirituellement affamés et racontaient que l’église de Time Square les avait sauvés de la mort spirituelle. 


Ces personnes étaient toujours là lorsque les portes de l’église s’ouvraient. Ils prenaient des messages sur cassettes audio à la maison afin de les ré-écouter jusqu’à ce que les sermons soient compris, assimilés. Ils étaient aussi des évangélistes. Lorsque je les croisais en rue, ils s’arrêtaient pour me saluer et se tournaient, radieux, vers les passants, disant : « C’est mon pasteur. Vous devez venir l’écouter prêcher ! » 


Lorsque je me rendais à leurs lieux de travail et que je me présentais à leurs secrétaires, j’étais bien reçu et on me disait : « Entrez sans attendre, pasteur. » Lorsque je rentrais dans leurs bureaux, ils interrompaient leur activité du moment, me saluaient d’un « Oh, pasteur, c’était merveilleux dimanche ! Lorsque je suis rentré, je ne pouvais pratiquement pas dormir ! L’Esprit du Seigneur était avec moi toute la nuit. » 

Aujourd’hui, je ne vois plus la plupart d’entre eux à l’église. Petit à petit, je les ai vus rétrograder, retourner au matérialisme. Maintenant, ils sont consumés par leur travail, leur carrière ou leurs affaires. Beaucoup d’entre eux vont dans des églises où il y a un culte d’une heure, uniquement le dimanche, comprenant un petit sermon de vingt minutes au plus, sans conviction de péché. Lorsque je vois ces chères personnes dans la rue, elles font semblant de ne pas me voir. Certaines d’entre elles se détournent même et marchent dans la direction opposée ! 


Le fait qu’elles me rejettent me fait beaucoup de mal. Mais quelle doit être la peine de Dieu lorsqu’elles Le rejettent, Lui ! Quels doivent être Ses sentiments de Se voir repoussé par ceux-là même qui autrefois marchaient, parlaient, pleuraient avec Lui ? Autrefois, ces mêmes personnes Lui disaient : »Seigneur, tu m’as sauvé d’un enfer sans Dieu, je ne Te quitterai jamais. » Mais, maintenant, ils n’ont plus une minute à Lui consacrer. 


Avez-vous donné des excuses à Jésus ? Vous dites peut-être : « Je dois gagner ma vie. Le Seigneur comprend. »

Pas du tout ! Il ne comprendra jamais, et il n’acceptera jamais de nous voir Le placer à la seconde place.

« Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. Il est la tête du corps de l’Eglise; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier » (Colossiens 1:18). Jésus doit être notre priorité ! 

2. Pensez à l’homme qui donnait 
une grande fête, mais dont tous 
les invités lui faisaient faux bond
(Luc 14:16-24).

Cette parabole est importante car Jésus est l’homme qui organise la grande fête ! La fête dont il est question, c’est l’Evangile, et la table qui est dressée, c’est la croix. Et l’invitation de Jésus est adressée à tout le monde. « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos » (Matthieu 11:28). 

En clair, notre Seigneur nous invite à une relation intime avec Lui. Nous avons été invités à venir en Sa présence afin de dîner avec Lui, d’apprendre à Le connaître, de jouir de Sa présence. Il dit : « Venez à cette table dressée pour vous. Vous trouverez toute satisfaction en moi ! » 

En effet, Jésus a déjà accompli tout ce qui était nécessaire afin de nous donner entière satisfaction dans cette vie. Tout ce qui a trait à la sainteté, est en Lui. « … sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu... » (2 Pierre 1:3). La table a été dressée. Le dîner est prêt ! 

Pourtant, la parabole nous dit que lorsque l’heure du repas arriva et que la table fut dressée, personne n’était là. Lorsque les serviteurs regardèrent dans la rue, ils ne purent voir arriver personne. Le maître avait espéré que ses invités abandonneraient toutes choses pour arriver à l’heure et plein d’espoir, dans l’anticipation d’une agape pleine de joie. Mais personne n’était venu ! 

Je vous le demande : que ressentiriez-vous si vous aviez préparé un merveilleux repas, et que vos invités qui vous avaient promis de venir, ne venaient pas ? N’auriez-vous pas un sentiment de rejet ? Ne croiriez-vous pas que vos invités ne s’intéressent pas du tout à vous ? 

Ce maître décida d’envoyer un serviteur rappeler à ses invités que tout était prêt. C’était un dernier appel: « Le repas est prêt. Pourquoi n’êtes-vous pas là? » Mais, l’Ecriture dit :

« Mais tous, unanimement, se mirent à s’excuser » (Luc 14:18). 


Le premier invité s’excusa parce qu’il était préoccupé par une affaire de terrain : « …j’ai acheté un champ, et je suis obligé d’aller le voir; excuse-moi, je te prie… » (Luc 14:18). Cet homme était probablement un investisseur qui avait acheté un terrain sans même le voir. Ou, peut-être voulait-il ce terrain pour y bâtir une maison pour sa famille ? 


Ce n’est pas un péché en soi d’investir, ni de bâtir une maison. Ce sont de bonnes choses. Après tout, juste avant le jugement sur la Judée, Elizée avait acheté un terrain suite à une vision. 

Acheter un terrain n’est pas la question ici. La question, c’est que cet homme choisissait mal ses priorités. Il se concentrait sur ses intérêts personnels, ses affaires, sa famille et mettait au second plan une invitation du maître. Il disait : « je m’occuperai de cela plus tard. Je désire tout d’abord m’occuper de mes affaires. » Pourtant, ce terrain n’allait pas bouger ! Il aurait pu y aller le lendemain. 

Le second invité marchandait du bétail. Il dit au serviteur : « J’ai acheté cinq paires de boeufs, et je vais les essayer; excuse-moi, je te prie » (Luc 14:19). Il est possible que cet homme fasse du commerce de bétail. Il semble qu’il ait vu les dix boeufs avant de les acheter, et ils lui avaient probablement semblé en bon état. Mais, maintenant, il voulait les essayer afin de voir s’il avait fait une bonne acquisition. 

Ce n’est pas un péché en soi d’essayer ses boeufs. Abraham et Job ont probablement eu le même genre d’occupation étant donné qu’ils avaient beaucoup de bétail. Cet homme ne faisait que ce qui est recommandé par la Parole de Dieu. 

Mais là n’est pas la question ! Comment cet homme péchait-il ? Il agissait comme si le fait d’aller à l’étable était plus important que d’aller dans la maison du maître. Ces boeufs auraient pu être essayés le lendemain. Mais il ne voulait pas les faire attendre; au lieu de cela, il faisait attendre le maître. 

« Le dernier invité dit : « … Je viens de me marier, et c’est pourquoi je ne puis aller » (Luc 14:20). Rien n’est plus légitime que le mariage. La Bible dit que l’homme qui trouve une épouse trouve une bonne chose (Proverbes 18:22). 

Mais, encore une fois, le mariage n’est pas la question ici. Cet homme péchait par le fait de mettre sa famille à la première place. Le Seigneur dit: « Etre dévoué à sa famille est une bonne chose, mais pas lorsque cela prend Ma place ! » 

Cet homme aurait pu emmener sa femme à la fête. Cela aurait été une bonne façon de débuter son mariage. Il aurait pu dire : « Chérie, le Seigneur a toujours eu la première place dans ma vie. Rien ne peut prendre Sa place. Toujours, lorsque Ses portes sont ouvertes, je vais en Sa présence. Ses intérêts ont la priorité dans ma vie. J’aimerais que mes valeurs deviennent les tiennes. Faisons de Ses intérêts notre priorité. » 

Ce péché, le fait de mettre sa famille avant le Seigneur, est l’un des péchés représentant le plus grand obstacle dans nos églises. Je connais des femmes au foyer qui trouvent difficile de se rendre au culte le dimanche, et encore plus aux autres réunions. Mais elles ont par contre beaucoup de temps pendant la semaine pour courir le monde… Elles courent constamment, faisant des choses spéciales pour leurs enfants. Elles s’arrangent pour avoir le temps de les conduire à des cours de danse, à des leçons de musique, à des activités à l’école, à des fêtes, à des pique-niques, à des activités sportives et dans les magasins… La liste peut s’allonger… Mais, elles n’arrivent pas à réserver un peu de temps pour le Seigneur. Le message que l’on perçoit est clair : « Mes enfants d’abord ! » 

Je vous le dis. Si vous négligez les intérêts de Dieu et placez les enfants à la première place, vous les damnerez ! C’est ce qui est arrivé avec Ezéchias et Manassé. Le Seigneur avait donné quinze années de vie supplémentaires à Ezéchias, des années qu’il aurait dû passer la face à terre devant Dieu et en amenant un réveil en Israël. Au lieu de cela, Ezéchias passait la plupart de ces années à jouer avec des jouets d’adultes: collection de bijoux, achats de bétail, construction de bâtiments. Son fils, qui grandissait pendant ces années, observait son père qui mettait ses jouets et sa famille à la première place. Le résultat: Manassé est devenu l’un des rois de l’histoire d’Israël le plus cruel. 

Quel était le péché de ces trois hommes de la parabole ? C’était le fait de préférer le terrain, les boeufs, ou la famille à un moment d’intimité avec le maître. Rappelez-vous, leurs activités n’étaient pas mauvaises en soi, mais leurs actions devenaient péché et parfaitement impardonnables lorsqu’elles volaient à ces hommes un moment d’intimité avec le maître. 

Laissez-moi vous faire une autre déclaration importante. Vous n’aimez pas vraiment Jésus si vous n’avez pas une attitude protectrice envers le temps que vous Lui réservez ! Il faut arriver au point où tout est considéré comme une intrusion si cela vous vole un moment précieux dans la présence de Jésus. Si vous Le remettez à demain pour quelque chose d’autre, cela peut facilement devenir une habitude. Et vous terminerez comme Jérémie qui disait : « Le négligeant des jours sans nombre » (Jérémie 2:32)?


Que se passe-t-il lorsqu’un maître est négligé ? Il devient fâché ! Le maître de la parabole dit: « Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon repas » (Luc 14:24). En d’autres mots : « Bon, Messieurs, vous m’avez montré que vous êtes tous trop occupés pour moi. Vous avez mis votre travail, votre famille, votre terre, avant moi. Vous ne voulez pas dîner avec moi et apprendre à me connaître. Maintenant, je vous le dis, vous ne me connaîtrez jamais. Vous ne passerez jamais ma porte ! » 

De même, beaucoup viendront à Jésus en disant : « Seigneur, nous avons fait de grandes oeuvres en Ton nom. Nous avons chassé les démons et guéri les malades, tout pour Ta gloire. » Mais, Il répondra : « Ce sont de bonnes choses, mais Je ne vous ai jamais connus ! Vous étiez trop occupés pour rechercher l’intimité avec Moi ! Vous n’avez jamais mis tout de côté pour vous asseoir en Ma présence. Toutes vos bonnes oeuvres ont été accomplies en vain. Eloignez-vous de Moi, étrangers ! » 

  

3. Finalement, un nombre 
important de personnes qui devraient
participer aux noces,
n’y seront pas (Matthieu 25:1-13).

Jésus nous donne une parabole puissante en Matthieu 25. La parabole des dix vierges. Vous connaissez probablement bien cette parabole. Seules cinq des vierges avaient de l’huile dans leurs lampes lorsque l’époux vint les chercher. Les cinq autres furent exclues des noces car elles étaient à la recherche d’huile lorsque l’époux arriva. 

Etant donné que les dix vierges de cette parabole représentent l’Eglise, ceci signifie-t-il que seule la moitié des chrétiens sera présente au repas des noces ? Je ne le sais pas. Mais je sais que nous ferions bien d’écouter ce que Jésus nous raconte. 

Le fait que les dix vierges somnolaient et dormaient jusqu’à minuit ne me cause pas problème. Premièrement, celles qui avaient de l’huile pouvaient dormir en paix car elles en avaient assez jusqu’au matin. (Certaines personnes disent que l’huile représente le Saint Esprit et que les cinq vierges folles s’étaient promenées insouciantes et avaient perdu l’onction du Saint Esprit.) 

Deuxièmement, l’huile n’est pas au coeur de la parabole. Pourtant, généralement, elle attire tellement notre attention que nous passons à côté d’un aspect très important. Voyez-vous, dès le moment où les vierges ont trouvé l’huile, elles sont revenues et se sont mises à frapper à la porte, disant:

« Seigneur, Seigneur, ouvre-nous… »

Mais que leur dit l’époux ? Il ne leur a pas demandé d’où elles venaient, il ne les a pas réprimandées pour leur manque d’huile, il n’a pas mentionné le fait qu’elles étaient en retard. Il n’a dit aucune de ces choses. Non, il a dit très clairement: « Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas » (Matthieu 25:12). Il a dit:

« Je ne vous connais pas ».

Voilà le coeur de la parabole ! 

Récemment, après une réunion dans notre église, une femme et sa fille se sont approchées de moi. Nous nous sommes serré la main et puis elles se tenaient là, souriantes. Après un moment, elles m’ont demandé : « Ne nous reconnaissez-vous pas ? » J’ai dû faire signe que non. Elles m’ont dit:

« Nous vous avons rencontré il y a quinze ans, après une campagne d’évangélisation à Los Angeles. Vous avez prié pour nous. Vous souvenez-vous ? Nous sommes sur votre liste de diffusion e-mail. Nous aimons beaucoup vos messages et nous avons suivi votre ministère toutes ces années. Comment est-ce possible que vous ne nous connaissiez pas ? » 

Je ne les avais pas vues depuis quinze ans ! Je leur ai dit: « Je suis désolé, Mesdames, je ne vous connais pas. » Les deux femmes m’étaient étrangères. 

Certainement, Jésus sait qui nous sommes. Il est omniscient. Il sait tout. Mais il ne s’agit pas de ce type de connaissance dans cette parabole. Jésus dit:

« Vous ne m’avez jamais pris au sérieux. Vous ne m’avez jamais mis à la première place. Et cela ne ressemble pas à ce que j’attends de mon épouse. Vous n’avez pas cette relation à coeur, Vous m’avez négligé. Je ne peux reconnaître votre esprit, votre style de marche. Je ne peux vous accepter à mes noces ! » 

Bien-aimés, connaissez-vous Jésus dans votre lieu secret autant qu’à l’église ? Lui parlez-vous alors que vous êtes en chemin vers votre travail, dans votre voiture, dans le métro, dans le bus ? Etes-vous présents autant que possible lorsque les portes de l’église sont ouvertes ? Jésus vous connaîtra-t-Il quand le dernier jour viendra ? 

Une promenade dans les rues de
New York, la nuit, peut être une
expérience à vous briser le coeur.

Il y a quelques semaines, je me suis promené dans le quartier proche de notre bâtiment afin de m’acheter un journal. Quand je suis arrivé à la rue quarante-neuf, j’ai vu une femme sans-logis, l’air triste, assise sur le trottoir. Elle ne devait pas avoir plus de 50 ans mais avait l’air d’en avoir 80. Elle me regardait d’un regard affamé et perdu, comme pour dire : « Voilà tout ce que la vie a à m’offrir. »

J’en avais le coeur brisé et je pensais :

« Elle est la mère de quelqu’un ! » 

Tournant à droite, vers la huitième avenue, j’ai vu un jeune homme aux cheveux fous. Il était drogué et passait près de moi d’un pas hésitant, murmurant des mots que personne ne pouvaient comprendre. Je pensais : « Il vit l’enfer toute sa vie, et quand il mourra, il passera probablement l’éternité en enfer. » Cela me semblait si tragique et cela me rendait si triste et désemparé. 

Après avoir acheté le journal, je me suis retourné et je suis passé à côté d’une jeune prostituée. Elle avait le regard vague. Son corps avait l’air brisé et malade, et pourtant elle essayait encore de le vendre afin de pouvoir s’acheter de la drogue. Je me demandais si elle avait jamais connu une vie normale. 

Je suis revenu à mon appartement plein de tristesse. Je me suis assis, j’ai regardé vers le haut et je me suis mis à pleurer : « Ô Dieu, cette ville n’est-elle pas suffisamment l’enfer ? N’auras-tu pas pitié de ces pauvres gens lorsqu’ils se présenteront devant toi ? Aucun d’eux n’a entendu les sermons que nos amis de l’église de Time Square ont pu entendre. Ils n’ont pas connu la communauté des saints. Ils n’ont pas été touchés par l’Esprit Saint. Ils n’ont pas les capacités mentales pour attendre Ton retour. Ô Seigneur, parfois je pense que Tu seras plus miséricordieux avec des pauvres gens qu’avec tous les saints qui ont entendu des centaines de sermons mais Te rejettent toujours ! » 

En effet, Jésus a dit qu’Il sera plus tolérant pour Sodome et Gomorrhe que pour ceux qui ont un jour goûté des grâces de Dieu.

Je parle des personnes qui ont connu Dieu. Je parle des personnes qui ont connu la puissance du Saint Esprit, qui se sont engagées à aimer et à servir Jésus jusqu’à la mort, mais qui se sont détournées vers l’égoïsme, le matérialisme, et leurs propres intérêts. Dites-moi, comment pouvez-vous vous attendre au retour de Jésus si vous êtes tout accaparés par les bonnes choses de ce monde ? 

Si Jésus n’est pas la  » prunelle de vos yeux « , si toute votre attention n’est pas tournée vers Lui, vers Son église, vers Sa Parole, vers Ses intérêts, vous ne pouvez être Son disciple. Ce serait mieux pour vous d’être un pauvre sans-logis que d’être un tel hypocrite ! 

Je le dis à nouveau, avec amour. Beaucoup d’entre vous qui lisez ce message n’y arriveront pas, sauf si vous faites cet engagement dès aujourd’hui. « Seigneur, à partir de ce moment, je m’engage à faire de Toi le centre de ma vie ! Tout le reste passera après Toi. Tu es tout pour moi, Jésus. Et, je sais qu’autrement, tout sera en vain ! » Amen! — 


Source: World Challenge, P. O. Box 260, Lindale, TX 75771, USA. 

 

http://sentinellenehemie.free.fr/wilkersondavidw6.html

  3Comments

  1. TINOU68   •  

    voici un autre article de David qui nous a été partagés à la dernière réunion de prière

    Être Prêt N’Est Pas Une Plaisanterie

    Par David Wilkerson
    L’article est très long, donc difficile à mettre ici, mais il est vraiment à méditer, si vous voulez participer à l’enlèvement, je vous conseille de le lire, en voici la conclusion
    « Aujourd’hui, si vous entendez Sa voix, n’endurcissez pas vos cœur, comme lors de la révolte… » (Hébreux 3:7 et 8)? Ceux qui endurcissent leurs cœurs n’entendent plus la douce voix du Seigneur qui essaie de vous amener à la repentance. Non, non, n’attendez pas, tournez-vous dès maintenant vers Dieu, laissez Sa grâce vous aider à vous détourner du mal et à revenir à la sainteté.

    Avez-vous négligé Sa Parole, l’avez-vous négligée jour après jour, ne cherchant plus Sa face, ne cherchant plus à Le connaître plus intimement? Alors ce qu’il vous reste à faire, c’est Lui demander pardon, un pardon très sincère qui vient du cœur, repentez-vous devant Dieu.

    Écoutez-moi, je sais qu’un message comme celui-là, apporte de la tristesse dans vos cœurs, tant que le Saint-Esprit n’aura pas fait l’œuvre en vous par ce message. Et nous savons que la tristesse selon Dieu produit une repentance QUI MÈNE AU SALUT et que l’on ne regrette pas, tandis que la tristesse du monde produit LA MORT (2 Corinthiens 7:10).

    Par cette repentance, vient une joie immense et une paix qui surpasse toute intelligence, et tout cela vient inonder votre cœur, parce que vous avez obéi à Sa Sainte Parole. Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice.

    ÉCOUTEZ-MOI TOUS, CECI N’EST PAS UNE PLAISANTERIE

    • Michelle d'Astier de la Vigerie   •     Author

      J’ai fait de petites corrections. La voix qui vient d’en Haut est la voix du Seigneur ! Il n’y a qu’une seule voix dont la Bible nous parle… même quand elle nous est transmise sur terre par le Saint-Esprit de Dieu.

      Je crois que les gens sont vraiment touchés par cet article de Wilkerson: il est très téléchargé. Une prise de conscience salutaire …

  2. Emanuelle   •  

    C’est vrai qu’il y a matière à se remettre en question!

    Quand on pense que les signes que D’ieu soit avec quelqu’un c’est essentiellement la bénédiction financière affective et spirituelle et que la parole réfute cela en disant en gros:  » Même si vous avez tout cela, ça n’est pas le signe que vous êtes avec moi ».

    Personnellement le verset le plus dur dans la parole est celui-ci:

    « Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité »: Matth 7,22-23.

    On voit là! des personnes qui ont les signes d’adoption, des signes de la bénédiction spirituelle et ils se retrouvent en dehors de la Jérusalem céleste.

    C’est dur! dur!

    Comme quoi ce qui prime c’est l’attitude de cœur d’âme et d’esprit!

    Matthieu 20, 15-16: …. Ne m’est-il pas permis de faire de mon bien ce que je veux? Ou vois-tu de mauvais œil que je sois bon? –

    Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers.

Laisser un commentaire