Sache que dans les derniers jours…, par Daniel Steen

13_monde-sous-puissance-malin-satanIntroduction

Tous les chrétiens qui étudient la fin des temps connaissent certains versets par cœur. Parmi ceux là, une prophétie extraordinaire de l’apôtre Paul :

2 Tim 3/1-5 : Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. 2 Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, 3 insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, 4 traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, 5 ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-là.

Pourquoi   cette   prophétie   est-elle   étonnante, « extraordinaire » ?

Tout simplement parce que les mots grecs qui sont utilisés ici ne se retrouvent que très rarement, voir pas du tout, dans tout le reste du nouveau testament.

Paul a donc eu la vision du monde de la fin des temps et spécialement du comportement de celles et ceux qui devraient constituer le corps de Christ à cette période. Cette vision est tellement déroutante que les mots choisis sont à la fois rarement utilisés et nombreux dans leur diversité.

Paul a également jugé bon de rassembler tous ces mots en quelques lignes seulement, comme s’ils coulaient ensemble d’une source. On imagine très bien l’apôtre, saisi par l’Esprit de Dieu, qui rédige ce texte en essayant de ne rien oublier de ce que l’Esprit révèle.

Tous les signes montrent que nous   sommes « dans les derniers jours », c’est pourquoi ce texte nous interpelle particulièrement.

Des temps difficiles

Le terme traduit par « difficiles » est « Chapelos » qui signifie un temps dur, féroce, farouchement difficile à gérer et à supporter. On retrouve ce terme une fois, quand Jésus est passé dans le pays des Gadaréniens, il y avait deux démoniaques « furieux » au point que personne ne passait par là. C’est le même mot !

Matt 8/28 : Lorsqu’il fut à l’autre bord, dans le pays des Gadaréniens, deux démoniaques, sortant des sépulcres, vinrent au-devant de lui. Ils étaient si furieux que personne n’osait passer par là.

Nous voilà donc fixés sur l’ambiance générale des derniers jours. Cela signifie que les personnes sensibles ont et auront beaucoup de difficultés à supporter cela. Il est compréhensible que plusieurs soient « dégoûtés ».

De qui parle Paul dans ce texte ?

Paul parle de personnes qui sont « actives dans le milieu chrétien ». En effet, il précise que ces personnes :

—>Apprennent, étudient les écritures, mais ne parviennent pas à la connaissance de la vérité (2 Tim 3/7).

—> Elles ont « l’apparence de la piété », ce qui n’est pas le cas des « gens du monde » qui n’ont pas besoin de ça.

—>Les hommes de cette catégorie, peuvent aussi séduire les femmes faibles et esseulées. Réalisant ainsi leur besoin de débauche

—> Ces personnes « avanceront toujours plus dans le mal, égarant les autres et égarés eux-mêmes ».

En réalité nous savons que le blé et l’ivraie poussent ensemble. Il ne faut donc pas être étonné de constater que l’ivraie soit vivant, ce n’est pas une plante inactive, elle fait son travail de séduction, de découragement et d’étouffement du blé. Le blé a été prévenu par de multiples textes.

Maintenant, nous pouvons ajouter que la dégradation morale et spirituelle de la fin n’est pas présente seulement dans l’église. Elle est d’abord généralisée dans le monde et si elle s’est introduite dans l’église, c’est bien parce que l’esprit du monde est entré dans l’église.

Mais l’esprit du monde dans l’église a besoin de sauver les apparences…sinon il serait repoussé !

Comme le Seigneur disait « c’est aux fruits » (Matt 7/15-24) que vous les reconnaîtrez, pas à l’apparence, pas aux dons spirituels qu’ils utilisent, pas aux discours qu’ils font, pas à l’attraction qu’ils exercent…

Car les hommes seront….

Egoïstes : Philauto

 

Le terme « Philauto » n’est utilisé que dans ce verset, il signifie « amour de soi », préoccupé par ses propres désirs. Cela veut dire que les motivations profondes sont toujours personnelles. Il n’y a pas de gratuité, de don de soi pour Dieu et pour les autres.

Amis de l’argent : Philarguros

 

C’est la cupidité, l’avarice, l’amour de l’argent. La Bible n’interdit pas que quelqu’un soit riche, ce qui est mauvais c’est d’être esclave de l’argent. Luc a utilisé ce terme une fois lorsqu’il a parlé de l’économe infidèle, Jésus venait de dire : « nul ne peut servir deux maîtres… » :

Luc 16/14 : les pharisiens qui étaient avares, écoutaient aussi tout cela et se moquaient de lui…

Fanfarons : Alazon

 

Le mot « Alazon » veut dire : vantard, quelqu’un qui s’affiche bruyamment, un arrogant qui affirme des choses qu’il ne peut pas vraiment faire. Cette personne a besoin d’auditeurs naïfs. En résumé il est « léger, creux ».

On retrouve une autre fois ce terme dans le NT :

Rom 1/28-30 : Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes, 29 étant remplis de toute espèce d’injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice; pleins d’envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité; rapporteurs, 30 médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents,

Hautains : Huperephanos

 

Ce terme est un peu plus courant dans le NT, on le trouve 5 fois. Le mot grec est constitué de

« hyper » (au-delà) et de « phaino » (briller). Autrement dit « sur brillant », ou encore : fier, dédaigneux, arrogant. Cela peut prendre le sens d’aller « au-delà de la foi que Dieu donne ». L’hautain est présomptueux, comme la grenouille qui voulait être aussi grosse que le bœuf…

Luc 1/51 : Il a déployé la force de son bras; Il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses.

Rom 1/30 : (voir ci-dessus)

Jacq 4/6 : Il accorde, au contraire, une grâce plus excellente; c’est pourquoi l’Ecriture dit: Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.

1 Pie 5/5: De même, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez- vous d’humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.

Blasphémateurs : Blasphemos

 

Terme qui signifie que l’on ne reçoit pas les réalités spirituelles et morales. Au contraire on dit des paroles diffamantes et calomniatrices, des

injures. Voici les versets qui utilisent le même terme :

Act 6/11 : Alors ils subornèrent des hommes qui dirent: Nous l’avons entendu proférer des paroles blasphématoires contre Moïse et contre Dieu.

Tim 1/13 : …moi qui étais auparavant un blasphémateur, un persécuteur, un homme violent. Mais j’ai obtenu miséricorde, parce que j’agissais par ignorance, dans l’incrédulité; 1

Pie 2/11 : tandis que les anges, supérieurs en force et en puissance, ne portent pas contre elles de jugement injurieux …

Rebelles à leurs parents : Apeithés

 

La lettre « A » (alpha) en préfixe signifie « non », suivi du mot « peitho » dont le sens est : persuader. Cela signifie que les jeunes ne se laissent plus convaincre par leurs parents. On dit qu’ils sont « impersuasifs ». Les parents ne savent plus comment faire avec leurs enfants pour leur donner les valeurs de respect, d’obéissance etc…

Le ministère d’Elie qui doit venir avant le Mashiah a pour but, entre autres de détruire cette rébellion. Nous retrouvons ce terme aux versets suivants :

Luc 1/17 : il (Elie) marchera devant Dieu avec l’esprit et la puissance d’Elie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants, et les rebelles à la sagesse des justes, afin de préparer au Seigneur un peuple bien disposé.

Act 26/19 : En conséquence, roi Agrippa, je n’ai point résisté à la vision céleste:….

Rom 1/30 : (voir ci-dessus)

Tite 1/16 : Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs œuvres, étant abominables, rebelles, et incapables d’aucune bonne œuvre.

Tite 3/3 : Car nous aussi, nous étions autrefois insensés, désobéissants, égarés, asservis à toute espèce de convoitises et de voluptés, vivant dans la méchanceté et dans l’envie, dignes d’être haïs, et nous haïssant les uns les autres.

Ingrats : Acharistos

 

Ici nous avons à comprendre que ce mot vient de

« xarizomai » qui signifie « faire l’expérience de la grâce ». Avec le préfixe « non », nous avons donc quelqu’un qui, lorsqu’on lui offre quelque chose, ne se rend pas compte que c’est une grâce,     un     cadeau.     Le     terme     français « ingratitude » contient la racine « grâce ».

Une personne qui ne comprend pas que, ce qu’elle reçoit est une grâce, s’imagine que c’est « normal qu’on la lui donne ». Par conséquent, il n’y a aucune reconnaissance à attendre, aucun remerciement car, à la limite, elle a reçu   un « dû » !

Luc 6/35 : Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très-Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants.

Irréligieux : Amosios

 

Le mot « hosios » a le sens du respect des choses de Dieu, de tout ce qui devrait être sanctifié. Précédé de la négation, nous avons alors quelqu’un qui se moque des choses saintes : c’est un impie, il blasphème.

On peut se demander que fait une telle personne dans l’église ? Pourquoi n’est-elle pas dévoilée ? La question n’est pas si simple parce que son attitude n’est pas forcément ouverte. Dieu seul connaît le fond du cœur. Par conséquent l’irrespect des choses de Dieu peut-être camouflé, il faut le discernement, car le loup se déguise… souvent en prophète d’ailleurs (Matt 7/15).

1 Tim 1/9 : sachant bien que la loi n’est pas faite pour le juste, mais pour les méchants et les rebelles, les impies et les pécheurs, les irréligieux et les profanes, les parricides, les meurtriers,….

Insensibles : Astorgos

 

Ce mot signifie « sans amour naturel », sans affection naturelle. Cela sous entend un endurcissement du cœur à un point tel que la personne ne se rend même plus compte que son attitude est blessante, méchante. Elle n’a pas de compassion, pas d’empathie pour les personnes qui souffrent et cela ne la trouble pas. Elle ne comprend même pas pourquoi elle devrait-être troublée… C’est comme ça !

Rom 1/31-32 : …. Dépourvus d’intelligence, de loyauté, d’affection naturelle, de miséricorde. 32 Et, bien qu’ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font.

Déloyaux : Aspondo

 

Ce mot est unique dans le NT, c’est dire sa gravité exceptionnelle. Il signifie que quelqu’un est « implacable », c’est-à-dire que lorsqu’arrive un différent avec lui, la réconciliation ne viendra jamais. Il entre dans une guerre sans trêve, étant incapable de s’apaiser. Cela rejoint et complète le manque d’affection naturelle.

On ne peut pas entrer dans une association avec une telle personne, car elle est incapable de tenir une alliance quelconque.

Calomniateurs : diabolos

 

C’est ici le mot le plus courant de la prophétie de Paul. Diabolos veut dire « accusateur » et l’on retrouve 38 fois dans le NT ce terme, notamment pour parler du « diable ».

Cependant voici 2 versets qui expliquent bien le sens du mot :

1 Tim 3/11 : Les femmes, de même, doivent être honnêtes, non médisantes, sobres, fidèles en toutes choses.

Tite 2/3 : Dis que les femmes âgées doivent aussi avoir l’extérieur qui convient à la sainteté, n’être ni médisantes,….

Nous   constatons   que   la   personne   qui     est « médisante » est à l’image du diable. Nous n’avons pas à dire du mal des autres, à critiquer injustement etc… C’est cependant un fléau très commun dans les églises.

Intempérants : Akratés

 

Le mot « kratos » parle de la capacité à maîtriser, une puissance capable de contrôler. Avec le préfixe « non », nous avons donc quelqu’un qui est incapable de se maîtriser lui-même. Il est donc susceptible d’excès et de colère qu’il ne parvient pas à contrôler. Ce terme n’est pas utilisé ailleurs dans le NT.

Cruels : Anémeros

 

Le préfixe « Non » est suivi de « hémeros » dont le sens est : dompter. Cette personne est donc « indomptable », brutale, sauvage, féroce. On ne parvient pas à s’entendre avec un être comme ça. Là encore, le terme est unique dans le NT. Il complète les précédents…

Ennemis des gens de bien : Aphilagathos

 

« Agathos »   signifie :   intrinsèquement bon, un « amant » de ce que Dieu aime ! On retrouve ce mot dans le verset suivant :

Tite 1/7- 8 : Car il faut que l’évêque soit irréprochable, comme économe de Dieu; qu’il ne soit ni arrogant, ni colère, ni adonné au vin, ni violent, ni porté à un gain déshonnête; 8 mais qu’il soit hospitalier, ami des gens de bien, modéré, juste, saint, tempérant,….

Avec le préfixe « non », nous avons alors une personne qui n’aime pas ce qui est bon, ce qui est bien et qui fait plaisir à Dieu.

Aimant le plaisir plus que Dieu : Philodonos

 

Le   mot   est composé de « philo » (aimer)   et « hédone » (plaisir).

« Les penseurs hédonistes ont orienté leur vie en fonction de leurs dispositions propres, mais on retrouve des thèmes communs : l’amitié (thème cher à Épicure), la tendresse, la sexualité, les plaisirs de la table, la conversation, une vie constituée dans la recherche constante des plaisirs (cf. Le Gorgias de Platon), un corps en bonne santé. On peut aussi trouver la noblesse d’âme, le savoir et les sciences en général, la lecture, la pratique des arts et des exercices physiques, le bien social… »

(Source : Wikipédia)

Nous voyons que le mot « plaisir » recouvre une multitude d’aspects qui, au fond n’ont qu’un objectif : satisfaire l’âme et la chair. Dieu n’est pas contre le plaisir, ce qu’il ne veut pas c’est que celui-ci passe avant lui.

Ayant l’apparence de la piété : Morphosis

 

Le terme vient de « Morphoo » dont le sens est « forme, contour ». Nous avons donc des personnes qui ont une forme de piété et de connaissance de la parole de Dieu. Mais c’est une forme creuse.

Rom 2/17-24 : Or si toi, tu portes le nom de Juif, et que tu te reposes entièrement sur la loi, 18 et que tu te glorifies en Dieu, et que tu connaisses la volonté, et que tu saches discerner les choses excellentes, 19 étant instruit par la loi, et que tu croies que tu es conducteur d’aveugles, lumière de ceux qui sont dans les ténèbres, 20 instructeur des hommes dépourvus d’intelligence, maître de petits enfants, ayant la formule de la connaissance et de la vérité dans la loi; 21 toi donc qui enseignes les autres, ne t’enseignes-tu pas toi-même? Toi qui prêches qu’on ne doit pas dérober, dérobes tu? 22 Toi qui dis qu’on ne doit pas commettre adultère, commets-tu adultère? Toi qui as en abomination les idoles, commets-tu des sacrilèges? 23 Toi qui te glorifies en |la| loi, déshonores-tu Dieu par la transgression de la loi? 24 Car le nom de Dieu est blasphémé à cause de vous parmi les nations, comme il est écrit. (Darby)

Nous   voyons    dans   ce   texte    que   certaines personnes ont étudié les écritures et par leur pédagogie sont aptes à bien les enseigner, mais comme  leur  vie ne correspond pas à leur enseignement, ces personnes ont une « forme de piété », une « forme de connaissance ».

Le terme « Eusebeia » est utilisé 15 fois pour parler de la piété. Il est composé de « eu » signifiant « bien » et « sebonai » qui signifie : tenir quelqu’un en haute estime, lui montrer de la crainte et du respect.

Les personnes qui n’ont que la « forme de piété » sont très capables humainement de faire illusion dans l’église, mais il faut regarder leurs vies pour découvrir l’hypocrisie et le mensonge. Ces personnes finissent par écœurer les autres quand elles sont découvertes.

Reniant ce qui en fait la force : Arnéomai

 

C’est un terme très courant, utilisé 33 fois dans le NT. Il a le sens de « nier », refuser d’avouer.

Jésus et Paul ont utilisé ce mot :

Matt 10/33 : mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux.

  • Tim 5/8 : Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle.

Là encore, nous constatons que le reniement ne se fait pas que par la parole, les manques d’actes d’amour suffisent à renier la foi…

Réflexions

On peut se demander quelles peuvent être les causes d’une telle dégradation dans l’église. Dans nôtre société nous avons assisté au phénomène de « l’enfant roi » et nous savons bien qu’un enfant gâté devient un dictateur.

Ceci est complété par la démission des parents quant à l’éducation des enfants. La société a inventé des besoins qui font qu’un seul salaire ne suffit plus à la vie familiale, les parents très occupés et les enfants ne se voient plus beaucoup… et ceci sans compter les divorces et éloignements. Par ailleurs les écoles ont diffusé des doctrines de démons et des instructions plus que douteuses en rapport à l’existence de Dieu.

Ajoutons que les médias, l’internet et autres Ipod occupent tout le monde plus que de mesure. Les abominations sont entrées dans beaucoup de maison comme des banalités sans que l’on prenne garde aux conséquences. Les idées s’échangent avec rapidité et les mouvements de révoltes prennent naissance un peu partout. Rien que cela suffit à amener le désastre.

Mais n’y a-t-il que cela ? N’oublions pas que les sangs du milliard d’enfants avortés crient vengeance ! Il y a de nombreuses raisons spirituelles à la catastrophe. Quand on établit des lois iniques, il y a forcément des conséquences. Mais bien souvent on ne fait pas le rapport de cause à effet et la vie suit son cours…Cependant ce sont les adultes qui ont fait tout cela, ils en portent la responsabilité.

Les écritures nous donnent une seule solution à cette situation : la repentance ! Qu’est-il écrit ?

  • Chr 7/14 : Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, Je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son

Il ne s’agit que du peuple de Dieu et de lui seul. S’il se détourne de sa mauvaise voie, c’est tout le pays qui sera guéri !

Encore faut-il qu’il se rende compte qu’il est sur une mauvaise voie…c’est ça qui est difficile, surtout   quand   on   ne   sait   pas   qu’on est « malheureux, pauvre, misérable, aveugle et nu » et qu’on se croit riche…n’ayant besoin de rien !

C’est là que nous avons besoin de l’action du Saint Esprit et que la prophétie de Malachie prend tout son sens :

Mal 4/5-6 : Voici, je vous enverrai Elie, le prophète, Avant que le jour de l’Eternel arrive, Ce jour grand et redoutable. 6 Il ramènera le coeur des pères à leurs enfants, Et le coeur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit.

Parce que nous sommes arrivés à un point où les plus âgés sont « délégitimés » aux yeux des plus jeunes et c’est très grave. Mais si le peuple de Dieu, comprenant les jeunes et les plus âgés, ne se repent pas que va-t-il advenir ? Déjà une multitude de croyants mûrs ont quitté les églises, dégoûtés   de   ce   qu’ils   y   ont   vécu.   Vont-ils

« résister jusqu’au bout » ?

Certains   pasteurs   ont   décidé   de   faire   des « églises de jeunes » s’imaginant peut-être qu’ils sont poussés par l’Esprit Saint ! C’est un non sens complet et un manque de discernement incroyable. L’Eglise doit être représentative de toute la société, de toutes les tranches d’âge, comme   dans   une   famille.   Pourquoi   ce choix « d’église de jeunes » ? Parce qu’on veut se faire bien voir d’eux ? Parce qu’on se dit que l’avenir c’est la jeunesse ? Dans ce cas, sortons les plus âgés (c’est d’ailleurs ce qu’ils font de plus en plus), ils ne servent plus à rien ! Leur expérience n’a plus d’intérêt ! Quelle bêtise…Il est d’ailleurs écrit :

Eccl 10/16 : Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant, et dont les princes mangent dès le matin!

La vision des sages d’Israël

(Cette partie de l’etude a été faite à l’aide des ouvrages du Rav ‘Ezriel Tauber : « Des jours approchent » et du Rav Alexandre Aryéh Mandelbaum : « Bientôt…de nos jours »).

La tradition juive rapporte que 15 signes décadents doivent apparaître à la fin des temps. Pourquoi ce chiffre 15 ? C’est un chiffre symbolique, par exemple dans le Temple il y avait 15 marches qui conduisaient à la partie réservée aux hommes, David a donc fait 15 « Cantiques des degrés » (Ps 120 à 134). De même que la lune croît jusqu’à la pleine lune au 15ème jour.

Ainsi les sages d’Israël disent qu’il y a 15 degrés à la sainteté et donc 15 degrés à la décadence avant l’arrivée du Mashiah.

La Mishna (compilation écrite des lois orales, partie du Talmud rédigé vers le 6ème siècle), comporte des traités. Parmi eux le « Sota » (suspicion d’adultère) dans lequel on peut lire :

Sota 49b : Aux temps pré messianiques, l’insolence grandira (ceux qui agissent avec insolence gagneront de la force et du pouvoir), l’inflation persistera ; la vigne produira ses fruits mais le vin sera cher (les gens se livreront à des beuveries et chercherons continuellement des occasions de jouir) ; Le gouvernement tournera à l’hérésie ; il n’y aura plus de réprimande ; il y aura des lieux de rendez-vous pour la prostitution (les gens seront si insolents qu’ils désigneront ouvertement des lieux d’immoralité) ; la sagesse de la Torah des érudits diminuera ; ceux qui craignent le péché seront méprisés ; la vérité sera absente ; les jeunes feront blanchir le visage des anciens (ils leur feront honte en public) ; les anciens se lèveront en présence des jeunes (les jeunes demanderont que les anciens les honorent, une démonstration d’insolence grandissante) ; le fils se moquera de son père et la fille s’élèvera contra sa mère ; les ennemis d’une personne seront les membres de sa maison ; le fils n’aura pas honte (en présence) de son père ; la face de la génération sera comme la face d’un chien (les riches et les gens fortunés auront une soif sans cesse accrue d’(argent comme les chiens cherchent continuellement de la nourriture)

  1. La ‘houtspa

 

« houtspa yasgué » : L’arrogance montera à son paroxysme. C’est un problème généralisé jusqu’au plus haut niveau des autorités, ça ne concerne pas seulement la simple délinquance. Les hommes politiques profèrent des promesses qu’ils ne tiendront jamais, les présomptueux et les arrogants dominent, c’est une malédiction. Les sages juifs pensent qu’un cancer peut-être guéri s’il reste une cellule saine, voilà pourquoi ils retournent à la Tora.

  1. Inflation et dévaluation

 

« yoqèr yamir » : La marchandise sera maintenu à un prix fort. Il s’agit d’un renchérissement artificiel des prix. D’ordinaire s’il y a inflation, il n’y a pas récession. S’il y a décroissance, il n’y a pas d’inflation. Mais de nos jours les deux phénomènes arrivent en même temps, la marchandise ne manque pas, mais cependant son prix monte. C’est l’objet de la malédiction, les objets sont coûteux par suite de la cupidité des hommes.

Une autre compréhension est que « les articles chers sont artificiels ». En effet beaucoup d’articles son chers à cause de la « marque ». On peut tout à fait survivre avec des objets de même qualité, sans marque, et donc moins chers.

  1. Aliénation de la matière

 

« haguéfèn titèn pirya ve-hayayine beyoqèr » : la vigne donnera son fruit, mais le vin sera onéreux. C’est le symbole de la jouissance de la vie. Les hommes s’adonneront au plaisir, mais les prix seront très élevés. Ce sera la marque d’un « haut niveau de vie ».

  1. Athéisme au niveau gouvernemental

 

« Malkhouth téhefakh le-minouth » : le pouvoir sera converti à l’athéisme. C’est à dire qu’il niera l’existence de Dieu. C’est déjà réalisé dans de nombreux pays depuis l’occident jusqu’à l’orient.

  1. Absence de réprimande

 

« ein tokha’ha » : il n’y aura pas de réprimande. Les sages disent que cela signifie qu’il n’y   aura « personne   désireux   de   vérité ».   Le terme « tokha’ha » signifie « mettre en face », prouver à l’interlocuteur que son raisonnement ou sa conduite sont erronés. Les gens chercheront à fuir cela. Ils semblent dirent « Ne m’embrouillez pas avec des faits, j’ai déjà mon opinion… »

  1. Centres d’immoralité

 

« beith va’ad yiheyé lizenouth » : les lieux de rassemblement pour la prière et l’étude seront des centres d’immoralité.

  1. Les centres de la Tora seront détruits

 

« haGalil yé’hérav vehaGavlan yachoum » : la Galilée sera détruite et le Golan un lieu de désolation. Ces deux régions étaient des régions où vivaient les grands érudits d’Israël. Le Talmud annonce donc la destruction des centres d’érudition. C’est ce qui s’est produit en Europe en 39-45.

  1. Les frontières tomberont

 

« ve-anechei ha-guevoul yessovevou mé-‘ir le- ‘ir velo ye’honenou » : Les gardes frontières vagabonderont de ville en ville et ne trouveront pas grâce. Les gardes frontières d’Israël sont les érudits et les justes qui protègent contre les écarts. Ils affronteront l’indifférence, le mépris et l’humiliation.

« L’excès d’honneur ou d’argent ne risquent pas de guetter celui qui se consacre aujourd’hui à l’étude ».

  1. Sagesse et piété seront bafouées

 

« ‘hokhmath soferim tisra’h ve-yirei ‘hèt yimassou » : la sagesse des scribes, ceux qui étudient, sentira mauvais et ceux qui craignent le péché inspireront le dégoût.

  1. Le morcellement de la vérité

 

« ha-émeth tiheyé né’dèreth » : la vérité sera absente. La suite dit « ‘ve-sar méra’ michtolel » : qui se détourne du mal sera une proie facile. Le Talmud commente ce texte en disant que le peuple juif sera divisé en groupes distincts et la vérité en sera absente, elle sera fragmentée et dispersée pour finir par disparaître.

« Le monde ne peut exister sans vérité. Elle doit se trouver quelque part. Où sera-t-elle ? Uniquement parmi les individus. Ceux qui s’affranchissent des organisations – qui n’ont pas besoin de protéger la leur – seront disponibles pour identifier et tenir la vérité. Ces êtres d’exception qui se séparent du mensonge et de la perversion de la « vérité » se feront néanmoins traiter de fous. Ils seront des marginaux. On ne les écoutera pas. La voix de la vérité n’aura pas de tribune publique. Qui la cherche doit absolument devenir indépendant. »

  1. Manque de respect envers les aînés

 

« Ne’arim penei zeqénim yalbinou, ou-zeqénim ya’amdou mipenei qetanim, bén menavel av, bath qama be-ima, kala be-‘hamotha » : les jeunes feront rougir les anciens, lesquels se lèveront devant eux; Le fils dégradera son père, la fille s’en prendra à sa mère et la bru à sa belle mère.

C’est en soi une malédiction, les adultes se levant devant les jeunes par respect. On raconte que lorsqu’on respecte les écritures, on sait que l’homme a été créé à l’image de Dieu. Donc un père est chronologiquement plus proche de l’image de Dieu, le fils doit le respect. Par   contre dans un monde où l’on enseigne que l’homme vient du singe, le plus jeune est plus éloigné du singe, donc plus évolué. C’est donc au jeune que l’on doit le respect.

  1. Des ennemis sous son propre toit

 

« oyevei ich anechei veitho » : les ennemis de l’homme seront les membres de sa propre maisonnée. Pendant les dernières grandes guerres, on a vu nombre de personne trahir leurs proches. Ce fut aussi le cas sous les régimes communistes et totalitaires en tous genres. Mais la malédiction s’étend aussi à la structure de la famille. Le nombre de divorces et de procès entre époux ou parents et enfants ne cesse de grandir.

  1. Une génération à l’image du chien

 

« penei hador kipenei hakélev » : le visage de la génération sera comme la face d’un chien. Comme les chiens qui n’éprouvent pas de honte les uns des autres, les hommes seront pareils, quelle que soit leur conduite. De plus le chien est « suiveur », les hommes le seront également. Par exemple les phénomènes de mode montrent à quel point ils obéissent à leur maître manipulateur. De même les leaders politiques suivent de plus en plus les opinions publiques, ils courent après les voix des électeurs.

  1. Absence de gêne devant les pères

 

« bèn eino mitbayech mé-aviv » : un fils n’éprouve pas de honte devant son père. C’est à dire que la génération qui précédera le Mashia’h ne respectera plus l’autorité des pères.

  1. Il n’y a plus rien à faire

 

« al ma yech lanou lehicha’èn ? ‘al avinou ché- bachamayim » : Sur qui pouvons-nous compter ? Sur notre père qui est aux cieux. Ceci veut dire que la situation sera désespérée pour les juifs, ils n’auront plus aucun moyen d’en sortir, sauf Dieu.

Conclusion

Nous sommes frappés de la concordance des visions juives et chrétiennes au sujet de la décadence finale avant la venue du Mashiah.

Chacun l’exprime à sa manière bien entendu, mais globalement nous retrouvons :

  • L’irrespect des jeunes envers les anciens,
  • Le besoin de distractions et de plaisirs,
  • L’absence de vérité, la moquerie contre celles et ceux qui garde leur intégrité,
  • La simulation de la foi
  • etc…

Ces jours sont « furieux », dangereux pour tous ceux qui aiment la vérité. L’esprit du monde a envahi l’église à un point qu’on n’imagine pas…

Un jour, une dame d’un certain âge a demandé à un jeune chrétien si c’était possible de baisser la musique lorsqu’une personne prie dans l’église, car on n’entend pas ce qu’elle dit. La réponse du jeune fut : « Mais je loue le Seigneur, vous devez nous respecter ! ». Question : qui respecte qui ?

De nombreuses fois nous avons remarqué que les gens ne savent plus dire « merci » à leurs semblables. C’est pourtant bien simple et peu coûteux… On se demande alors quel sens peut avoir la louange au Seigneur ? Un bon moment musical peut-être… Se ferait-on plaisir ?

La cohérence et l’intégrité sont des biens précieux que seule l’épouse de Christ gardera, c’est aussi pour cela qu’elle sera belle.

Annexe

Ci-dessous, voici différentes traductions de la prophétie de Paul : 2 Tim 3/1-5.

Chouraqui : Et ceci, sache-le: dans les derniers jours surgiront des temps difficiles. 2 Oui, les hommes seront égoïstes, cupides, fanfarons, arrogants, blasphémateurs, indociles aux parents, ingrats, sacrilèges, 3 insensibles, implacables, calomniateurs, violents, cruels, ennemis du bien, 4 traîtres, fougueux, gonflés, amis du plaisir plutôt qu’amis d’Elohîms, 5 ayant les apparences de la piété, mais niant son dynamisme. Ceux–là aussi, fuis-les.

Darby : Or sache ceci, que dans les derniers jours il surviendra des temps fâcheux; 2 car les hommes seront égoïstes, avares, vantards, hautains, outrageux, désobéissants à leurs parents, ingrats, sans piété, 3 sans affection naturelle, implacables, calomniateurs, incontinents, cruels, n’aimant pas le bien, 4 traîtres, téméraires, enflés d’orgueil, amis des voluptés plutôt qu’amis de Dieu, 5 ayant la forme de la piété, mais en ayant renié la puissance. Or détourne-toi de telles gens.

Jérusalem : Sache bien, par ailleurs, que dans les derniers jours surviendront des moments difficiles. 2 Les hommes en effet seront égoïstes, cupides, vantards, orgueilleux, diffamateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, sacrilèges, 3 sans coeur, sans pitié, médisants, intempérants, intraitables, ennemis du bien, 4 délateurs, effrontés, aveuglés par l’orgueil, plus amis de la volupté que de Dieu, 5 ayant les apparences de la piété mais reniant ce qui en est la force. Ceux-là aussi, évite-les.

King James : Sache aussi ceci, que dans les derniers jours, des temps difficiles surviendront. 2 Car les hommes seront épris d’eux-mêmes, |pleins de| convoitises, vantards, orgueilleux, blasphémateurs, désobéissants à leurs parents, ingrats, irréligieux, 3 Sans affection naturelle, ne tenant pas leurs engagements, calomniateurs, indécents, cruels, méprisant ceux qui sont bons, 4 Traîtres, emportés, hautains, aimants les plaisirs plutôt que d’aimer Dieu, 5 Ayant une apparence de piété, mais en ayant renié la puissance. Détourne-toi de tels gens.

Bible de Calvin : Or, sache que dans les derniers jours il y aura des périodes dangereuses. 2 Car les hommes seront égoïstes, ambitieux, vantards, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles à pères et à mères, ingrats, corrompus, 3 Sans affection naturelle, déloyaux, dénonciateurs, indisciplinés, cruels, détestant les gens vertueux, 4 Traîtres, obstinés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, 5 Ayant l’apparence du dévouement, mais en ayant renié la puissance. Éloigne-toi aussi de ces gens-là.

Liénart : Sache ceci, que dans les derniers jours apparaîtront des temps difficiles. 2 Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, pleins d’ostentation, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, sans reconnaissance, sans sainteté, 3 sans affection, sans esprit d’union, trompeurs, sans discipline, sans bonté, ennemis du bien, 4 traîtres, téméraires, gonflés d’orgueil, amis du plaisir plus qu’amis de Dieu, 5 ayant les dehors de la piété, mais en ayant renié la force. Ceux-là aussi, évite-les.

Martin : Or sache ceci, qu’aux derniers jours il surviendra des temps fâcheux. 2 Car les hommes seront idolâtres d’eux-mêmes, avares, vains, orgueilleux, blasphémateurs, désobéissants à leurs pères et à leurs mères, ingrats, profanes; 3 Sans affection naturelle, sans fidélité, calomniateurs, incontinents, cruels, haïssant les gens de bien; 4 Traîtres, téméraires, enflés d’orgueil, amateurs des voluptés, plutôt que de Dieu. 5 Ayant l’apparence de la piété, mais en ayant renié la force: éloigne-toi donc de telles gens.

NBS : Sache que dans les derniers jours surgiront des temps difficiles. 2 Car les gens seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles envers leurs parents, ingrats, sacrilèges, 3 insensibles, implacables, médisants, sans maîtrise de soi, cruels, ennemis du bien, 4 traîtres, emportés, aveuglés par l’orgueil, aimant leur plaisir plus que Dieu; 5 ils garderont la forme extérieure de la piété, mais ils en renieront la puissance. Eloigne-toi de ces gens-là.

Oltramare : Sache que dans les derniers temps, il y aura des circonstances difficiles, 2 car les hommes seront égoïstes, intéressés, vantards, arrogants, diffamateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, impies, 3 durs, implacables, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, 4 traîtres, emportés, enflés d’orgueil, amis des plaisirs plutôt que de Dieu, 5 ayant les dehors de la piété, mais ayant renié ce qui en fait le nerf. Eloigne-toi aussi de ces hommes-là;

OSTV : Or, sache que dans les derniers jours il y aura des temps difficiles. 2 Car les hommes seront épris d’eux- mêmes, aimant l’argent, vains, orgueilleux, médisants, rebelles à pères et à mères, ingrats, impies, 3 Sans affection naturelle, implacables, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, 4 Traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant la volupté plutôt que Dieu, 5 Ayant l’apparence de la piété, mais en ayant renié la force. Éloigne-toi aussi de ces gens-là.

Perrez-Gentil-Rillet : Or, sachez que, dans les derniers temps, surgiront des circonstances difficiles, 2 car les hommes seront égoïstes, épris de l’argent, fanfarons, superbes, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, impies,   3 insensibles,   déloyaux,   calomniateurs, intempérants, impitoyables, ennemis des gens de bien, 4 traîtres, emportés, enflés d’orgueil, plus amis du plaisir que de Dieu, 5 ayant l’apparence de la piété, mais en ayant renié la puissance. Ceux-là aussi, repousse-les;

Semeur : Sache bien que dans la période finale de l’histoire, les temps seront difficiles. 2 Les hommes seront égoïstes, avides d’argent, vantards et prétentieux. Ils parleront de Dieu d’une manière injurieuse et n’auront pas d’égards pour leurs parents. Ils seront ingrats, dépourvus de respect pour ce qui est sacré, 3 sans coeur, sans pitié, calomniateurs, incapables de se maîtriser, cruels, ennemis du bien; 4 emportés par leurs passions et enflés d’orgueil, ils seront prêts à toutes les trahisons. Ils aimeront le plaisir plutôt que Dieu. 5 Certes, ils resteront attachés aux pratiques extérieures de la religion mais, en réalité, ils ne voudront rien savoir de ce qui en fait la force. Détourne-toi de ces gens-là!

  2Comments

  1. Ben-Yehowshuha   •  

    ouah ouh ce message me rappelle deux songes que j’ai eu en début de semaine qui m’ont laissé perplexe sur l’état profond de l’église visible. Les deux songes ce sont succédés l’un à l’autre.

    Premier songe :

    Je voyais une grande batisse et à l’avant une pancarte rouge . Il y avait une inscription dont je ne me suis pas exactement rappelé les mots mais en me réveillant je sais que l’inscription était en rapport avec la permissivité la tolérance et la licence du péché. On me montra comment les responsables toléraient des couples non mariés. Il n’y avait aucune goutte de présence de Dieu dans ce lieu. Les réunions ressemblaient à toute autre réunion qui peut avoir lieu dans le monde. Le terme qui s’imposait à moi c’est la religiosité.

    Puis je vis non loin de la place ou trônait la pancarte une autre pancarte bleu saphir qui avait été retirée et négligemment abandonnée sur le coté. J’y lu une inscription : »Jesus le centre de toute chose « . Je compris qu’autrefois cette pancarte trônait avant la rouge. Et à cette vue je fus comme transporté dans une époque antérieure à celle là, l’époque où la pancarte bleue saphir trônait. Le contraste était saisissant; la sainteté et la crainte pouvait se ressentir chez les personnes que je voyais. La puissance de Dieu était manifeste dans ce lieu et dans la vie des personnes présentes.

    Puis je fus transporté comme dans la période transitoire au deux précédentes. On me fit observer une scène. Je voyais un dirigeant faire une délivrance mais les autres personnes s’en offusquaient on aurait dit qu’un sacrilège avait lieu devant leurs yeux. Je surpris une conversation entre deux hommes qui résonnaient d’abord sur l’origine de la puissance à l’oeuvre pour la délivrance et plus tard qui ironisaient riant à coeur joie. Je discernais la forte présence de la religiosité. Seul un reste faible était encore attaché au vrai cep; un reste dont faisait partie le monsieur qui pratiquait la délivrance.

    Deuxième songe:

    Je fus introduit dans une salle de conférence et je sus que c’était une grande conférence de miracles et de guérisons. J’y voyais d’un coté plusieurs responsables religieux (charismatique, catholique, orthodoxe, pentecôtiste….) et de l’ autre côté une foule de laïcs. On y introduit l’orateur principal; à la surprise générale (enfin surtout de moi; chez d’autres c’était plus de la curiosité ) c’était un imam prédicateur musulman. Son accoutrement contrastait d’avec la norme : veste en cuir jeans et bottes en cuir.

    Il se mit à exposer comment des imams avaient redécouvert les sources du coran qui les rattachait au christianisme et que le signe de cette redécouverte était la puissance de miracle qui accompagnait ces neo predicateurs musulmans. Et tout ceci pour spécifier que les musulmans eux aussi étaient d’emblée sauvés. Des questions furent posées dans l’assistance sur les différences flagrantes existant entre les deux livres. Mais avec habileté ce prédicateur éluda la question et demanda aux auditeurs de regarder à la puissance et non aux différences. Une main se leva de nouveau et le prédicateur semblait s’impatienter, s’attendant à une autre question dans le sens de la précédente. À sa surprise la personne demanda s’ils pouvaient tous en choeur reprendre le cantique qu’il leur avait appris. Lorsque le cantique fut entonné je me réveillai confus par ces deux songes, et j’ai pris mon portable pour faire un audio.

    J’ai d’abord voulu prendre le temps de prier pour comprendre et je me suis rappelé d’une phrase qu’un frère nous a dit dimanche dernier pendant que nous intercédions pour l’église : il voyait venir une grande séduction comme jamais il ne s’en était produite. Et j’avais déjà il y a deux ans ici raconté une vision de deux reveils simultanés qui émergeaient à l’image du blé et de l’ivraie qui croissaient ensemble. Mais beaucoup de ceux qui attendaient et avaient reçu des promesses confondirent les reveils.

    Pour finir la parole que j’ai reçu pour 2016 : » wie das Jahr 2015 ein Jahr der Beschleunigung war, wird das kommende Jahr ein der Erfühlung sein. Ein jahr, wobei viele Verheissungen und Vorhersagungen in Erfühlung kommen werden. Aber das schwierigste für das Volk Gottes waere an den Füssen des Herrn zu bleiben ».

    En français: comme l’année 2015 a été une année d’accélération l’année 2016 sera une année d’accomplissement de prophéties et de promesses. Mais le plus difficile pour le peuple de Dieu sera de rester à ses pieds

Laisser un commentaire