Yissaskar, Une étude de Daniel Steen

issacar2(Yssaskar) 

Remarque préliminaire : la partie de cette étude concernant le caractère d’ Issaskar a été réalisée à partir du travail de Gwen Shaw sur les tribus d’Israël (tome 2). Cependant sa répartition des pierres du pectoral n’étant pas conforme à la tradition juive, c’est la tradition juive qui a été choisie dans cette étude. Ainsi la pierre correspondante à Yissaskar est le Saphir.

Introduction

Yeshoua dans son parcours sur terre arrive dans Matt 13 à un moment où il parle des « mystères du royaume de Dieu ». Un mystère est un fait que Dieu a tenu caché et qui ne peut-être compris sans révélation divine.

De plus il parle de ces mystères en paraboles, ce qui interpelle les disciples qui en demandent à Yeshoua la raison :

Matt 13/10 : Les disciples s’approchèrent, et lui dirent: Pourquoi leur parles-tu en  paraboles? (Réponse : Jean 12/37-41)

Il est vrai que jusque là, Yeshoua a parlé clairement à tous. Par exemple lors du sermon sur la montagne etc…

L’explication de ce changement d’attitude est donnée dans le chapitre 12 du livre de Matthieu. En effet, nous trouvons dans ce texte que les pharisiens ont, non seulement rejeté Yeshoua comme roi, blasphémé contre le Saint Esprit et qu’ils cherchent à faire mourir Yeshoua.

Voilà pourquoi, Yeshoua va désormais changer d’attitude par rapport aux religieux de son époque. La parole qui débute Matt 13 est très symbolique. Yeshoua sort de la « maison » (d’Israël) et se rend au « bord de la mer » (des peuples). Yeshoua va s’adresser aux peuples du monde parce qu’il n’était ni reçu, ni entendu par ceux qui avaient en charge la vigne de Dieu.

Matt 13/1-3 : Ce même jour, Yeshoua sortit de la maison, et s’assit au bord de la mer. 2 Une grande foule s’étant assemblée auprès de lui, il monta dans une barque, et il s’assit. Toute la foule se tenait sur le rivage. 3  Il leur parla en paraboles sur beaucoup de choses…

Sur le bord de la mer, Yeshoua va donner 4 paraboles (le semeur, l’ivraie, le grain de sénevé et le levain)  qui toutes, expliquent d’une façon différente que la venue du royaume serait difficile. Que la parole plantée ne pousserait pas partout, qu’elle serait polluée de diverses manières.

Le semeur

Yeshoua a semé avec ses disciples et tous ceux qui les ont suivis. Cette semence tombe dans 4 zones différentes, mais ce n’est que dans un seul endroit que la semence donne du fruit. On notera le rôle des oiseaux…

L’ivraie

Le mot « ivraie » n’est pas une traduction du grec, il provient du mot latin populaire « EBRAICA » (non pas Hebraica). Le mot Ebraica fait référence aux vertus enivrantes qu’on attribuait à la plante. C’est la plante qui rend ivre. Sous la forme grecque, le mot utilisé est « ZIZANION » qui a laissé sa trace sous le terme « zizanie ». L’ivraie dont parle Yeshoua est donc une plante qui rend ivre et qui entraîne des désaccords sournois.

Le grain de sénevé

Matt 13/31-32 : Il leur proposa une autre parabole, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. 32  C’est la plus petite de toutes les semences; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches.

Le mot utilisé dans texte grec est « SINAPIS », il est traduit par «Sénevé » et aussi « Moutarde ». Il ne s’agit pas de la graine qui donne la moutarde de Dijon, mais de la moutarde noire qui a des propriétés révulsives. On s’en servait autrefois pour faire des « Cataplasmes » et le mot Sinapis est entré dans notre langue avec le « Sinapisme ». En Europe, la plante devient un petit arbuste et non un grand arbre.

Lorsque Yeshoua était sur terre, c’est lui qui a planté le « grain de sénevé » par sa parole. Ce grain de sénevé est très symbolique car il montre la vraie force de l’église :

Matt 17/20 : Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne: Transporte-toi d’ici là, et elle se transporterait; rien ne vous serait impossible.

Le grain de sénevé est l’image la plus belle de la vraie foi. Plusieurs fois, Yeshoua a dit que la vraie église resterait petite et sans éclat. Yeshoua parle du « petit troupeau » :

Luc 12/32 : Ne crains point, petit troupeau; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume.

Le grand arbre de la parabole du grain de sénevé est une image du christianisme de la fin : vaste, structuré et majestueux. Sur ses branches, viennent en toute quiétude s’installer toutes sortes d’esprits. N’est-ce pas l’image qui est donnée actuellement ? Car au nom de l’œcuménisme et de l’amitié entre les hommes, toutes les religions sont belles et bonnes.

L’église de Philadelphie a peu de puissance, mais elle est fidèle (Apoc 3/7-13).

Le levain

Le levain est toujours l’image du péché, il y a le levain des pharisiens (le légalisme), le levain des saducéens (le scepticisme) et le levain d’Hérode (la mondanité).

Le journal Allemand Die Welt rapporte dans son édition du 28 avril 2003 l’enquête suivante :

  • 36% des allemands se disent athées ou non religieux,
  • 26,6 millions se disent catholiques
  • 26, 3 millions se disent protestants
  • 45% des catholiques et 27% des protestants seulement croient qu’il y a une résurrection et une vie après la mort
  • 31% des catholiques et 25% des protestants croient à la réincarnation
  • 40% des catholiques ne croient pas qu’il y ait un Créateur

Le journaliste termine son article en disant qu’il y a donc des catholiques et des protestants non croyants !

Les deux petites paraboles

Après avoir donné ces 4 paraboles, Yeshoua  décide de renvoyer la foule et rentre à la « maison » (d’Israël).

Matt 13/36 : Alors il renvoya la foule, et entra dans la maison.

C’est alors que les disciples demandent à Yeshoua de leur donner des explications. Et après l’avoir fait, Yeshoua ajoute trois paraboles dont deux petites très semblables. Il fait cela rien que pour les disciples, en privé.

Matt 13/44-46 : Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a, et achète ce champ. 45  Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherche de belles perles. 46  Il a trouvé une perle de grand prix; et il est allé vendre tout ce qu’il avait, et l’a achetée.

Ce faisant, Yeshoua le Mashiah révèle aux disciples la fin de la préparation du royaume. En quelque sorte il explique, qu’après toutes les déviations, toutes les pollutions de la parole de Dieu et toutes les horreurs que le monde religieux, notamment chrétien, aura pu faire au cours des siècles, Yeshoua déclare que son royaume sera semblable à un trésor (qu’il a lui-même caché) et à une perle…

La perle s’est formée au fond de la mer des peuples, dans la souffrance, en cachette. Ceux sont les gentils qui se sont attachés à Yeshoua le Mashiah. Ces personnes là n’ont pas voulu prendre la place qui revient à Israël, au contraire, elles ont compris combien le grand sacrificateur et Roi Yeshoua les aime.

Le trésor, pour sa part, est enfoui dans la terre (d’Israël), c’est la descendance d’Israël que Yeshoua porte sur son cœur, comme autrefois le pectoral était sur le cœur du grand sacrificateur. Cette descendance est donc comparée à des pierres précieuses, qui sont passés par le feu et la pression du monde pour donner leur éclat. C’est le trésor de Yeshoua…

Le mode de formation des pierres précieuses est différent de celui de la perle. En général, les pierres précieuses sont des cristaux de structures différentes qui se forment à des températures et des pressions très importantes. Puis le magma en fusion remonte peu à peu ces cristaux vers la surface de la terre. Les cristaux sont alors d’aspects grossiers car ils sont entourés de gangue. Il faut les nettoyer, les tailler et les polir. Cela signifie que chaque pierre du pectoral, donc chaque tribu d’Israël est passé, passe et passera, jusqu’à la venue de Yeshoua, par des épreuves quasi insoutenables, dont l’image est la température élevée sous une pression énorme. Puis le Père, qui voit le trésor se former, taille et polit petit à petit son peuple. Quand le Mashiah viendra, ce peuple n’aura plus de force par lui-même (Dan 12/7), mais aux yeux de Dieu il sera un trésor. En attendant, il est écrit :

Esaïe 40/1 : Consolez, consolez mon peuple, Dit votre Dieu…

Et l’on retrouve les deux branches de l’olivier…

Yissaskar

L’ordre des tribus sur le pectoral est parfois différent dans la tradition juive, c’est ainsi le Rav Elyakim Simsovic explique les noms gravés sur les pierres comme suit :

  • Sur le rubis était gravé Avraham – Yitz’haq – Ya’aqov et Réouven
  • Sur la topaze, Chimé’one
  • Sur l’émeraude, Lévi
  • Sur le nofek, Yéhouda
  • Sur le saphir, Yissaskar
  • Sur le diamant, Zévouloune
  • Sur le léchem, Dan
  • Sur le chévo, Naftali
  • Sur l’a’hlama, Gad
  • Sur la tartessienne, Acher
  • Sur le choham, Yossef
  • Sur le jaspe, Binyamine

La bible n’indique pas la répartition des pierres précieuses, sauf qu’elles étaient selon l’ordre des naissances (Ex 28/15-30). Cependant, nous avons remarqué que la tradition juive à placé les pierres précieuses dans l’ordre des naissances selon les mères en les plaçant de droite à gauche :

LEVI

SIMEON

RUBEN

Léa

Léa

Léa

ZABULON

YISSASKAR

JUDA

Léa

Léa

Léa

GAD

NEPHTALI

DAN

Zilpa

Bilha

Bilha

BENJAMIN

JOSEPH

ASER

Rachel

Rachel

Zilpa

Selon toute vraisemblance, celle qui représentait Yissaskar était le saphir. Une belle pierre bleue…Il est fort intéressant de constater que Dieu a, non seulement créé les êtres humains tous différents, mais qu’il a pu faire alliance avec des personnages aux caractères parfois complètement opposés.

Pourquoi Yissaskar ?

Gen 30/14-18 : Ruben sortit au temps de la moisson des blés, et trouva des mandragores dans les champs. Il les apporta à Léa, sa mère. Alors Rachel dit à Léa: Donne moi, je te prie, des mandragores de ton fils. 15  Elle lui répondit: Est-ce peu que tu aies pris mon mari, pour que tu prennes aussi les mandragores de mon fils? Et Rachel dit: Eh bien! il couchera avec toi cette nuit pour les mandragores de ton fils. 16  Le soir, comme Jacob revenait des champs, Léa sortit à sa rencontre, et dit: C’est vers moi que tu viendras, car je t’ai acheté pour les mandragores de mon fils. Et il coucha avec elle cette nuit. 17  Dieu exauça Léa, qui devint enceinte, et enfanta un cinquième fils à Jacob. 18  Léa dit: Dieu m’a donné mon salaire parce que j’ai donné ma servante à mon mari. Et elle l’appela du nom d’Yissaskar.

Le nom vient de l’hébreu « Yissaskar » qui veut dire : « il lèvera une récompense ». Chouraqui traduit par « homme-salaire ».

La première racine : nasa« nasa » signifie « lever, apporter, produire, avancer, s’élever, emporter, exalter, tenir debout, haut, soulever… ».

La seconde racine sakar« sakar » veut dire « paiement d’un contrat, salaire, prix du billet, gages, récompense ». On pense d’ailleurs que c’est de cette racine que vient le nom de Judas Iscariote.

Yissaskar fut conçu pendant la moisson, au mois de Sivan, son anniversaire est au mois d’Adar (mars).

Léa et Rachel étaient toutes deux malheureuses, car l’une était mal aimée et l’autre stérile. Rachel voulait les mandragores parce qu’elle pensait que ces fruits pouvaient la rendre féconde. Il y eu donc une transaction  qui montre en plus que Jacob avait cessé de coucher avec Léa.

1 Cor 7/ 5 : Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence.

Léa était assoiffée d’amour et avait été jusqu’à s’humilier au point de dire à son mari qu’elle l’avait « loué pour une nuit ». Cette nuit là, Léa se confia à Dieu, car c’était une chance unique pour elle d’avoir encore un enfant, une consolation.

Cet enfant, né d’une « location payée par les mandragores », sera marqué par la servitude, la marque du prix d’achat. Yissaskar est né pour servir humblement, il se cache, c’est un homme de compassion.

Les conditions de la conception et de la grossesse sont importantes pour l’enfant qui sent les choses. Un enfant comprend dés le sein de sa mère les choses essentielles qui le concerne : l’amour, le rejet, l’indifférence, la honte, la colère etc…

La tribu sera humble, discrète. Ce genre de personnes qu’on ne remarque que quand elles manquent. Yissaskar est vraiment quelqu’un dont on a besoin.

Yissaskar veut soulever des fardeaux et monter lui-même dans la présence de Dieu.

La prophétie de Jacob

Gen 49/14-15 : Yissaskar est un âne robuste, Qui se couche dans les étables. 15  Il voit que le lieu où il repose est agréable, Et que la contrée est magnifique; Et il courbe son épaule sous le fardeau, Il s’assujettit à un tribut.

Le symbole d’Yissaskar est donc un âne tout humble couché entre deux fardeaux. Contrairement aux idées reçues, un âne est très intelligent, il a le pied sûr pour passer dans des endroits impraticables. De plus, il transporte des charges impressionnantes. L’âne de Judée porte une croix sur le dos. Ainsi, Yissaskar ne se contente pas de porter son propre fardeau, il porte aussi celui des autres et il a « pris sa croix ».

Yissaskar se soucie des autres, parfois en maugréant à cause de la charge, il sait s’abaisser pour avoir la force de porter. Yissaskar se laisse accaparer par les autres car il est « serviteur » et, comme un bon « bricoleur » il ramasse tout ce qui pourrait être utile pour rendre service. C’est un homme qui a « les pieds sur terre », bon à tout faire discrètement. On ne le remarque que quand il n’est pas là, il n’aime pas les places d’honneur.

En Chine on utilise une perche pour porter deux charges en équilibre. Les chinois disent que de porter une seule charge rend informe et pose des problèmes à la colonne vertébrale. Ils portent donc deux charges et avancent à petits pas en balançant doucement. Quand les fardeaux sont trop lourds, ils entonnent une mélopée « Ah-ah, Ah-ah… », Cela donne le rythme et la force. Yissaskar, comme un âne, pousse des cris, c’est sa façon de réagir sous le poids des fardeaux.

S’il devient orgueilleux, il perd son identité et ne trouve plus son chemin. Il sait que s’il est trop fier pour s’abaisser, il ne pourra rien porter.

Au début de sa vie, Yissaskar s’étire au-delà de ce qu’il faudrait. Il essaye de tout faire et tout en même temps, au point que lorsqu’on lui parle, c’est toujours le mauvais moment, alors il s’énerve et se met à « braire », car l’âne n’est pas si docile, parfois il « explose ».

Plus tard il en sera désolé et s’excusera. Arrivé à maturité, il finit par accomplir sa destinée de gardien et de surveillant des enfants de Dieu. C’est un « bon père spirituel », un bon « gardien de la maison » également. Yissaskar n’est pas un « docteur », mais sans lui beaucoup de choses ne vont pas.

Yissaskar n’aime pas le luxe, mais le bien être. Il aspire à un bon fauteuil où il pourra se reposer, mais il n’y parvient jamais. Il a toujours quelque chose à faire. Il apprécie le repos, mais n’en trouve pas le temps. Quand Yissaskar veut lire le soir, il s’endort épuisé en bas de la première page. La lecture est pour d’autres que lui…

Yissaskar aime la nature, la terre et la création de Dieu.

Il est capable de se courber, devenir « esclave » pour des choses simples. Il ne demande jamais rien et donne gratuitement. Il est esclave par amour, avec consentement. Ce n’est pas un « prince », mais un « serviteur ».

Il se laisse accaparer par les travaux manuels au point que s’il n’y prend pas garde, il pourrait passer à côté du plan de Dieu pour lui. Beaucoup de petites choses lui semblent très importantes. Il conserve des bricoles « en prévision de »…ce sont ses trésors.

La prophétie de Moïse

Deut 33/18-19 : Sur Zabulon il dit: Réjouis-toi, Zabulon, dans tes courses, Et toi, Yissaskar, dans tes tentes! 19  Ils appelleront les peuples sur la montagne; Là, ils offriront des sacrifices de justice, Car ils suceront l’abondance de la mer, Et les trésors cachés dans le sable.

Zabulon, dernier fils de Léa, est le petit frère d’Yissaskar, ces deux frères sont liés ensemble parce qu’ils s’opposent l’un à l’autre. Zabulon voit l’horizon sur le bord de la mer, il voit loin, il a la vision. Son symbole est un bateau, il entreprend des voyages, c’est un aventurier. Yissaskar ne l’est pas du tout.

Les deux tribus ont besoin l’une de l’autre car elles sont complémentaires, comme le + et le – s’attirent. Quand les deux sont ensemble, Yissaskar ne cherche pas la gloire, il n’aime pas les places d’honneur. Mais il sait aider une vieille personne et les gens se souviennent de sa gentillesse.

Zabulon est fougueux, aventureux, mais Yissaskar l’équilibre en le ramenant « sur terre ». Ensemble ils appellent les gens sur la « montagne », c’est-à-dire en hauteur, près de Dieu, à l’essentiel. Ces deux là aiment les endroits isolés, tranquilles, dépouillés et propices à la méditation. Ils aiment les relations avec des gens authentiques.

La « mer » symbolise l’humanité dont ils auront une grande récolte. Zabulon habite la côte, son symbole est un bateau, il fait des sorties. Les deux frères iront dans les profondeurs de la mer et du sable pour y trouver des trésors cachés. Les vérités connues des patriarches seront retrouvées comme si on renflouait les navires coulés. Zabulon et Yissaskar retournent aux sources de Dieu, ils auront le « discernement des temps ». (1 Chron 12/32)

Tous les descendants d’Yissaskar ont eut le discernement du temps. Par exemple, les Yissaskarites ont participé au réveil du temps d’Ezéchias, ils ont discerné le temps.

Un Yissaskarite parle peu, il est calme et réservé. Mais quand il parle il faut l’écouter, car il a le sens du moment et du temps.

Comme exemple, la Sunamite (2R4/8-37) était de la tribu d’Yissaskar. Elle est toujours là quand il faut. Il y a également Abichag, la belle Sunamite qui fut choisie à cause de la beauté et de sa consécration pour prendre soin de David dans sa vieillesse. C’était une tâche humble, un temps de sacrifice et en même temps un fardeau (1 R 1/1-4).

La pierre précieuse

Pour Yissaskar c’était la 5ème pierre : le saphir. Saphir vient du mot hébreu « Cappiyr » qui signifie « une pierre destinée à gratter les autres substances ». Le saphir est cité dans Ez 1/26, Ez 10/1, Ez 28/13 et Apoc 21/19. C’est le deuxième fondement de la nouvelle Jérusalem.

Dans le Talmud, le saphir est cité sous le nom de « pierre shamir » dont l’importance est extrême en raison de son usage. Jamais le temple de Jérusalem n’aurait pu être construit sans cette pierre. En effet, Dieu avait ordonné de tailler les pierres en carrière et de les transporter ainsi au lieu de construction. A cet endroit, il était interdit d’utiliser marteaux et burins, le seul travail autorisé était le polissage des pierres avec le saphir, la pierre de shamir, de façon à rendre chaque pierre parfaite. C’est la raison pour laquelle Yissaskar « frotte » les autres pierres sans bruit. On peut lire concernant Jérusalem :

 

Es 54/11 : Malheureuse, battue de la tempête, et que nul ne console! Voici, je garnirai tes pierres d’antimoine, Et je te donnerai des fondements de saphir…

 

Le Saphir est une pierre de teinte bleu ciel/bleu marine. La couleur bleu nous parle de Dieu au plus haut des cieux, Christ assis à sa droite (Marc 16/19). Il est élevé (Es 52/13). De là, il accomplit son ministère avec sagesse. Il est le symbole de la pureté. Le saphir, étant de la famille des corindons tout comme le rubis, est d’une grande dureté, que seul le diamant dépasse.

Le saphir provient encore du grec « sappheiros » qui signifie « bleu d’azur « , Il provient de la racine hébreu “sappir”, la « chose la plus belle ».

La faiblesse d’Yissaskar

 

Le 2ème roi d’Israël, Baécha (1 R 15/16-27, 1 R 16/13) était de la tribu d’Yissaskar. Dieu l’a élevé pour détruire la maison de Jéroboam. Baécha était violent et animé d’un esprit de vengeance, il exterminera toute la maison de Jéroboam jusqu’au dernier. Mais il oubliera d’honorer Dieu et d’avoir une vie sainte, alors il y aura une terrible prophétie sur lui :

 

1 R 16/2-3 : Je t’ai élevé de la poussière, et je t’ai établi chef de mon peuple d’Israël; mais parce que tu as marché dans la voie de Jéroboam, et que tu as fait pécher mon peuple d’Israël, pour m’irriter par leurs péchés, 3  voici, je vais balayer Baescha et sa maison, et je rendrai ta maison semblable à la maison de Jéroboam, fils de Nebath.

Nous voyons Baécha devenir fier et orgueilleux, alors ses ennuis commencent, car sa force est dans l’humilité. La malédiction vint quand Baécha conçut un projet contre le roi Asa de Juda, il construisit un fort appelé « Rama » qui fut un « mur » entre les hommes. Asa prit peur et dans son affolement loua les services des mercenaires étrangers, ce qui lui valut d’être atteint de maladie aux jambes. Baécha fut détruit avec toute sa famille.

 

Un orgueilleux ne peut pas porter de fardeaux, il n’arrive pas à se courber, il perd son destin.

Le pectoral du jugement

pectoral-

Le prix du rachat , par Daniel Steen

Une question sans réponse

Lorsque j’avais 7 ans, au catéchisme, un prêtre m’a dit à l’oreille : « Yeshoua a été crucifié à cause de tes péchés ».

Je ne comprenais rien et cela m’a fait réfléchir. Qu’est-ce qu’un péché pour un enfant de 7 ans ? Mentir, désobéir à Papa et Maman, voler un bonbon…

Mais alors, crucifier un homme à cause de cela, je ne comprenais pas du tout…

Plus tard l’Esprit m’a convaincu de mon état de pécheur et j’ai donné ma vie au Seigneur.

Ne pouvait-on pas le mettre à mort « proprement » ?

Je n’ai jamais eu de réponse à cette question, personne ne savait me dire autre chose que nos péchés étaient tellement noirs qu’il fallait que Yeshoua souffre beaucoup à notre place.

Mais cette réponse ne me satisfaisait pas !

Un jour, l’Esprit m’a fait comprendre que le prix payé était un « rachat ». Il y avait donc un « acheteur » et un « vendeur » ! Le prix est fixé par le vendeur.

Les conséquences de la chute de l’homme

Elles furent multiples et désastreuses. Pour résumer :

→ L’homme, qui s’est soumis à la parole du serpent (Satan), lui a donc donné toute l’autorité qu’il avait reçu de Dieu pour gérer la terre (nature, monde animal, humanité etc.). Satan devient maître de notre monde. En quelque sorte le « propriétaire » !

→ La terre devient un lieu de souffrances, de peines, de convoitises… l’homme devient un loup pour l’homme ! Très rapidement Caïn a tué Abel.

→Le genre humain est devenu mortel et coupé de Dieu, même le bébé innocent à sa naissance.

↔ Satan et ses démons ont été très contents que Dieu ait ainsi été désobéi en face du monde spirituel, il  a sans doute fait la fête dans les cieux…

La dégénérescence de l’homme fut progressive à mesure que l’homme s’abimait. Adam vécu 930 ans, Noé 950 ans, Abraham 175 ans, Ismaël 137 ans. Puis Dieu fixa la limite de la vie de l’homme à
120 ans :

Gen 6/3 : Alors l’Eternel dit : Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans.

Satan était tellement sûr de son droit de propriété sur la terre et les royaumes du monde qu’il a dit à Yeshoua :

Matt 4/8-9 : Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire, 9  et lui dit: Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m’adores.

Pour délivrer les hommes des griffes du diable, il fallait donc lui « racheter » la terre et l’humanité perdue !

Le droit de rachat

Dans la parole, le droit de rachat a été établi en vue de l’installation du peuple hébreu en terre promise, le proche parent qui a le droit de rachat est le « Ga’al » :

Lév 25/24-25 : Dans tout le pays dont vous aurez la possession, vous établirez le droit de rachat pour les terres. 25  Si ton frère devient pauvre et vend une portion de sa propriété, celui qui a le droit de rachat, son plus proche parent, viendra et rachètera ce qu’a vendu son frère.

Le mot hébreu pour ce parent là est « ga’al » qui peut-être traduit par « vengeur, vengeur de sang, rédempteur, parent proche, racheter, libérateur, sauver, accomplir une vengeance ». Par exemple Job disait ceci :

Job 19/25-27 : Mais je sais que mon rédempteur (ga’al) est vivant, Et qu’il se lèvera le dernier sur la terre. 26  Quand ma  peau sera détruite, il se lèvera; Quand je n’aurai plus de chair, je verrai Dieu. 27  Je le verrai, et il me sera favorable; Mes yeux le verront, et non ceux d’un autre; Mon âme languit d’attente au dedans de moi.

Les deux responsabilités Ga’al

1 – Poursuivre le meurtrier et le tuer

Nb 35/19 : Le vengeur du sang fera mourir le meurtrier; quand il le rencontrera, il le tuera.

2 – Prendre la veuve pour épouse et donner des descendants à l’homme mort. Il devait racheter la propriété du défunt.

Nous avons un exemple dans l’histoire de Ruth :

Ruth 3/7-10 : Boaz mangea et but, et son coeur était joyeux. Il alla se coucher à l’extrémité d’un tas de gerbes. Ruth vint alors tout doucement, découvrit ses pieds, et se coucha. 8  Au milieu de la nuit, cet homme eut une frayeur; il se pencha, et voici, une femme était couchée à ses pieds. 9  Il dit: Qui es-tu? Elle répondit: Je suis Ruth, ta servante; étends ton aile sur ta servante, car tu as droit de rachat. 10  Et il dit: Sois bénie de l’Eternel, ma fille! Ce dernier trait témoigne encore plus en ta faveur que le premier, car tu n’as pas recherché des jeunes gens, pauvres ou riches.

Ruth 4/3-6 : Puis il dit à celui qui avait le droit de rachat: Naomi, revenue du pays de Moab, a vendu la pièce de terre qui appartenait à notre frère Elimélec. 4 J’ai cru devoir t’en informer, et te dire: Acquiers-la, en présence des habitants et en présence des anciens de mon peuple. Si tu veux racheter, rachète; mais si tu ne veux pas, déclare-le-moi, afin que je le sache. Car il n’y a personne avant toi qui ait le droit de rachat, et je l’ai après toi. Et il répondit: je rachèterai. 5  Boaz dit: Le jour où tu acquerras le champ de la main de Naomi, tu l’acquerras en même temps de Ruth la Moabite, femme du défunt, pour relever le nom du défunt dans son héritage. 6  Et celui qui avait le droit de rachat répondit: Je ne puis pas racheter pour mon compte, crainte de détruire mon héritage; prends pour toi mon droit de rachat, car je ne puis pas racheter.

Le livre de Jérémie également parle du droit de rachat :

Jér 32/6-8 : Jérémie dit: La parole de l’Eternel m’a été adressée, en ces mots: 7  Voici, Hanameel, fils de ton oncle Schallum, va venir auprès de toi pour te dire: Achète mon champ qui est à Anathoth, car tu as le droit de rachat pour l’acquérir. 8  Et Hanameel, fils de mon oncle, vint auprès de moi, selon la parole de l’Eternel, dans la cour de la prison, et il me dit: Achète mon champ, qui est à Anathoth, dans le pays de Benjamin, car tu as le droit d’héritage et de rachat, achète-le! Je reconnus que c’était la parole de l’Eternel.

Les œuvres du diable sont : dérober, égorger et détruire. La parole nous dit ceci :

1 Jean 3/8 : Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable.

Une conversation dans les cieux

En méditant sur ce sujet, on se rend compte que Dieu et Satan ont eu plusieurs face à face, par exemple dans l’histoire de Job. Au moment de la tentation dans le désert, Yeshoua est aussi face au meurtrier. Or, Yeshoua est venu accomplir toute la loi, y compris la loi du Ga’al.

J’ai donc imaginé une de ces conversations, se déroulant dans les cieux après la chute de l’homme. Elle a pu être celle-ci entre Le Père et Satan, en présence de Yeshoua :

Le Père : Tu as soumis tous les hommes en esclavage et depuis ils souffrent et sont voués à la perdition. Je veux te racheter l’humanité, quel est ton prix ?

Satan : Tu ne peux pas racheter l’humanité, car selon ta loi le Ga’al doit être un proche parent. Or, tu es esprit et eux de chair.

Le Père : Je demanderai à mon fils s’il accepte de rejoindre leur humanité, ainsi il sera leur « proche parent » à ma place. Quel est ton prix ?

Satan : Tu veux me priver du plaisir de faire souffrir les hommes, de les voir se détruire mutuellement, ils sont à ma merci, ce qui fait mon bonheur et tu me demandes le prix ? Alors mon prix sera de voir souffrir ton fils à leur place le plus cruellement possible jusqu’à la mort !

Le Père, se tournant vers son Fils demande : Es-Tu d’accord de quitter Ta gloire actuelle, de prendre un corps, de souffrir et mourir pour racheter tes frères ?

Le Fils : Oui Père, que Ta volonté soit faite !

Le Père au Fils : Tu es mon Fils bien aimé, en qui je mets toute ma confiance !

Satan : Ce n’est pas tout, les hommes sont libres de me suivre, comment feras-tu pour les convaincre de me quitter ?

Le Père : J’enverrai mes serviteurs annoncer la bonne nouvelle avec l’aide de l’Esprit Saint.

Satan : Je ferai tout pour les empêcher et les détruire, car je veux que tous les hommes m’appartiennent.

Le Père : Arrière de moi Satan, je ne te laisserai pas faire cela, j’aime les hommes et je les sauverai, ta perte est certaine.

Cette conversation m’a enfin fait comprendre le prix payé par Yeshoua pour notre salut, l’amour incroyable qu’il a pour nous et le sens profond de ce verset tellement connu :

Jean 3/16-17 : Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. 17  Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.

 

« La fiancée monte du désert », suite et fin de l’étude de Daniel Steen : Beer Schéba, Jéruel, et la sortie du désert

Ceci fait suite à :

LES DÉSERTS DE SCHUR ET DE SIN

LES DÉSERTS DE SINAÏ, DE PARAN ET DE TSIN

 

Vous pouvez aussi l’écouter en audio :

http://michelledastier.com/audio/?sermon_id=125

Le désert du Beer Schéba : « Puits du serment »

(Gen 21/14-34, 26/30, 1 Rois 19)

Gen 21/14-17 : Abraham se leva de bon matin; il prit du pain et une outre d’eau, qu’il donna à Agar et plaça sur son épaule; il lui remit aussi l’enfant, et la renvoya. Elle s’en alla, et s’égara dans le désert de Beer-Schéba….. Dieu entendit la voix de l’enfant; et l’ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit: Qu’as-tu, Agar? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l’enfant dans le lieu où il est.beer-scheba

 

Ce désert est terrible, c’est celui de l’abandon, du découragement.

C’est là qu’Agar et Ismaël furent abandonnés par Abraham, c’est aussi là qu’Élie se sauva pour mourir dans la tristesse.

1 Rois 19/3-8 : Elie, voyant cela, se leva et s’en alla, pour sauver sa vie. Il arriva à Beer-Schéba, qui appartient à Juda, et il y laissa son serviteur. 4  Pour lui, il alla dans le désert où, après une journée de marche, il s’assit sous un genêt, et demanda la mort, en disant: C’est assez! Maintenant, Eternel, prends mon âme, car je ne suis pas meilleur que mes pères. 5  Il se coucha et s’endormit sous un genêt. Et voici, un ange le toucha, et lui dit: Lève-toi, mange. 6  Il regarda, et il y avait à son chevet un gâteau cuit sur des pierres chauffées et une cruche d’eau. Il mangea et but, puis se recoucha. 7 L’ange de l’Eternel vint une seconde fois, le toucha, et dit: Lève-toi, mange, car le chemin est trop long pour toi. 8  Il se leva, mangea et but; et avec la force que lui donna cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’à la montagne de Dieu, à Horeb.

On retrouve un point commun à ces deux histoires, c’est que là où il n’y a plus d’homme, Dieu est capable d’envoyer des anges afin de consoler, fortifier et rendre un avenir aux désespérés.

Dieu veille sur ses enfants. En particulier sur tous ses serviteurs et servantes persécutés dans le monde. Mais il peut aussi consoler des vieillards abandonnés par leurs enfants, ou des enfants chassés de chez eux, ou des hommes et des femmes abandonnés par leur conjoint. Dans toutes ces situations, Dieu peut intervenir pour soulager et rendre un avenir, sur terre comme au ciel.

C’est le désert de l’abandon et de la solitude !

Le désert de Jéruel « Maison de Dieu », Edom « rouge » et Maon « habitation » :

C’est le lieu de la dernière extrémité, de la dernière minute où l’on s’attend à Dieu. On y voit que Josaphat, roi de Juda, est sauvé miraculeusement après avoir fait un jeûne.

Jeruel

2 Chron 20/16-24 : Demain, descendez contre eux; ils vont monter par la colline de Tsits, et vous les trouverez à l’extrémité de la vallée, en face du désert de Jeruel. 17  Vous n’aurez point à combattre en cette affaire: présentez-vous, tenez-vous là, et vous verrez la délivrance que l’Eternel vous accordera. Juda et Jérusalem, ne craignez point et ne vous effrayez point, demain, sortez à leur rencontre, et l’Eternel sera avec vous! 18  Josaphat s’inclina le visage contre terre, et tout Juda et les habitants de Jérusalem tombèrent devant l’Eternel pour se prosterner en sa présence. 19  Les Lévites d’entre les fils des Kehathites et d’entre les fils des Koréites se levèrent pour célébrer d’une voix forte et haute l’Eternel, le Dieu d’Israël.
20 Le lendemain, ils se mirent en marche de grand matin pour le désert de Tekoa. A leur départ, Josaphat se
présenta et dit: Ecoutez-moi, Juda et habitants de Jérusalem! Confiez-vous en l’Eternel, votre Dieu, et vous serez affermis; confiez-vous en ses prophètes, et vous réussirez. 21  Puis, d’accord avec le peuple, il nomma des chantres qui, revêtus d’ornements sacrés, et marchant devant l’armée, célébraient l’Eternel et disaient: Louez l’Eternel, car sa miséricorde dure à toujours! 22  Au moment où l’on commençait les chants et les louanges, l’Eternel plaça une embuscade contre les fils d’Ammon et de Moab et ceux de la montagne de Séir, qui étaient venus contre Juda. Et ils furent battus. 23  Les fils d’Ammon et de Moab se jetèrent sur les habitants de la montagne de Séir pour les dévouer par interdit et les exterminer; et quand ils en eurent fini avec les habitants de Séir, ils s’aidèrent les uns les autres à se détruire. 24  Lorsque Juda fut arrivé sur la hauteur d’où l’on aperçoit le désert, ils regardèrent du côté de la multitude, et voici, c’étaient des cadavres étendus à terre, et personne n’avait échappé.

Le roi Joram fait, lui aussi l’expérience d’une délivrance  miraculeuse.

2 Rois 3/8-24 : Et il dit: Par quel chemin monterons-nous? Joram dit: Par le chemin du désert d’Edom….Et comme le joueur de harpe jouait, la main de l’Eternel fut sur Elisée. 16  Et il dit: Ainsi parle l’Eternel: Faites dans cette vallée des fosses, des fosses! ….Or le matin, au moment de la présentation de l’offrande, voici, l’eau arriva du chemin d’Edom, et le pays fut rempli d’eau….Ils se levèrent de bon matin, et quand le soleil brilla sur les eaux, les Moabites virent en face d’eux les eaux rouges comme du sang. 23  Ils dirent: C’est du sang! Les rois ont tiré l’épée entre eux, ils se sont frappés les uns les autres; maintenant, Moabites, au pillage! 24  Et ils marchèrent contre le camp d’Israël. Mais Israël se leva, et frappa Moab, qui prit la fuite devant eux.

David y est délivré miraculeusement d’un encerclement mortel.

1 Sam 23/24-28 : Ils se levèrent donc et allèrent à Ziph avant Saül. David et ses gens étaient au désert de Maon, dans la plaine au midi du désert. 25  Saül partit avec ses gens à la recherche de David. Et l’on en informa David, qui descendit le rocher et resta dans le désert de Maon. Saül, l’ayant appris, poursuivit David au désert de Maon. 26  Saül marchait d’un côté de la montagne, et David avec ses gens de l’autre côté de la montagne. David fuyait précipitamment pour échapper à Saül. Mais déjà Saül et ses gens entouraient David et les siens pour s’emparer d’eux, 27  lorsqu’un messager vint dire à Saül: Hâte-toi de venir, car les Philistins ont fait invasion dans le pays. 28  Saül cessa de poursuivre David, et il s’en retourna pour aller à la rencontre des Philistins. C’est pourquoi l’on appela ce lieu Séla-Hammachlekoth.29 De là David monta vers les lieux forts d’En-Guédi, où il demeura.

Dans le désert de la maladie mortelle, de l’accident, de la catastrophe imminente, Dieu est capable d’intervenir et de sauver, on ne sait comment. C’est un miracle, la fatalité ne se produit pas, que l’Éternel soit béni !

Dans tous les déserts, Dieu met de l’espoir. Tous les déserts ont un début et une fin. Quand on entre au désert, on pense toujours que cela ne finira jamais, mais tous les déserts ont une limite.

Ce désert est celui de la dernière extrémité, mais Dieu est capable d’intervenir à la dernière minute pour sauver !

Chacun son chemin

vase-brise

Passons-nous par tout le chemin du désert ? Certainement pas ! Certains ne passent que par le premier, puis ils atteignent les sources du salut. D’autres en traversent 2 ou 3.

La vie de chacun est entre les mains de Dieu.  Il y a un exemple qui montre que même un serviteur de Dieu peut être arrêté dans un désert. Mais là encore Dieu en connaît la raison et il fait tout pour un bien.

C’est le cas de Moïse qui, âgé de 120 ans et ayant passé 80 ans au désert, ne pourra pas le quitter par décision de Dieu. Et quand il supplie Dieu de changer d’avis, celui-ci répond « Ne me parle plus de cette affaire » (Deut 3/23-28). C’est une décision dure et irrévocable, mais en y réfléchissant :

–> Si Moïse avait voulu franchir le Jourdain, il y serait sans doute mort, ce qui est la figure inverse du passage de la mer rouge.

–> Moïse s’est soumis, âgé de 120 ans, il a « passé la main » avec sagesse. Simplement il a contemplé le pays promis de loin. Dieu lui a épargné les difficultés de la conquête.

–> Dieu donnera plus tard à Moïse le témoignage de son amour. Il donne rendez-vous à Yeshoua, Moïse et Élie sur une montagne en plein pays de Canaan. Là Moïse pourra contempler et apprécier la gloire de Dieu en la personne de Yeshoua.

Tout ce que Moïse avait ordonné dans la loi, tout ce que les prophètes avaient annoncé s’accomplissait en Yeshoua. Dieu montrait à Moïse et à Elie qui, tous deux sont passés au désert, que bientôt il allait achever l’œuvre de la rédemption en allant mourir sur la croix.

Matt 17/1-3 : Six jours après, Yeshoua prit avec lui Pierre, Jacques, et Jean, son frère, et il les conduisit à l’écart sur une haute montagne. 2  Il fut transfiguré devant eux; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. 3  Et voici, Moïse et Elie leur apparurent, s’entretenant avec lui.

Les refus divins ont toujours un sens. Mais nous ne voyons qu’à travers une fenêtre étroite de la vie terrestre. Le Seigneur lui, connaît tout le paysage, apprenons à lui faire confiance parce qu’il nous aime.

Résumé

chemin-deserts

Schur = Un mur : L’amertume de la vie du monde conduit aux sources du salut

Sin = Argile : Désert du murmure et de l’impatience. On ne comprend pas encore le plan de Dieu ! Angoisse du lendemain, murmures, souvenirs. Il faut apprendre à dépendre de Dieu et à reconnaître ses bénédictions.

Sinaï = Falaise : Désert du brisement et de la discipline ! « Je fais ce que je veux de ma vie ! » Oui, mais Dieu est Saint et c’est lui qui gouverne, il donne des lois et il missionne. On y apprend la  discipline de Dieu.

Paran = Verdoyant : Désert des obstacles insurmontables à vues humaines. « Les promesses de Dieu ne sont pas pour moi ! » Faux, il faut apprendre à lutter. Ce sont les  violents qui s’emparent du royaume.

 Tsin  – Kadès  = Petit palmier,  Consacré – Apprend à reconnaître, par les fruits, l’autorité spirituelle donnée par Dieu aux uns et aux autres. Consacre-toi à l’Eternel dans ce qu’il te demande. Combat le bon combat.

Beer Schéba = Puit du serment : Désert de l’abandon et de la solitude ! « Je n’en peux plus, je suis abandonné ». Ne t’inquiète pas, Dieu s’occupe de toi, même s’il  n’y a plus personne, il reste les anges.

 Jéruel Edom Maon = Fondation de Dieu Désert de la dernière extrémité. Dieu peut intervenir à la dernière minute pour sauver !« C’est la fin, je suis emporté par l’épreuve, trop Dur » ! Non, ce sera ta « fin » quand Dieu l’aura décidé. Pour l’instant Dieu fait des miracles, il est vivant.

Hénoc marchait avec Dieu

Marcher avec Dieu : condition de l’enlèvement – Dans la bible nous voyons qu’il est possible de :

 Suivre Dieu : ce fut le cas du peuple dans le désert (Deut 1/30).

 Précéder Dieu : ce fut le cas d’Abraham (Gen 17/1)

 Marcher avec Dieu : ce fut le cas unique d’Hénoc. Alors, Dieu le prit (Gen 5/24)

Depuis la nouvelle alliance, Dieu a envoyé son Saint Esprit de façon à ce que nous puissions être son confident. Le Saint Esprit est en nous et les lois de Dieu sont gravées dans nos cœurs et non sur des pierres.

Marcher avec Dieu, cela veut dire :

 Avoir une conversation avec lui,

 Aller dans la même direction que lui,

 Nouer une relation d’amour et finalement lui ressembler.

Apprendre à aimer Dieu : 7 fruits de la méditation

 

Lorsque nous pensons à quelqu’un, aussitôt nos sentiments pour cette personne arrivent en nous. De la même façon, si nous dirigeons notre attention vers Dieu, les sentiments que nous avons pour lui apparaîtront. Ce peut-être de la joie, de l’amour mais aussi peut-être de la haine, de l’écœurement ou encore de l’indifférence.

Tout dépend de notre relation avec lui et de la connaissance que nous avons de lui. Nous avons très bien pu nous construire une image de Dieu totalement fausse.  Yeshoua disait :

Jean 17/3 : Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Yeshoua-Christ.

Pour le connaître, il faut vivre, marcher et parler avec lui. Il faut aussi méditer ce merveilleux cadeau qu’est la bible, parole de Dieu. Il y a 7 fruits à la méditation :

1. Le discernement, la sagesse pour connaître et déjouer les plans du malin

Ps 119/98 : Tes commandements me rendent plus sage que mes ennemis, car ils sont pour moi un bien inépuisable.(Version Zadoc)

2. La connaissance, meilleure que l’intelligence et le savoir humain

Ps 119/99-100 : Je suis plus avisé que tous mes précepteurs, car tes vérités sont le thème de mes réflexions. 100  J’ai plus d’expérience que les vieillards, car je respecte tes préceptes. (Version Zadoc)

3. La maîtrise de la langue

Prov 15/28 : Le cœur du juste médite pour répondre, Mais la bouche des méchants répand des méchancetés.

4. La joie et le bonheur

Ps 1/1-2 : Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des
pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, 2  Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit!

5. La communion,
6. la croissance
7. et les fruits

Ps 1/3 : Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point: Tout ce qu’il fait lui réussit.

La fiancée qui monte du désert

cant-dieu-parle

Des fiancés remplis d’amour

Cant 2/2-5 : Comme un lis au milieu des épines, Telle est mon amie parmi les jeunes filles. – 3 Comme un pommier au milieu des arbres de la forêt, Tel est mon bien-aimé parmi les jeunes hommes. J’ai désiré
m’asseoir à son ombre, Et son fruit est doux à mon palais. 4  Il m’a fait entrer dans la maison du vin; Et la bannière qu’il déploie sur moi, c’est l’amour. 5  Soutenez-moi avec des gâteaux de raisins, Fortifiez-moi avec des pommes; Car je suis malade d’amour.

Le bien aimé est comme  une gazelle

Une gazelle saute de rocher en rocher. De loin on dirait qu’elle tombe dans le ravin, puis elle reparaît sur un autre pic de la montagne. Ainsi sera la venue du Seigneur. A chaque événement important concernant Israël et l’épouse on croit que le Seigneur est là. Puis de nouveau il faut l’attendre…mais il nous parle : prépares-toi !

Cant 2/8-10 : C’est la voix de mon bien-aimé! Le voici, il vient, Sautant sur les montagnes, Bondissant sur les collines. 9 Mon bien-aimé est semblable à la gazelle Ou au faon des biches. Le voici, il est derrière notre mur, Il regarde par la fenêtre, Il regarde par le treillis. 10  Mon bien-aimé parle et me dit: Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens!

Le Seigneur, impatient de voir le visage de sa fiancée

Cant 2/14 : Ma colombe, qui te tiens dans les fentes du rocher, Qui te caches dans les parois escarpées, Fais-moi voir ta figure, Fais-moi entendre ta voix; Car ta voix est douce, et ta figure est agréable.

Pour l’instant son visage est encore voilé, mais bientôt les noces de l’agneau auront lieu et le voile sera ôté.

La fiancée cherche son bien aimé

Cant 3/1-5 : Sur ma couche, pendant les nuits, J’ai cherché celui que mon cœur aime; Je l’ai cherché, et je ne l’ai point trouvé…2  Je me lèverai, et je ferai le tour de la ville, Dans les rues et sur les places; Je chercherai celui que mon cœur aime… Je l’ai cherché, et je ne l’ai point trouvé. 3 Les gardes qui font la ronde dans la ville m’ont rencontrée: Avez-vous vu celui que mon cœur aime? 4  A peine les avais-je passés, Que j’ai trouvé celui que mon cœur aime; Je l’ai saisi, et je ne l’ai point lâché Jusqu’à ce que je l’aie amené dans la maison de ma mère, Dans la chambre de celle qui m’a conçue. – 5  Je vous en conjure, filles de Jérusalem, Par les gazelles et les biches des champs, Ne réveillez pas, ne réveillez pas l’amour, Avant qu’elle le veuille.

N’est-il pas écrit que nous devons chercher Dieu en tâtonnant ?

Actes 17/27 : il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur, et qu’ils s’efforçassent de le trouver en tâtonnant, bien qu’il ne soit pas loin de chacun de nous….

Le cœur de la fiancée monte du désert en louange

Cant 3/6 : Qui est celle qui monte du désert, Comme des colonnes de fumée, Au milieu des vapeurs de myrrhe et d’encens Et de tous les aromates des marchands?

La fiancée monte déjà en louanges pour le Seigneur. Son parfum de bonne odeur lui est agréable. Mais tout au long de sa recherche elle a pensé à lui, son esprit était en communion, elle s’est appuyée sur lui. Et pendant ce temps, il la regarde à travers son voile et l’admire :

Cant 4/1-16 : Que tu es belle, mon amie, que tu es belle! Tes yeux sont des colombes, derrière ton voile….Tes lèvres sont comme un fil cramoisi, Et ta bouche est charmante; Ta joue est comme une moitié de grenade, Derrière ton voile…..Tu es toute belle, mon amie, Et il n’y a point en toi de défaut….Que de charmes dans ton amour, ma sœur, ma fiancée! Comme ton amour vaut mieux que le vin, Et combien tes parfums sont plus suaves que tous les aromates! Tes lèvres distillent le miel, ma fiancée; Il y a sous ta langue du miel et du lait, Et l’odeur de tes vêtements est comme l’odeur du Liban. 12  Tu es un jardin fermé, ma sœur, ma fiancée, Une source fermée, une fontaine scellée……Que mon bien-aimé entre dans son jardin, Et qu’il mange de ses fruits excellents! –

Quand le fiancé entre, la fiancée est endormie !

Cant 5/1-8 : J’entre dans mon jardin, ma sœur, ma fiancée;…J’étais endormie, mais mon cœur veillait… C’est la voix de mon bien-aimé, qui frappe: -Ouvre-moi, ma sœur, mon amie, Ma colombe, ma parfaite!…. Je me suis levée pour ouvrir à mon bien-aimé; Et de mes mains a dégoutté la myrrhe, De mes doigts, la myrrhe répandue sur la poignée du verrou. 6 J’ai ouvert à mon bien-aimé; Mais mon bien-aimé s’en était allé, il avait disparu…… Si vous trouvez mon bien-aimé, Que lui direz-vous ?
Que je suis malade d’amour. –

La fiancée monte du désert appuyée sur son bien-aimé

Le temps est tellement long qu’elle finit par s’endormir sous le pommier et c’est le bien aimé qui vient la réveiller, alors la fiancée monte du désert :

Cant 2/3 : Comme un pommier au milieu des arbres de la forêt, Tel est mon bien-aimé parmi les jeunes hommes. J’ai désiré m’asseoir à son ombre, et son fruit est doux à mon palais.

Cant 8/5-6 : Qui est celle qui monte du désert, Appuyée sur son bien-aimé? -Je t’ai réveillée sous le pommier; Là ta mère t’a enfantée, C’est là qu’elle t’a enfantée, qu’elle t’a donné le jour. – 6  Mets-moi comme un sceau sur ton cœur, Comme un sceau sur ton bras;

Ce n’est pas pour rien que Dieu a fait passer son peuple par le désert. Il a voulu connaître son cœur selon la parole :

Deut 8/2 : Souviens-toi de tout le chemin que l’Eternel, ton Dieu, t’a fait faire pendant ces quarante années dans le désert, afin de t’humilier et de t’éprouver, pour savoir quelles étaient les dispositions de ton cœur et si tu garderais ou non ses commandements.

Mais Dieu a toujours été au côté de son peuple pour le guider dans le désert.

Néh 9/19 : Dans ton immense miséricorde, tu ne les abandonnas pas au désert, et la colonne de nuée ne cessa point de les guider le jour dans leur chemin, ni la colonne de feu de les éclairer la nuit dans le chemin qu’ils avaient à suivre.

Reprocherions-nous au Seigneur de vouloir être certain des dispositions de cœur de son épouse ?

Il ne veut pas d’une épouse incertaine et infidèle. Il l’a veut sans tache ni ride, c’est pourquoi elle aussi traverse le désert avant d’entrer dans la gloire du royaume promis. C’est de là qu’elle va monter vers son époux. Sur la prostituée, Dieu fait reposer tous les maux de la terre, mais la fiancée est blanchie.

Marc 1/3 : C’est la voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, Aplanissez ses sentiers.

Esaïe 35/1 : Le désert et le pays aride se réjouiront; La solitude s’égaiera, et fleurira comme un narcisse;

Luc 15/4 : Quel homme d’entre vous, s’il a cent brebis, et qu’il en perde une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller après celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve?

Shalom

boiteux-sautera

SÉMINAIRES DE DÉLIVRANCE, AUDIO ET VIDÉO – NAMUR 2010 et autres

SÉMINAIRE DE FORMATION À LA DÉLIVRANCE – NAMUR (Belgique) – AVRIL 2010

Parfait Mangock a enregistré ce séminaire en vidéo: vous pouvez les trouver ici:

 

TÉMOIGNAGE

http://www.dailymotion.com/mparfait/1

http://www.dailymotion.com/swf/xcww0q_seminaire-delivrance-michelle-dasti_people

http://www.dailymotion.com/swf/xcwv9n_seminaire-delivrance-michelle-dasti_people

http://www.dailymotion.com/swf/xcwwj0_seminaire-delivrance-michelle-dasti_people

http://www.dailymotion.com/swf/xcx0cj_seminaire-delivrance-michelle-dasti_people

http://www.dailymotion.com/swf/xcx0xf_seminaire-delivrance-michelle-dasti_people

http://www.dailymotion.com/swf/xcx1f8_seminaire-delivrance-michelle-dasti_people

http://www.dailymotion.com/swf/xcx1jc_les-rachetes_people

http://www.dailymotion.com/mparfait/1

 

Trois esprits du diable – Jezabel – La Reine du ciel – La Sirène.

Ces enseignements ont été donnés à l’Eglise du Marais en 2005 –

http://www.dailymotion.com/relevance/search/michelle+d%27astier/video/x1h0dw_3-esprits-du-diable-contre-leglise_shortfilms

http://www.dailymotion.com/relevance/search/michelle+d%27astier/video/x1h0jw_3-esprits-du-diable-contre-leglise_shortfilms

http://www.dailymotion.com/relevance/search/michelle+d%27astier/video/x1h0nw_3-esprits-du-diable-contre-leglise_shortfilms

http://www.dailymotion.com/relevance/search/michelle+d%27astier/video/x1h0sm_3-esprits-du-diable-contre-leglise_shortfilms

http://www.dailymotion.com/relevance/search/michelle+d%27astier/video/x1h1cd_3-esprits-du-diable-contre-leglise_shortfilms

SÉMINAIRE DE FORMATION À LA DÉLIVRANCE – BON BERGER À SAINT-DENIS – 2009

http://www.michelledastier.org/EnsAudio/bonberger

TECHNIQUES SORCIÈRES

1- http://www.dailymotion.com/vids/2410875+2409920+2410539+2409661+2411060/video/x1fnb1_techniques-sorcieres-16_shortfilms

2 – http://www.dailymotion.com/vids/2409920+2410291+2410539+2410875+2411060/video/x1fni8_techniques-sorcieres-26_shortfilms

3 – http://www.dailymotion.com/vids/2409920+2410291+2410539+2410875+2411060/video/x1fnsj_techniques-sorcieres-36_shortfilms

4 – http://www.dailymotion.com/vids/2409661+2410291+2410539+2410875+2411060/video/x1fnzf_techniques-sorcieres-46_shortfilms

5 – http://www.dailymotion.com/vids/2409661+2409920+2410291+2410875+2411060/video/x1fo8r_techniques-sorcieres-56_shortfilms

6 – http://www.dailymotion.com/vids/2409661+2409920+2410291+2410539+2411060/video/x1fodw_techniques-sorcieres-66_shortfilms

« LA FIANCÉE MONTE DU DÉSERT « (suite): Sinaï, Paran, Tsin, étude de Daniel Steen

Suite de: http://michelledastier.com/la-fiancee-monte-du-desert-par-daniel-steen-1-le-desert-de-schur-2-de-sin/

desert-sinai

Le désert du Sinaï : « Falaise »

(Ex 19/1…, Ex 3)

Ex 19/1 : Le troisième mois après leur sortie du pays d’Égypte, les enfants d’Israël arrivèrent ce jour-là au désert de Sinaï.

Ce désert a d’abord été le lieu où Moïse s’est réfugié après s’être sauvé d’Égypte. Il avait voulu agir selon sa propre volonté et se retrouve au désert pour 40 ans. C’est là qu’il va recevoir de Dieu son ministère.

Ex 3/10 : Maintenant, va, je t’enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d’Egypte mon peuple, les enfants d’Israël.

C’est aussi dans ce désert que Dieu, plus tard, donnera les lois à Moïse.

Ex 20/1-26 : Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant: 2 Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude. 3 Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face…..

Ainsi, on entre dans ce désert en disant « je fais ce que je veux » et on en sort discipliné, après avoir enfin compris que c’est Dieu qui dirige. C’est lui qui envoie après avoir purifié; C’est lui qui nous fait comprendre que ses commandements et préceptes sont bons et saints.

C’est le désert du brisement et de la discipline !

Le désert du Paran : « Verdoyant, rempli de cavernes » (Nb 10/11-12, Nb 13/1-3)

Nb 10/11-12 : Le vingtième jour du second mois de la seconde année, la nuée s’éleva de dessus le tabernacle du témoignage. 12 Et les enfants d’Israël partirent du désert de Sinaï, selon l’ordre fixé pour leur marche. La nuée s’arrêta dans le désert de Paran.

Bien que l’on sache que c’est Dieu qui dirige nos vies, il arrive que l’on murmure contre lui parce qu’on ne discerne pas la bénédiction de Dieu dans notre vie. C’est une autodestruction que de murmurer contre lui.

 

Le désert du Paran : « Verdoyant, rempli de cavernes »

(Nb 10/11-12, Nb 13/1-3)

desert-paran

Nb 10/11-12 : Le vingtième jour du second mois de la seconde année, la nuée s’éleva de dessus le tabernacle du témoignage. 12 Et les enfants d’Israël partirent du désert de Sinaï, selon l’ordre fixé pour leur marche. La nuée s’arrêta dans le désert de Paran.

Bien que l’on sache que c’est Dieu qui dirige nos vies, il arrive que l’on murmure contre lui parce qu’on ne discerne pas la bénédiction de Dieu dans notre vie. C’est une autodestruction que de murmurer contre lui.

C’est dans ce désert que le peuple considère que la bénédiction de Dieu est comme la sécheresse et il repense de nouveau au passé, comme au désert de Sin.

Nb 11/6 : Maintenant, notre âme est desséchée: plus rien! Nos yeux ne voient que de la manne.

C’est aussi de ce lieu que sont partis les 12 espions pour visiter Canaan.

Nb 13/1-3 : L’Eternel parla à Moïse, et dit: 2 Envoie des hommes pour explorer le pays de Canaan, que je donne aux enfants d’Israël. Tu enverras un homme de chacune des tribus de leurs pères; tous seront des principaux d’entre eux. 3 Moïse les envoya du désert de Paran, d’après l’ordre de l’Eternel;

On découvre alors, après le compte rendu de la visite de Canaan qu’il faudra combattre pour prendre possession des promesses de Dieu. 10 espions sur 12 sont démoralisés, au fond ils disent :

– « les promesses de Dieu ne sont pas pour nous ! ».

Deux espions, Josué et Caleb sont prêts à rentrer en Canaan. On remarque que ce sont seulement ces deux hommes qui prendront possession des promesses.

Nb 13/28 : Mais le peuple qui habite ce pays est puissant, les villes sont fortifiées, très grandes; nous y avons vu des enfants d’Anak.

De Paran, on part pour gagner ou on reste dans la défaite ! Dieu nous invite à combattre pour prendre possession de ses promesses.

Eph 6/12-13 : Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. 13 C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.

Matt 11/12 : Depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en emparent.

C’est dans ce désert que David a rencontré Abigaïl qui était, à l’époque, l’épouse d’un homme très méchant. Bien que l’obstacle fût « insurmontable » à vues humaines, Dieu a permis, par une série de circonstances, qu’Abigaïl devienne l’épouse de David.

1 Sam 25/1-39 : David se leva et descendit au désert de Paran 2 Il y avait à Maon un homme fort riche, ….Le nom de cet homme était Nabal, et sa femme s’appelait Abigaïl; c’était une femme de bon sens et belle de figure, mais l’homme était dur et méchant dans ses actions…. Le coeur de Nabal reçut un coup mortel, et devint comme une pierre. 38 Environ dix jours après, l’Eternel frappa Nabal, et il mourut. 39 David apprit que Nabal était mort, et il dit: Béni soit l’Eternel, qui a défendu ma cause dans l’outrage que m’a fait Nabal, et qui a empêché son serviteur de faire le mal! L’Eternel a fait retomber la méchanceté de Nabal sur sa tête. David envoya proposer à Abigaïl de devenir sa femme.

C’est le désert des obstacles insurmontables à vues humaines.

 

 

————————————————————————————————

Le désert du Tsin : « Petit palmier »

(Nb 13/21, Deut 9/23)

Tsin

Le désert de Tsin est encore appelé désert de Kadès, qui signifie « Consacré, Saint ». C’est dans ce lieu sec que les hébreux murmurèrent de nouveau et que Moïse a été puni pour son manque de foi, au rocher d’Horeb.

Nb 20/1-2 : Toute l’assemblée des enfants d’Israël arriva dans le désert de Tsin le premier mois, et le peuple s’arrêta à Kadès. C’est là que mourut Marie, et qu’elle fut enterrée. 2 Il n’y avait point d’eau pour l’assemblée; et l’on se souleva contre Moïse et Aaron.

Nb 20/11-12 : Puis Moïse leva la main et frappa deux fois le rocher avec sa verge. Il sortit de l’eau en abondance. L’assemblée but, et le bétail aussi. 12 Alors l’Eternel dit à Moïse et à Aaron: Parce que vous n’avez pas cru en moi, pour me sanctifier aux yeux des enfants d’Israël, vous ne ferez point entrer cette assemblée dans le pays que je lui donne.

Après être parti du désert de Paran, l’exploration de la terre promise commence par ce lieu. Ils ont voulu expérimenter les promesses de Dieu, mais pour 10 d’entre eux la foi n’y était pas, alors c’est l’écœurement qui est venu et le peuple a tourné en rond dans le désert.

Nb 13/21 : Ils montèrent, et ils explorèrent le pays, depuis le désert de Tsin jusqu’à Rehob, sur le chemin de Hamath.

st à partir de ce désert que Moïse a demandé le passage au roi d’Edom qui lui a refusé. Edom est pourtant le frère d’Israël. Voilà donc également l’épreuve du faux frère, de celui qui devait nous aider et qui nous trahi.

Nb 20/14-18 : De Kadès, Moïse envoya des messagers au roi d’Edom, pour lui dire: Ainsi parle ton frère Israël: Tu sais toutes les souffrances que nous avons éprouvées…….Edom lui dit: Tu ne passeras point chez moi, sinon je sortirai à ta rencontre avec l’épée.

Edom est le frère d’Israël et son opposition est douloureuse, mais il y a encore plus grave dans ce désert, car Koré est un fils d’Israël et il s’est révolté contre Moïse dans ce désert, parce qu’il voulait diriger à sa place (Nb16).

Nb 16/13 et 19-21 : N’est-ce pas assez que tu nous aies fait sortir d’un pays où coulent le lait et le miel pour nous faire mourir au désert, sans que tu continues à dominer sur nous?……….Et Koré convoqua toute l’assemblée contre Moïse et Aaron, à l’entrée de la tente d’assignation. Alors la gloire de l’Eternel apparut à toute l’assemblée. 20 Et l’Eternel parla à Moïse et à Aaron, et dit: 21 Séparez-vous du milieu de cette assemblée, et je les consumerai en un seul instant.

Ce désert est donc un lieu où l’on apprend la consécration dans la souffrance et dans l’opposition de tous ceux qui devraient être nos partenaires et qui deviennent des persécuteurs pour de multiples raisons. La véritable consécration entraine la persécution selon qu’il est écrit :

2 Tim 3/12 : Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Yeshoua-Christ seront persécutés.

La véritable autorité spirituelle se reconnaît aux fruits. Yeshoua nous a prévenus que nous devions regarder les fruits pour faire la différence entre deux arbres. A partir de ce moment là, tous ceux qui critiquent les vrais choix de Dieu souffrent ou meurent. C’est le cas de Marie qui s’est élevée contre son frère Moïse, mais aussi de Koré qui s’était révolté.

Matt 7/15-19 : Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. 16 Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons? 17 Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. 18 Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. 19 Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. 20 C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.

Dans ce désert on apprend à discerner et respecter les choix de Dieu, mais aussi à combattre le bon combat. Dieu tonne dans ce lieu.

Ps 29/8 : La voix de l’Eternel fait trembler le désert; l’Eternel fait trembler le désert de Kadès.

Troisième partie: BEER SCHÉBA ET JÉRUEL, et la sortie du désert=