UNE FAUSSE PRÉSENCE DE DIEU, par Arthur KATZ

Note M.A.V. cet article m’a été transmis par plusieurs. Je pense qu’il s’agit d’un avertissement prophétique MAJEUR, qu’Arthur katz nous a laissé avant de rejoindre le Seigneur. Merci Seigneur pour ceux qui sauront l’entendre, et Merci à Henri Viaud-Murat de l’avoir mis à disposition sur son nouveau site: http://www.latrompette.net/ – A429 Une fausse présence de Dieu

Séductions – Fausses doctrines

Alors que je tente d’aborder un sujet qui a déjà divisé une partie de peuple de Dieu en deux camps qui sont l’un et l’autre sur la défensive, je vous demande d’être bienveillants. Celui qui lance un appel à la prudence se retrouve en effet dans une situation difficile, si ce n’est dangereuse, car aux yeux de beaucoup, il a l’air de s’opposer à des choses saintes qui procèdent de l’Esprit de Dieu.

Continue reading…

Le vrai prophète, par Arthur katz

Le prophète de son temps est pleinement accepté par Dieu, et totalement rejeté par les hommes.

Voici bien longtemps, le Dr. Gregory Mantle avait raison lorsqu’il disait :

 « Aucun homme ne peut être pleinement accepté tant qu’il n’a pas été totalement rejeté.

Le prophète du Seigneur est conscient de ces deux expériences.

Elles sont sa « marque distinctive« .

La communauté, parce qu’elle se suffit à elle-même, confortablement isolée de ce monde en péril et tranquillement installée bien au chaud dans sa théologie non éprouvée, est défiée par le prophète. Elle ne risque certainement pas de l’élire « homme de l’année » quand il les compare à des fidèles de la « synagogue de Satan« !

Le prophète vient pour remettre d’aplomb celui qui a du plomb dans l’aile. Son travail consiste à ramener sur le droit chemin… ceux qui ont mordu la ligne !

Il est impopulaire parce qu’il s’oppose au peuple sur le plan moral et spirituel.

Continue reading…

La grandeur du pardon de Dieu, par Henri Viaud-Murat

Transmis par Nicole

liberte-mains-chaines - copie

Ce qui arrivera si nous gardons des péchés non pardonnés. L’importance de tout pardonner aux autres. 

 

Ce soir, je voudrais vous parler du pardon de Dieu. Nous avons constamment besoin de nous rappeler ce qu’est le pardon de Dieu et quelle est la profondeur de l’amour de Dieu manifesté dans son pardon. Nous avons besoin du pardon de Dieu. Nous avons besoin de savoir comment recevoir et garder le pardon de Dieu. Nous devons savoir ce qui est attaché à ce pardon. Nous avons aussi besoin de pardonner et de savoir ce que c’est que d’être pardonné complètement. Quand nous avons goûté ce qu’est un plein pardon, nous savons ce que c’est que de pardonner.

Ceux qui ne savent pas pardonner sont ceux qui n’ont pas encore compris pleinement ce qu’est le pardon de Dieu pour eux. Quand ils y ont goûté, quand ils ont vu à quel point le pardon de Dieu est merveilleux, leur plus grande joie est de pardonner, de faire comme le Seigneur leur a fait, nous a fait. Quand nous avons reçu cette grâce merveilleuse, nous voulons la donner à d’autres et elle se répand.

L’Eglise de Dieu sort grandie et fortifiée quand nous pardonnons et quand nous recevons le pardon. Continue reading…

Perpétuer l’innommable, par le Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ

Note MAV. Cet article est très intéressant. Je lis souvent des remarques de certains disant qu’il y a eu d’autres génocides sur terre. Oui, c’est vrai. Mais tous les autres génocides avaient toujours un prétexte politique, parfois religieux, des racines de haines séculaires entre ethnies (et là le génocide tendait à être réciproque), en tout cas leurs auteurs croyaient avoir une idéologie juste, même si elle était exécrable (on pourrait parler du soviétisme, de Pol Pot, de Mao Tsé Tong, et d’autres) … Mais c’est la première fois dans l’Histoire que l’on a vu exécuter froidement,  en se dotant des instruments technologiques et scientifiques les plus sophistiqués de l’époque, un plan visant à faire disparaître de la planète tout un peuple, pour l’unique motif qu’il était juif. « Solution finale », voici le nom de ce plan côté nazi, « Shoah » (anéantissement), côté victimes. Et toute l’Europe, à des degrés divers,  a trempé les mains dans cette abomination. Nous Chrétiens, nous savons bien pourquoi: c’est à cause de la haine du monde pour ce peuple mis à part par Dieu, pour être le témoin tout autant de sa bonté que de sa sévérité.  « La lumière est venue dans le monde et le monde ne l’a point reçu car ses oeuvres étaient mauvaises »… Mais c’est à Jérusalem, sur le mont de Sion, que le Seigneur Jésus va revenir bientôt pour juger tous les habitants de la terre, à Sion, et nulle par ailleurs… Et c’est bien pour cela que toutes les nations voudraient anéantir Israël !!!!

Logo Shalom

De Jérusalem,
Source : http://www.shalom-israel.info

Peinture de David Olère, rescapé des Sonderkommandos, mort en 1985
Le 27 janvier est le jour anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz par l’armée soviétique. Pourquoi perpétuer la mémoire de ce génocide qu’aucun mot ne peut qualifier, si ce n’est le mot de Shoah = anéantissement ?… C’est la Knesset, le 12 avril 1951, qui choisit le mot Shoah pour désigner « la Solution finale » prônant la destruction totale des Juifs d’Europe.

Les « négationnistes » de tous bords n’ont qu’a bien se tenir, il reste encore des témoins ! Des témoins de l’horreur absolue, un enfer sur terre pour des millions de personnes, que ce soient des enfants, des femmes enceintes, ou des vieillards, dans des centaines de camps de la mort tels Auschwitz-Birkenau, Bergen-Belsen, Sobibor, Belzec, Treblinka, Dachau, Majdenek, etc…

Aujourd’hui, 70 ans après la tuerie planifiée de tout un peuple, événement sans précédant dans l’Histoire humaine, survivent des rescapés – l’âge moyen est de 85 ans, et en Israël, ils sont 193 000. Or ces témoins disparaissent, au rythme de plus d’un millier chaque mois.

 

Loin de nous d’occulter ou de relativiser les autres génocides : ceux de l’Arménie (1 500 000 victimes), du Rwanda, du Cambodge (2 000 000) et d’autres. Loin de nous de ne pas mentionner la souffrance des Tziganes, des handicapés, ou des homosexuels, et de tous les autres qui se sont trouvés pris dans la nasse durant la guerre. Cependant, nous devons comprendre le particularisme de la Shoah, cette volonté d’exterminer « comme des cafards » tout un peuple, sans aucune raison militaire, stratégique ou politique. Simplement la raison que cet enfant, cette femme, ce vieillard… est juif. Peu importe s’il est pratiquant, il est juif, cela suffit. Et de rechercher systématiquement dans la généalogie pour déterminer la « tare », pour expurger l’humanité de cette « race », cause de tous les malheurs du monde. Le Juif est alors comme de la mauvaise herbe, et l’arracher fait preuve de salubrité publique.

 

Survivre à Auschwitz

Dessin de Wladyslaw Siwek

Grâce à Dieu, les témoignages demeurent. Ce lundi 27, jour anniversaire de la Shoah, sur la chaîne ARTE (1), sont passés deux reportages, un sur Auschwitz, l’autre sur les Sonderkommandos (2). Ecoutons les témoignages de ces survivants sur l’horreur absolue, c’est un impératif pour toutes les générations. Comment l’homme peut-il descendre aussi bas dans la bestialité ? …

Tentons de comprendre comment une jeune fille de 17 ans, telle Suzanne Birnbaum, venue d’un pays comme la France, la Grèce ou la Hollande, choyée dans sa famille, pouvait se retrouver en un instant au milieu de bêtes féroces… l’arrivée à Auschwitz dans la nuit après des jours sans eau ni nourriture, déshabillée sous les coups, tondue…

Lever à 3h30, rester debout des heures dans le froid glacial, travailler « dans les marais » (voir pdf) sans un seul instant de repos jusqu’au soir, avaler une maigre soupe, recevoir des coups sur la tête sans jamais protester… les cris, les chiens, les kappos avides de sang, l’absence totale d’hygiène, la dysenterie, et la mort présente à tout moment, l’inquiétude permanente pour sa famille, le froid glacial et les nuits sans sommeil, à quatre avec trois couvertures dans un même grabat, puis le réveil dans la nuit à nouveau, la terreur qu’avaient dissipé les rêves d’un passé désormais révolu pour toujours…

Combien de jours pouvait-on survivre à cet enfer ?…

L’on estime qu’à Auschwitz-Birkenau, « l’usine à mort », furent assassinés plus de 2,5 millions de personnes.

 

Antisionisme = Antisémitisme

Nous n’avons pas le droit d’oublier la Shoah. Si le peuple juif est le peuple de la mémoire, il est aussi la conscience des peuples ; l’homme a toujours l’envie furieuse de se débarrasser de sa conscience… qui le culpabilise tant. Aujourd’hui, l’hydre de l’antisémitisme a relevé la tête, et l’on crie encore en Europe : « Morts aux Juifs ! ». Sachons que si le peuple juif est devenu le « bouc émissaire » de l’humanité, c’est qu’il est par essence le peuple de Dieu. L’antisémitisme vient finalement du désir de l’homme de tuer le « témoin de Dieu » ! – « Voici, je l’ai établi comme témoin auprès des peuples » (Esaïe 55:4). L’esprit « caïnite » est inscrit dans l’ADN de l’homme, Caïn est le premier meurtrier de l’Histoire.
La Marche des vivants à Auschwitz
Oublier ou dénigrer la Shoah est à mettre en parallèle avec la haine actuelle d’Israël, en tant que nation. Comme l’a souligné lepasteur Martin Luther King : « …Tu déclares, mon ami, que tu ne hais pas les Juifs, que tu es seulement antisioniste. A cela je dis, que la vérité sonne du sommet de la haute montagne, que ses échos résonnent dans les vallées vertes de la terre de Dieu : quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent Juifs, et ceci est la vérité même de Dieu. L’antisémitisme, la haine envers le peuple juif, a été et reste une  tache sur l’âme de l’humanité ».

 

En méprisant Israël, c’est D.ieu que l’on méprise – la Bible le dit ; alors faisons nôtre la prière du psalmiste : « Eternel, défends ta cause ! »

« Souviens-toi que l’ennemi outrage l’Eternel, et qu’un peuple insensé méprise ton nom ! Ne livre pas aux bêtes l’âme de ta tourterelle, n’oublie pas à toujours la vie de tes malheureux ! Aie égard à l’alliance ! … Lève-toi, ô Dieu ! défends ta cause ! » – Ps 74 : 18, 22.

 

 

note1(1) Avec le témoignage de Suzanne Birnbaum, Robert Levy, Robert Waitz, et Mark Klein pour le premier document.

note2(2) Les Sonderkommandos (unités spéciales) étaient des groupes de travail dans les camps d’extermination, composés de prisonniers, juifs en majorité, forcés de vider les chambres à gaz, arracher les dents en or, couper les cheveux des morts et d’incinérer les cadavres dans les fours crématoires. Ces hommes étaient tous destinés à mourir exécutés.

Il faut entendre le témoignage d’un survivant des Sonderkommandos, Chlomo Venezio (mort en oct 2012). Le 26 janvier 2011, il a prononcé un discours bouleversant à l’UNESCO pour la journée commémorative de la Shoah. Son témoignage s’est achevé sur ces phrases : « Je n’ai plus jamais eu une vie normale. Je n’ai jamais pu prétendre que tout allait bien et aller, comme d’autres, danser et m’amuser en toute insouciance… Tout me ramène au camp. Quoi que je fasse, quoi que je voie, mon esprit revient toujours au même endroit. C’est comme si le « travail » que j’avais dû faire là-bas n’était jamais sorti de ma tête… On ne sort jamais vraiment du Crématoire ».

LE CORBEAU ET LE RENARD, une chronique de Michel-André

« Car il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni rien de secret qui ne doive  être connu » (Mt 10 :26)

 Ceci est une image de ce qui devrait se produire très bientôt…

Curieusement, c’est maintenant seulement que M. Hollande se rend en visite officielle chez le souverain pontife alors qu’il est aux commandes de l’Etat depuis presque deux ans. Aurait-il subitement quelque chose à se faire pardonner ? Lui, grand athée laïc s’il en est, aurait-il  besoin d’une absolution papale ?

Continue reading…

L’Éternité Par Arthur Katz

Source : La sentinelle de Néhémie – Note MAV: Lors du transfert de mes blogs, cet article était allé dans la section brouillon.  En le relisant, j’ai eu le sentiment qu’Arthur Katz, pasteur messianique aujourd’hui décédé, avait donné ce message prophétiquement pour notre temps. Il est devenu d’une véracité et d’une urgence absolue. Puisse cet article cogner le coeur de beaucoup, car il n’y a plus de temps, plus de temps pour jouer à être Chrétien, sans l’être. oui, le choix est devant nous et il est urgent ! Oubliez toutes les convictions que l’on vous a ancrées en vous promettant votre billet automatique pour le troisième ciel, et souvenez-vous que Jésus a dit que peu trouvaient la porte étroite et que peu empruntaient le chemin resserré qui mènent à la vie. On a souvent trouvé la Porte (et on ne l’a pas forcément franchie, puisqu’elle représente la mort à ce monde), mais pour ce qui est du chemin resserré, la vérité est qu’il est très peu de monde qui l’emprunte et persévère jusqu’au bout: « Celui qui persévèrera jusqu’à la fin sera sauvé » a répété Jésus quatre fois. C’est facile de persévérer quand il n’y a pas d’obstacle. Il en est tout autrement quand être un véritable Chrétien devient un passeport pour la souffrance, pour les persécutions et pour la mort. Pourtant, c’est vraiment là que le bon grain et l’ivraie se séparent. ET NOUS Y SOMMES ! Que Dieu vous bénisse !

Prédication d’Arthur Katz

Israël est une clé pour l’interprétation des Écritures; c’est une des clés de la foi. Perdre le sens du destin millénaire et éternel d’Israël, c’est perdre le sens de l’éternité elle-même.

Dans les intentions de Dieu, il n’y a rien de plus motivant pour inspirer une vie de victoire, une vie héroïque et apostolique, ainsi que l’espérance d’une récompense à venir, dans l’éternité. Quoi de mieux pour inspirer une vie pleine de sens, une vie de sacrifice ?

Continue reading…