La métamorphose de la pensée, par Oswald Chambers

La souffrance conforme au dessein de Dieu produit une métamorphose de la pensée salutaire, dont on ne se repent pas.
2 Corinthiens 7:10
 

La conviction de péché est un sentiment qui saisit rarement le coeur de l’homme. C’est pourtant la porte qu’il faut franchir pour connaître Dieu.

Jésus dit que lorsque le Saint-Esprit viendra, il convaincra de péché. Quand le Saint-Esprit éveille la conscience d’un homme et le met en présence de Dieu, ce ne sont pas ses relations avec les hommes qui le tourmentent, mais sa relation avec Dieu. –

« J’ai péché contre toi, contre toi seul, et j’ai fait ce qui est mal à tes yeux ».

La conviction du péché, le miracle du pardon et la sainteté, sont si étroitement liés, qu’on peut affirmer que l’expérience du pardon conduit à la sainteté. Celui qui est pardonné en donne la preuve en changeant de vie, par la grâce de Dieu. On peut éprouver du remords de ses erreurs, être dégoûté de soi-même, mais la véritable métamorphose de la pensée nous amène toujours à dire : « J’ai péché ». Lorsqu’un homme le dit de tout son coeur, il est certain que c’est Dieu qui a agi en lui.

L’accès au Royaume de Dieu passe par les angoisses de la métamorphose de la pensée qui réduit à néant la bonne opinion que nous avons de nous-mêmes. C’est alors que le Saint-Esprit peut commencer à révéler le Fils de Dieu dans notre vie. Cette vie nouvelle se manifeste par une métamorphose de la pensée consciente et une inconsciente sainteté. La métamorphose de la pensée est la base de départ de la vie chrétienne. A strictement parler, un homme ne peut pas se repentir quand il le veut : la métamorphose de la pensée est un don de Dieu. Les vieux Puritains avaient coutume de prier pour « le don des larmes ».

Si vous cessiez de connaître la vertu de la métamorphose de la pensée, vous seriez dans les ténèbres. Examinez-vous pour voir si vous savez encore ce que c’est de s’affliger sur son péché.

Oswald Chambers

Laisser un commentaire