L’ISSUE DE SECOURS David Wilkerson

“Afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts” (2 Corinthiens 1:9).

L’apôtre Paul a écrit ces mots quand il a touché le fond. Il disait, en substance : “Le Seigneur m’a emmené là où aucune aide humaine ne pouvait m’atteindre. C’était une situation si désespérée que seule la puissance de résurrection de Dieu pouvait me sauver !”

Dieu permet parfois que tu atteignes vraiment le bout du rouleau, dans de grandes souffrances, pour que tu perdes toute confiance dans tes capacités à te sauver toi-même.

 

Quel endroit merveilleux où se retrouver : au bout de notre rouleau !  Pourtant, ça n’a pas l’air si merveilleux, n’est-ce pas ? Tout particulièrement dans une culture qui a reçu au biberon le concept d’auto-suffisance. Nous avons à notre disposition un nombre incroyable de livres qui traitent de la façon de gérer les problèmes, la solitude, la souffrance, la tentation. Mais ils sont tous centrés sur notre chair, sur notre capacité à nous sortir nous-mêmes de nos difficultés.

Bien-aimé, combien de fois as-tu essayé de te sortir de tes problèmes par toi-même ? Peut-être as-tu été assailli par des tentations qui t’ont submergé à tel point que tu as crié : “Ô Dieu, tu sais que je t’aime de tout mon cœur, mais je suis sévèrement tenté. Je méprise tout cela, Seigneur. Je ne comprends pas !”

J’ai appris une leçon précieuse à travers toutes mes épreuves. J’ai trouvé comment m’échapper : “Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter” (1 Corinthiens 10:13).

Quelle est cette issue de secours ? C’est d’arriver au bout de nos propres forces et de nous tourner résolument vers Dieu.

 

C’est dire : “Je ne me fais plus confiance. Seigneur, je Te remets tout et je me confie complètement en Toi. Je sais que Tu vas arrêter mes souffrances en Ton temps et à Ta manière !”

Laisser un commentaire