Macron menace Trump de « guerre commerciale », Trump le démolit en une seule phrase, par Jean-Patrick Grumberg

Les médias français rapportent bien et dans le détail les déclarations du président français Macron au sujet de la décision du président américain de rééquilibrer les tarifs douaniers.

Les réponses de Trump, en revanche, ne sont pas toujours portées à la connaissance des Français.

Je vous rassure, c’est la même chose ici, et c’est pourquoi les journalistes sont si furieux que Trump utilise son compte Twitter : ils ont perdu le monopole sur l’information.

Vous avez donc certainement entendu Macron menacer Trump de « guerre commerciale » sur les tarifs douaniers si Trump ne revient pas en arrière sur sa décision d’imposer l’acier et l’aluminium qui entrent aux Etats-Unis.

Voici comment, en une seule phrase, le Président américain a démoli Macron et ses menaces :

« Quand ont perd près de 800 milliards de dollars par an sur les échanges commerciaux, on ne peut pas perdre une guerre commerciale ! Les États-Unis ont été arnaqués par d’autres pays pendant des années sur le commerce, il est temps de devenir intelligent ! »

Macron a de sérieux progrès à faire !

Avant de menacer le président Trump, Macron a quelques leçons à prendre en économie, car il a été élu avant Trump, et il n’a toujours pas été capable de sortir son pays du marasme. Au contraire, les chiffres ont recommencé à plonger dans le rouge.

Pendant que les journalistes disent que Trump est un abruti, les citoyens américains profitent d’une embellie sans équivalent depuis des décennies. Au point que le New York Times, qui est le média papier le plus anti-Trump avec le Washington Post, a publié un article au titre qui a dû leur faire mal au ventre :

« Nous manquons de mots pour dire à quel point les chiffres de l’emploi sont bons »

(affiches de demandes d’emploi aux USA)

« La vraie question, quand nous analysons les chiffres de l’emploi de mai, c’est de savoir s’il existe assez de synonymes du mon « bon » pour les décrire adéquatement », poursuit l’article…

Quand vous lirez-ça dans Le Monde, faites-moi signe. Vous saurez ce jour-là que vous avez élu un bon président, celui qu’il vous fallait : compétent, courageux, avec des bonnes idées et la force de les mettre en pratique, et surtout, qui s’intéresse vraiment à vous.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

  6Comments

  1. nivred92   •  

    Franchement, mais pour qui on se prend ? Une « guerre commerciale » contre les Etats-Unis ? C’est vraiment la fable du bœuf et de la grenouille de La Fontaine avec tout le grotesque qui la caractérise…

    Une « guerre commerciale » avec quoi ? Avec une Europe qui part en lambeaux (Brexit, Pologne, Hongrie, Tchéquie, Slovénie… Italie, bien plus proches des thèses de D. Trump que des gnomes de Bruxelles), avec nos bilans économiques qui replongent dans le rouge…? C’est à mourir de rire ! Une fois de plus, les caquetages de Macron couvrent la France de ridicule qui redevient une nouvelle fois la risée du monde.

    Un important économiste américain a déclaré que toutes « guerres commerciales » intentées, sous quelques formes que ce soit, ne grèveraient l’économie des USA même pas à hauteur de 1% !!!

    C’est en fait une toute autre guerre qui se dessine, celle du principe de nation telle que le Seigneur l’a toujours voulue (Genèse 12:2, Matthieu 28:19) contre le mondialisme antéchrist qui finira, hélas, — mais très provisoirement — par triompher. Et qui donne un relief saisissant au courage de D. Trump, qui ne cesse de remonter à contre-courant de toute cette fange mondialiste.

    A-t-on seulement pris conscience du sursis de grâce que Dieu accorde au monde avec cette mandature américaine ? Même un Kim Jong-un va rejoindre D. Trump à Singapour le 12 juin prochain !!!… Le pire ennemi des USA depuis 65 ans ! Et on va faire la leçon au président américain ??? C’est vraiment à pouffer de rire…

    Alors, un immense merci au Seigneur pour cet homme que Toi — et Toi seul — a élevé à la tête des USA, et pour la énième fois, quels que soient ses défauts par ailleurs. Nous Français, il nous faut faire avec ce qu’on a, c’est-à-dire, RIEN !

    • nivred92   •  

      Le G7 qui vient de s’achever — avec le départ anticipé de D. Trump (qui a tout autre chose à faire à Singapour pour un rendez-vous autrement crucial que les mondanités oiseuses d’une grand-messe économique…) — a montré comment le président américain a imposé, sans forcer, sa main de fer inflexible face aux paltoquets caquetants des 6 autres membres de ce club. Ils paraît qu’ils étaient tétanisés à l’idée de le rencontrer !…

      Ah, on peut faire les malins ! Une fois de plus, ce G7 a prouvé qu’on ne pèse pas grand chose face à l’économie américaine, de surcroît en plein spectaculaire redressement. Oui, ils font ce qu’ils veulent, les Américains. Y compris de se payer ouvertement la tête de tous ceux qui leur font la leçon (on a vu comment D. Trump a tourné en dérision chacun des dirigeants présents), c’en était presque pathétique…

      Plus que jamais la fable du Bœuf et de la Grenouille de La Fontaine est la métaphore exacte de ces rencontres économiques qui, finalement, ne servent à rien. Face à un dirigeant tel D. Trump, qui peut arguer des résultats incontestables, qui fait ce qu’il a dit (Jérusalem) et que la main de Dieu couvre de Son ombre, lui et tout son pays, personne ne pourra tenir. Personne !

      Et chacun repartira du territoire américain la tête basse. Si seulement ça pouvait servir de leçon ! N’en croyons rien, on continuera nos caquetages stériles et haineux. Comme le suggérait Michelle en réaction à un autre post, je laisse le Seigneur s’occuper de nos politicards; moi, je n’ai plus la moindre volonté ni la moindre force de prier pour eux. Ma reconnaissance envers Lui d’avoir élevé un Donald Trump a pris toute cette place. Encore merci, Seigneur !

      • Michelle d'Astier de la Vigerie   •     Author

        Oh, je ne peux contrer ce que dit la Bible. Mais je peux trouver une prière pour nos dirigeants: qu’ils partent ou se convertissent.

        Hélas, il faudrait auparavant que toute la France se repente !

        • nivred92   •  

          Je me suis bien marré du passage suivant :

          « Il (D. Trump) sait qu’il obtiendra gain de cause, assez vite sans doute, car il sait qu’il avait en face de lui à Charlevoix sept nains. Deux nains sympathiques, Shinzo Abe et Giuseppe Conte. Un nain craintif: Theresa May. Un nain renfrogné: Angela Merkel. Un nain crétin: Justin Trudeau. Un nain du type adolescent agressif méritant une paire de claques: Emmanuel Macron. Un nain inutile: Jean-Claude Juncker.

          Il est parti avant la fin de la réunion. Il n’avait nul besoin d’écouter des élucubrations sur le changement climatique. Il doit rencontrer un nain teigneux celui qu’il appelle le petit homme fusée, et c’est bien plus important. »

          Entre les nains — sympathique, craintif, renfrogné, crétin, inutile et… type adolescent agressif méritant une paire de claques ! — G. Millière dresse une « photo de groupe » corrosive qui en dit long sur la vanité de ces rencontres. D. Trump, en revanche, a bien davantage de considération pour le « nain teigneux » de Pyongyang que pour les valets du Nouvel Ordre Mondial, qu’il exècre… Peut-être que les deux dirigeants on plus de points communs dans leur tempérament qu’on ne l’imagine !

Laisser un commentaire