Nouvelle année, nouveau départ ? par le pasteur Luc Henrist

Source: info.chrétiennes

Nous vivons dans une société de plus en individuelle et même égoïste. On voit que ce comportement commence à inquiéter pas mal de personnes. J’ai été étonné de découvrir depuis quelques années que l’égoïsme est considéré comme un problème de santé par notre société. En effet, dans plusieurs journaux et magazines non-chrétiens ce sont des psychologues qui sont interviewés sur ce sujet et certains proposent un remède « spirituel » comme la méditation…

Il y a 2000 ans, l’Apôtre Paul décrivait la société telle qu’elle serait dans les derniers temps : « Sache que dans les derniers jours il y aura des temps difficiles, 2 car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, vantards, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, impies, 3 insensibles, implacables, calomniateurs, violents, cruels, ennemis du bien, etc. » (2 Tim. 3 :1-3)

Il est étonnant de voir que la première caractéristique de cette société est l’égoïsme. Et c’est certainement ce que nous voyons de nos jours : chacun vit pour soi, dans son petit monde (virtuel) auquel n’ont accès que quelques personnes qu’on n’a jamais vues ou rencontrées.

C’est le monde des « réseaux sociaux » qui nous pousse à entretenir des relations superficielles, artificielles et virtuelles. Donc irréelles. La plupart des gens ont peur ou n’ont pas envie de rencontrer une nouvelle personne et devoir apprendre à l’écouter, la comprendre et parfois échanger avec elle des points de vue différents. Ces réseaux permettent de contourner cette peur car en faisant partie des « réseaux sociaux » on ne risque pas d’être considéré comme « asocial » tout en limitant cette relation à un niveau superficiel. On entretient une relation avec une personne qu’on ne verra jamais en chair et en os, avec laquelle on n’ira jamais manger. Bref, c’est une relation « virtuelle ».

En se plongeant dans ce monde virtuel, on adopte une attitude narcissique

Oui, en se plongeant dans ce monde virtuel, on adopte une attitude narcissique : « Je m’aime, donc je m’expose, pour qu’on m’admire ».

Il ne faut pas être naïf : c’est un monde dans lequel on trouve beaucoup de fausseté et de mensonges. On ne montre pas son vrai visage.

Pas mal de personnes se cachent carrément derrière un pseudonyme ou un faux nom car elles ont peur de devoir assumer les conséquences en dévoilant leurs vrais sentiments (parfois de haine) ouvertement. Elles tombent alors dans l’égocentrisme. L’égoïste ne pense qu’à lui-même, à son plaisir. L’égocentrique veut tout recentrer sur sa personne. C’est pour cela que, par exemple, certaines personnes détournent le sujet de la conversation pour la recentrer sur eux-mêmes.

Cette attitude a de graves répercussions sur notre société.

Tout d’abord, bien entendu, au niveau des relations entre deux personnes qui veulent fonder une famille. Car, au lieu de respecter cet engagement formulé lors du mariage « Je promets de t’aimer, de te respecter, et de t’encourager, etc. », beaucoup s’engagent en réalité dans cette relation en ne pensant qu’aux avantages, au plaisir et à la satisfaction qu’ils pourront en retirer. Il n’est dès lors pas étonnant qu’aujourd’hui tant de mariages se terminent en divorces, même parmi les chrétiens… Il est loin le temps où le mari ou la femme était prêts à faire des sacrifices afin de ne pas « séparer ce que Dieu a uni » (Mat. 19 :6)

Mais on se rend compte que l’égoïsme est aussi entré dans nos églises : On y va uniquement pour RECEVOIR sa bénédiction, sa guérison, sa « parole prophétique », etc. Peu y vont pour DONNER ou pour rendre à Dieu un « culte », ce qui implique un sacrifice… Jésus a dit : « Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité. » (Jean 4 :24). Et en parlant d’adoration ou de louange, on en est arrivés au point où maintenant, la louange est devenu un spectacle (qui satisfait notre désir de divertissements et assouvit nos émotions…) pendant lequel adorer Dieu en esprit et en vérité relève du défi…

La Bible nous parle d’un « sacrifice de louange » (Hébreux 13 :15) ce qui pour moi veut dire que lorsque je n’ai pas envie de louer Dieu, je dois faire un effort pour le louer. Je vais peut-être même devoir en arriver à dire à mon âme « Bénis l’Eternel, mon âme! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom! » (Psaume 103 :1)

Que 2018 soit un nouveau départ et nous permette d’envisager avec un nouveau regard notre façon d’aimer Dieu et d’aimer notre prochain. Voilà le remède contre l’égoïsme.

Luc Henrist


Luc Henrist, dont nous connaissons l’amour pour le peuple juif, publie son nouveau livre:

L’Echec de l’Eglise face aux Juifs.

 

On peut se le procurer chez Emeth éditions, ICI

Laisser un commentaire