Pourquoi la justice est-elle violée ?

« Le méchant accepte en secret des présents, pour pervertir les voies de la justice ». (Proverbes 17.23)

De nombreux récits dans la Bible nous rapportent comment ceux qui devaient rendre la justice ont été les premiers à la violer. Par exemple les fils du sacrificateur Eli violaient la justice par cupidité et par luxure (1 Samuel 2.22, 29). Plus tard, les fils de Samuel firent de-même : « Ils se livraient à la cupidité, recevaient des présents, et violaient la justice ». (1 Samuel 8.3)

La cupidité était la raison pour laquelle ils violaient la justice.

Plus tard, lorsque la monarchie fut mise en place avec Saül, certains rois violèrent la justice de manière éhontée. Le cas le plus extrême fut celui d’Achab, qui pour s’emparer de la vigne de Naboth, produisit de faux témoins et fit lapider Naboth (1 Rois 21). Suite à cette parodie de jugement, le roi a pu s’emparer de la vigne tant convoitée.

Encore une fois, c’est la cupidité qui était à l’origine de cette violation de la justice comme le dit l’auteur du livre des Proverbes.

La justice est violée parce que le cœur des hommes est perverti par le péché.

La femme sage mentionnée dans le livre des Proverbes, et dont le fils était appelé à régner, lui recommande, pour juger avec justice, de se garder de la luxure (Proverbes 31.3).

Lorsque les rois, les princes, les chefs religieux, qui devraient pratiquer la justice, et juger avec justice, ne le font pas, l’injustice se généralise dans le pays. Les prophètes ont dénoncé avec force cette absence de justice parmi le peuple. S’adressant à la maison d’Israël, le prophète Amos déclare :

« Vous changez le droit en poison et vous renversez la justice ». (Version Semeur Amos 5.7)

Le prophète ajoute :

« Car je connais vos nombreux crimes et vos énormes fautes : vous opprimez le juste, vous acceptez des pots-de-vin et vous lésez le droit des pauvres en justice ». (Amos 5.12)

Tout le contexte de ce passage souligne que c’est toujours la cupidité qui est à l’origine de l’injustice généralisée.

Des précisions nous sont données quant aux « magouilles » auxquelles ils se livraient : Ils trichaient sur les prix, ils utilisaient des balances fausses, ils condamnaient les pauvres insolvables et justifiaient les riches qui payaient… (Amos 2.6/7) (Amos 8.4/6).

Hélas, quand on considère comment fonctionnent nos sociétés, nous pouvons dire avec l’Ecclésiaste : « Il n’y a rien de nouveau sous le soleil » ! Les profits personnels, les enrichissements illicites, les comptes dans les paradis fiscaux… et bien d’autres malversations alimentent nos médias ! La loi de moralisation de la vie publique n’empêchera pas que d’autres scandales viennent à la lumière, car la loi n’expulsera pas la cupidité.

Ma prière en ce jour : Seigneur, que la recherche de l’intérêt des autres, guide l’action de ceux qui gouvernent. Amen !

Paul Calzada

  1 Comment

  1. michelandre   •  

    Un pays a quelque part le gouvernement qu’il mérite…
    Israël a demandé avec insistance un roi et Saül a été un très mauvais guide justement parce que le peuple lui-même était englué dans la désobéissance et l’idolâtrie.
    A tel peuple tel roi et inversement.

Laisser un commentaire