Une femme de grande valeur, par Aline Neuhauser

« Vous avez été rachetés à un grand prix. » 1 Corinthiens 6.20

On raconte que dans un pays lointain, quiconque voulait prendre femme devait verser une dot au père de la future mariée : soit un ou deux poulets pour une épouse de piètre valeur, soit une ou deux vaches quand la jeune fille était jolie. Parfois, le prétendant allait même jusqu’à offrir quatre vaches, mais c’était exceptionnel.

Un homme avait une fille laide et peu attrayante. Le temps passait, et personne ne se présentait pour l’épouser. « Si on m’en offre un poulet, je pourrai m’estimer heureux », soupirait son père.

Mais un jour, tout a changé, car un homme est tombé éperdument amoureux de la jeune fille. À ses yeux, c’était la plus belle femme du monde ! Il est allé trouver son père et a offert… QUINZE VACHES pour obtenir la main de l’élue de son cœur. Le mariage a eu lieu en grande pompe. Ensuite, quand cette femme passait dans la rue, on murmurait sur son passage : «  C’est la femme aux quinze vaches ! » Honorée, choyée, cette femme au physique ingrat s’est épanouie. Son sourire était si rayonnant qu’il l’embellissait !

Quelle belle image de ce que Christ a fait pour nous !

« Nous étions par nature des enfants de colère » (Éphésiens 2.3) sans grande valeur, destinés à l’enfer… mais le Seigneur Jésus a payé un prix considérable pour nous racheter et faire de nous des membres de son épouse, l’Église. Grâce à cela, nous avons une grande valeur.

Nous pouvons redresser la tête, délivrés de nos péchés, en route pour une destination glorieuse ! Et même si nous ne sommes pas très avantagés physiquement, nous pouvons toujours avoir « la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu » (1 Pierre 3.4).

Ma prière de ce jour :

Seigneur, je réalise que tu m’as racheté(e) à un prix inimaginable, celui de ton propre sang. Grâce à toi, je peux relever la tête. Tu m’as rendu la dignité et la fierté que l’adversaire de mon âme m’avait fait perdre. Je te suis si reconnaissant(e) que je te louerai pendant toute l’éternité !

Aline Neuhauser

Laisser un commentaire