Comment reconnaitre l’église de Laodicée ? par Patrick Fritschy

Patrick nous propose la méditation suivante:

Lisons le texte dans le livre de l’Apocalypse, au chapitre 3, depuis le verset 14.

Écris à l’ange de l’Église de Laodicée: Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu:

Je connais tes oeuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant!

Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.

Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies.

Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi.

Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.

Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône.

Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises!

Je développe dans l’ordre utilisé par le Seigneur pour m’en parler, et non depuis le premier verset. Cette église est aveugle sur elle-même. Ce qu’elle dit d’elle-même ne correspond pas à sa vraie situation, ni à son état réel.

Elle se dit riche, elle dit qu’elle vient de beaucoup grandir, et qu’elle n’a pas de besoins (parce qu’ils seraient si bien comblés qu’elle se croit bénie et approuvée de Dieu ?).

Bref, elle se croit bien vêtue, c’est ce qu’elle veut paraître. La vérité est qu’elle est nue, spirituellement nue. Avez-vous déjà vécu la honte d’être mis à nu en public ? Personne ne désire vivre un moment aussi épouvantable. Et pourtant c’est comme cela qu’elle est devant le Seigneur. C’est dire à quel point elle est aveugle sur elle-même.

Certaines personnes se croient très douées et meilleures que les autres. Ce sont les gens les plus insupportables qui soient. Mais je constate qu’en dehors de nos milieux évangéliques, alors que nous nous croyons supérieurs, nous sommes vus comme nous sommes : méprisables. Je ne le dis pas comme une règle ; certains nous critiquent à tort, mais combien nous critiquent à raison ? Le monde voit mieux que nous dans quel état nous sommes. Alors que nous devrions être la colonne de la vérité (1 Tim 3 :15), nous sommes juste sans solution, et sans aide efficace, pour 99% des difficultés des gens autour de nous. J’exagère ? Que venons-nous de lire ?

Le deuxième point de notre aveuglement c’est que nos richesses ne valent rien devant Dieu. Nos beaux services, nos belles louanges, nos beaux bâtiments, nos ministères prestigieux (selon l’homme !), quelle valeur pour Dieu ? Nous ne voyons pas que nos richesses sont comme des francs CFA : on en a beaucoup, mais ça ne vaut rien. Essayez de les utiliser dans un supermarché !

Le troisième point de notre aveuglement c’est notre absence de joie. Certes, un beau masque évangélique au culte. Mais le reste de la semaine ? Combien de chrétiens sont malheureux ? Très malheureux ?

Combien cette seule évidence, l’absence d’une joie intérieure véritable chez les chrétiens, est-elle une préoccupation prioritaire dans nos églises ? Je ne l’ai jamais vu considérer comme une priorité dans un programme d’église. Et pourtant, dans le cœur du Père, ce point est très important. Il nous a donné la vie en abondance (Jean 10 :10). Cette absence de joie montre la dureté de cœur de nos assemblées.

Le quatrième point de notre aveuglement c’est notre misère : essayez de trouver une personne qui vous aide vraiment quand vous avez besoin d’une délivrance. C’est plus facile de trouver un marabout, un médium, un charlatan que de trouver un chrétien solide et prêt à s’occuper de ses frères ! Les beaux concerts de louange, cela n’aide pas beaucoup lorsque l’on est à terre et au bout du rouleau. Heureusement qu’il y a des psy, en l’absence de chrétiens. Dieu emploie qui il peut lorsque ses enfants sont absents. Je ne glorifie par les psy en écrivant cela. Je parle de la misère des gens et le fait qu’elle ne soit pas vue par les chrétiens.

Quel remède à ce tableau bien sombre ? Un collyre, c’est-à-dire un soin des yeux pour pouvoir voir à nouveau ce qui est précieux à Dieu :

La Croix, le sacrifice de Jésus

La repentance, c’est-à-dire un changement complet de notre vie, de notre mentalité, de notre être profond. Une reconnaissance que ma vie est sans valeur pour Dieu et qu’IL me demande de me détourner de mes péchés. C’est-à-dire de les reconnaître, et choisir de les quitter.

De recevoir l’Esprit Saint, pas les dons uniquement, mais le fruit. Sans l’Esprit, je reste sans forces et je marche par ma nature humaine, que la bible appelle « chair ».

De choisir la pureté, quitte à être traité d’extrémiste. Je préfère la robe blanche donnée par Dieu aux éloges des humains.

Malgré tout Jésus aime les personnes dans cette église, mais il les appelle à la repentance et au zèle. Au zèle pour Lui et non au pas au faux zèle pour l’église, réclamé par de trop nombreux leaders. Le zèle vient parce que Dieu a touché mon cœur. C’est pourquoi Il invite à la rencontre :

Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.

 

C’est là l’aveuglement le plus grave : Jésus est en dehors de l’église. Comme Samson qui n’avait pas senti que l’Esprit l’avait quitté après s’être fait couper les cheveux (Juges 16 :20), l’église de Laodicée n’a pas vu que son Dieu était sorti d’elle. Samson avait suivi une prostituée, qui l’a mené à sa ruine. À qui l’église de Laodicée s’est-elle liée ? Au monde ? À l’esprit humaniste? À la franc-maçonnerie ? Qui est notre prostituée séductrice d’aujourd’hui ?

Une des plus belles promesses de la bible, c’est :

Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône.

Et les autres, ceux qui ne vaincront pas (ceux qui ne mettent pas la Parole en pratique et qui ne combattent leur chair que mollement):

Je connais tes oeuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant!

Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.

Cette église de Laodicée dit connaître Dieu, elle confesse Christ. Ce message ne s’adresse donc pas aux faux chrétiens, qui ne se sont jamais convertis. Alors comment comprendre un texte aussi dur ?

Le vomi, avant d’être sorti du corps, c’est une substance que l’estomac n’arrive pas à digérer, ni à transformer. Il arrive juste à tiédir son contenu. Le corps essaie un certain temps, puis expulse ce qui est indigeste, pour protéger le corps de substances toxiques.

Le vomi, ce sont les simili chrétiens, qui se pensent convertis mais qui ne veulent pas mourir à eux-mêmes. N’étant pas attachés au Véritable Jésus, ils ne voient même pas qu’Il n’est pas au milieu d’eux, mais à la porte. Ils font les oeuvres qui leur paraissent justes, mais qui sont aux yeux de Dieu des oeuvres vaines, celles qui ne sauvent pas. Ils ne veulent même pas écouter les avertissements (Jésus cogne à la porte, mais on ne sait « si quelqu’un entend sa voix »). Ces simili chrétiens sont Indigestes, inutilisables, et toxiques (car ils font fuir les païens en recherche, qui flairent immédiatement l’hypocrisie et les faux semblants). Dieu a de la patience, car Il nous encourage à la mort à soi-même. Mais quand l’absence de mort à soi-même devient la normalité, alors l’indigestion arrive.

Considérons les temps que nous vivons : Israël fête ses 70 ans. Les USA et d’autres pays déplacent leurs ambassades de Tel Aviv à Jérusalem. C’est plus que symbolique. C’est le signe, et je le crois très sérieusement, que les églises doivent faire de même. Elles doivent choisir : soit rester dans l’amour du monde (symbolisé par Tel Aviv), soit revenir à ses racines juives (Jérusalem).

Celles qui resteront à Tel Aviv rejoindront Rome et non Jérusalem. Elles seront vomies.

Choisir le camp d’Israël ne sera plus possible sans mort à soi-même, car le prix à payer sera élevé, mais retenons cette merveilleuse promesse :

Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône.

Laisser un commentaire