LE CHEMIN DE LA SAINTETÉ – David Wilkerson

 

Jésus Christ, notre Sauveur, est seul parfaitement saint. Parce que seul Jésus est saint et parfait, Dieu ne reconnaît personne d’autre. C’est pour cette raison que, si nous voulons être reçus par le Père céleste, nous devons être en Christ, uniquement par la grâce de Christ et non par nos propres mérites.

“Et de les réconcilier, l’un et l’autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l’inimitié” (Éphésiens 2:16). “Ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix” (2:15).

 

A cause de l’œuvre de Christ à la croix, l’homme ne peut plus essayer d’être saint en gardant la loi de Dieu. Il ne peut plus devenir saint par les œuvres bonnes, les actions justes ou les efforts humains. Le Père n’accepte qu’un seul homme comme saint : l’homme nouveau, ressuscité.

Quand ce nouvel homme a présenté à Son Père tous ceux qui croient en Lui, le Père a répondu : “Je les considère comme saints, parce qu’ils sont dans Mon Fils qui est saint” (voir Éphésiens 1:6).

Nous composons le corps de cet homme saint, sans faute. “Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part” (1 Corinthiens 12:27). Nous sommes les os et la chair de Christ et nous sommes adoptés dans Sa famille : “ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres” (Romains 12:5).

Parce que nous sommes en Christ, nous sommes rendus saints. “Je suis le cep, vous êtes les sarments” (Jean 15:5).

Le chemin vers la sainteté ne peut pas être emprunté à travers les capacités humaines, mais à travers la foi en notre Seigneur Jésus Christ. Quelle réponse merveilleuse aux cris anxieux de la multitude qui désire ardemment être sainte. Nous sommes saints quand nous demeurons dans la sainteté de Christ ! Notre sainteté est Sa sainteté – qui coule en nous, les sarments, par le cep.

 

NB (MAV): Sans oublier que la nouvelle naissance conduit à la haine des péchés et à l’obéissance aux commandements de Christ. La sainteté est une conséquence de la foi, pas la sause dus salut car nul ne peut être saint par ses propres forces. Cela est aussi écrit. Une lecture myope de la Parole a conduit à une hérésie mortelle: l’hypergrâce.

Laisser un commentaire